PASSION ET RAISON : L’AUTEUR ET SA MUSE

0
(0)

Un processus d’écriture fait appel à la fois à la passion et à la raison. Il commence avec un besoin urgent de créer quelque chose ou bien un désir d’exprimer quelque chose.
Une idée germe dans l’esprit de l’auteur. Et elle doit maintenant trouver son chemin. C’est à ce moment que l’aspect le plus créatif est à l’œuvre.

Réfléchir à son idée est ce qui permet son développement. Cela ouvre des possibilités. On peut alors imaginer un début, un commencement et une fin. D’autres idées feront leur apparition et l’histoire apparaîtra et évoluera progressivement jusqu’à ce qu’elle atteigne une pleine maturation.
L’âme de l’auteur ou son cœur lui offrent la passion. Il faut bien admettre qu’il en devient l’esclave. Mais cette servitude révèle en lui ce qu’il y a de plus émotionnel, de plus intuitif, en un mot de plus créatif.

La raison tempère la passion

Puis la raison jette un regard critique sur ce que la passion a librement produit. La raison connaît les règles qu’il faut appliquer à un scénario.
Une entreprise d’écriture est un travail en commun de la passion et de la raison. Parfois la passion occupe tout le terrain et d’autres fois, la raison observe de son œil critique ce que la passion sans retenue, sans règle a posé là  au cours d’un écoulement créatif très libre.

On n’essaie pas d’être créatif. Quand la muse s’empare de nous, on laisse faire. C’est comme un endormissement, nous ne luttons pas. La passion vient comme le sommeil qui s’empare de nous. Il ne faut pas résister. Il faut laisser couler l’inspiration.

Les sentiments confus, l’intuition, toute cette énergie créative désordonnée seront jetés là, sur le papier. Evidemment, cela pourrait sembler absurde ou du moins dénué de sens. Une belle pagaille, en tout cas.

Alors la raison s’accapare de cette matière brute et passionnée et elle applique cet aspect analytique, presque scientifique. Cela fait partie aussi du processus de création. A tour de rôle, l’auteur suivra ses passions et prendra le recul nécessaire pour juger de son écriture.

L’histoire en roue libre mais maîtrisée

On a tous besoin de contrôler les choses. Du moins, on s’y emploie. Notre éducation nous a appris cela.
L’écriture implique que nous soyons part du système. Mais c’est un système qui nous échappe rapidement.

Dès le début, nous savons où l’histoire se rendra. Mais les personnages prennent vite le dessus. Ils décident de ce qu’ils veulent. La tentation est alors grande pour l’auteur de laisser faire de peur de perdre la fraîcheur d’une écriture venant du cœur.

Mais la réécriture est une étape indispensable d’une œuvre mâture. Et la raison doit alors intervenir dans le processus. Mais vous devez croire qu’il y a une histoire en vous. Et vous devez croire que par la passion et la raison, elle verra le jour. Vous devez être certain qu’elle émergera du néant. Vous devez croire en votre muse.

Décomposer le processus

D’abord une prémisse. Puis un début, un milieu et une fin. Pour ces trois derniers, l’ordre importe peu. Vous pouvez très bien inventer la fin avant d’imaginer le début.

Le thème ne sera probablement pas évident tant que ce premier jet de votre scénario ne sera pas complété. Il apparaîtra progressivement, Il s’imposera soudain.

Quant aux personnages, vous les aurez probablement avec vous dès le début. Mais en cours de route, ils vagabonderont un peu dans tous les sens.
Il est recommandé pour éviter ces errements (qui seront d’ailleurs les vôtres) de planifier votre histoire. Cela ne sera vraiment efficace que lorsque vous aurez avancé dans vos recherches. En effet, une idée quelle qu’elle soit a besoin d’être étayée. La recherche documentaire est indispensable.

Cette planification de votre histoire est constitué de la description de chaque scène. Il peut exister habituellement entre 30 et 100 paragraphes succincts ou plus développés.
Ces étapes de votre histoire sont dominées soit par votre passion, soit par votre raison (l’aspect pratique, évaluatif de votre scénario).

Pour ne pas nuire à sa créativité, la raison peut alors intervenir lors de la réécriture. Ne soyez pas trop rigide avec des scènes de votre premier jet dont vous êtes particulièrement fier. La raison pourrait trouver des choses à redire la concernant. Évitez de vous sentir confiné, obligé par votre première version du scénario.

De toutes façons, l’histoire est en vous. Vous devez trouver le moyen de la laisser sortir.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :