INTRIGUE : LA PERTE ET LE DEUIL

0
(0)

Excepté l’amour, il n’existe probablement pas de thème plus universel que celui de la mort et de ses effets sur ceux plus ou moins concerné par cet événement.

Comment réagissons-nous à la mort ? Que nous souvenons-nous ? Que faire après que la mort ait frappé ? Nos vies sont-elles plus riches parce que nous avons connu le disparu ?
De telles questions inaugurent la dynamique d’histoires qui sont en rapport avec la mort.  Souffrir d’un deuil, ce n’est pas seulement se sentir triste d’avoir perdu un être aimé.

Un deuil, c’est aussi se départir d’une part de notre vie.

Celle que nous avions partagée avec l’être maintenant à jamais hors de notre portée.
Cette part intime, faites d’expériences uniques et de rêves non-dits.

Il n’y a plus d’espoirs, de projets, d’interrogations : seulement la réalité qu’il faut endurer. La mort et sa façon très particulière de nous affecter fournit de puissantes intrigues. Peut-être que ce type d’intrigue puise son énergie dans l’inéluctabilité de la mort.

C’est peut-être aussi surtout que l’universalité du thème permet d’explorer des valeurs et des faiblesses humaines. La perspective de la mort ou le fait même de la mort est une donnée constante de l’histoire.
Et les personnages sont construits et seront jugés par le lecteur à l’aune de ce thème.

Bien sûr, il est préférable de comprendre les sens de mort et de perte le plus symboliquement possible incluant dans l’intrigue d’une histoire autant la mort de personnages que la perte d’un amour ou de quoi que ce soit d’autre et d’explorer les conséquences naturelles de cette perte.

Nous vous conseillons la lecture de LE PROBLEME MAJEUR DU PERSONNAGE PRINCIPAL qui aborde les cinq étapes du deuil telles que la psychologue Elisabeth Kübler-Ross les a décrites.

La mort : un thème qui se suffit à lui-même

Un thème autour de la mort, de la perte, du chagrin et de la douleur laisse peu de place pour examiner d’autres thèmes ou d’autres sujets.

Il engendre une énergie, une force qui contraint l’intrigue dans les limites qu’il lui impose. Il est difficile de parler d’autre chose lorsqu’on aborde la perte. C’est cela la magie lorsqu’on aborde des certitudes.

Ainsi, cette intrigue sur la mort est souvent traitée par les auteurs par les réactions et les interactions de personnages avec en toile de fond la mort annoncée ou non d’un personnage central.
Central en cela qu’il est le dénominateur commun qui justifie la présence de tous les autres.

Rares sont ceux qui restent de marbre devant la mort et la dynamique qui se joue entre les différents degrés de douleur des personnages (leur façon de gérer la mort) peut donner lieu à une intrigue.
Et ce thème peut être traité avec tant d’aspects différents (autant qu’il y a d’êtres humains, du moins de véritables êtres humains) qu’il n’y a pas deux histoires semblables.

Cet intrigue est relativement simple, en fin de compte. Un personnage meurt et nous sommes les témoins des réactions de ceux qui lui étaient proches.

Exploration de sentiments et d’émotions

L’auteur nous convie à un portrait de réactions et de sentiments mêlés entre les personnages. C’est essentiellement une exploration d’émotions plutôt qu’une série d’événements.

L’action se situe dans le déploiement des émotions et dans les relations entre les personnages. L’intrigue est aiguillonnée par le sentiment de perte de chacun des personnages.

Il est évidemment plus facile de suivre plusieurs personnages face à la mort d’un personnage central que de se placer du point de vue de celui dont la mort est imminente.
En effet, plusieurs personnages apportent de nouvelles idées, de nouveaux événements et l’intrigue s’en nourrit.

Lorsque l’on a affaire à un seul personnage, il faudrait alors insister sur le message que vous tentez de faire passer comme par exemple de célébrer la vie, une évidence d’autant plus marquée que la mort est proche. Comme, par exemple, de démontrer que l’on est toujours quelqu’un, même en face de la mort.

Peut-être pourriez-vous aussi vous interroger sur une futur sans l’autre ? ou de démontrer que l’inéluctable n’est qu’un élan pour renforcer encore l’amour ?

Et si…?

Vous pourriez même vous référer à Roméo et Juliette pour votre inspiration. Vous pourriez considérer que seul le présent compte comme Jack le cite à table dans Titanic car même si l’on ne sait pas encore à ce moment de l’histoire si Jack et Rose survivront, cette ligne de dialogue n’est pas innocente car l’intention de James Cameron est claire : cet amour est condamné par les normes sociales même si Rose renie sa classe.

Scenar Mag existe grâce à Vous, grâce à vos dons. 100 % de vos dons sont consacrés à vous être encore plus utiles.
Soutenez-nous. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :