BLAKE SNYDER : BUDDY LOVE

0
(0)

Poursuivons notre étude de Save the cat! de Blake Snyder en nous penchant dans cet article sur le genre Buddy Love.

Découvrez d’autres genres sur notre page consacrée à Blake Snyder.Le genre Buddy Love remonte aux origines du cinéma pour Blake Snyder. Selon Snyder, il se pourrait qu’un jour un auteur ait soudain réalisé que son héros n’avait personne contre lequel il pouvait réagir.

Comme très souvent pour trouver l’inspiration, cet auteur s’est soudain demandé
Et Si.. ?
son héros avait quelqu’un avec lequel débattre des problèmes que soulève l’histoire.

C’est ainsi que des couples célèbres sont nés : Laurel et Hardy ou bien Butch Cassidy et Sundance Kid, par exemple.
On a tous besoin d’un ami ou d’un amour.
Le Buddy Love met en avant l’amitié ou l’amour selon les situations, un sentiment puissant qui résonne toujours dans l’âme d’un lecteur car c’est un sentiment tellement humain (c’est même un besoin fondamental) et qui, de plus, se base sur des circonstances universelles pour s’installer.

Nous parlions un peu plus haut d’amour. Les histoires d’amitié sont en fin de compte des histoires d’amour mais à leur façon. Il y a réunion de deux âmes, un besoin de l’autre. Evidemment, entre un homme et une femme, l’histoire se concentrera essentiellement sur l’amour mais cela pourrait être tout aussi bien une histoire d’amité mais elle risquerait de ne pas être prise comme telle par le lecteur, de créer en lui une confusion.
Alors les auteurs préfèrent tabler sur l’amitié entre même sexe, Thelma et Louise, par exemple. Pour résumer, on pourrait simplement distinguer l’histoire d’amitié de l’histoire d’amour au potentiel pour le sexe que cette dernière embarque. Le Buddy Love concerne donc à la fois l’amour ou l’amitié. C’est l’auteur qui choisit sur lequel de ces deux sentiments appuyer son histoire. Cependant, même lorsqu’il s’agit d’une histoire d’amour, le problème soulevé est encore de réaliser que ces deux-là n’ont jamais été aussi bien dans leurs vies que depuis qu’ils se sont rencontrés.

Quoiqu’il en soit, les règles du Buddy Love sont toujours identiques : les deux amis se détestent cordialement. Une entrée en matière toujours dramatique pour créer une amitié sincère.
Comme dans toutes les bonnes histoires, le Buddy Love est imprégné de conflits. Ceux-ci se résument au fait que ces deux-là n’ont pas compris qu’ils avaient trouvé leur âme sœur. Cependant, vous devriez travailler sur les raisons qui vont faire que ces deux personnages vont se détester dès leur rencontre. Bien sûr que votre intention est bonne envers eux et que votre lecteur ne trouvera ni l’un ni l’autre détestable, bien au contraire. Mais puisque vous écrivez une histoire, il vous faut du conflit. Donc, vos deux personnages devront être séparés autant que faire se peut et cette relation compliquée entre eux devrait être illustrée par des conflits.

Au cours de leur aventure, ils découvrent qu’ils ont besoin l’un de l’autre. Pour Snyder, ils sont comme les deux moitiés d’un tout, moitié qui ne comprennent pas qu’ils font partie d’un même tout puisque cela les mène à se détester de plus belle. Il est vrai qu’il est dans la nature humaine de ne pas reconnaître que l’on a toujours besoin de quelqu’un. Et c’est exactement à cela que tend le Buddy Love même s’il incorpore dans la trame de l’histoire un Love Interest (habituellement dans le cadre d’une intrigue secondaire).
L’histoire que le genre Buddy Love permet de mettre en forme porte sur deux individus dont les vies sont insignifiantes sans l’autre.
Fidèle à son habitude, Blake Snyder décompose le genre en trois composants. Un Buddy Love est donc :

  1. Un héros incomplet
  2. Un homologue dont le héros a besoin pour que sa vie soit comblée
  3. Une complication qui les tient éloignée l’un de l’autre même si cette force les pousse irrésistiblement l’un vers l’autre.

D’emblée, l’histoire nous présente un héros auquel il manque quelque chose dans sa vie, même s’il nous semble parfaitement heureux. Roger Murtaugh vient de fêter ses 50 ans. Une scène nous révèle Roger quelque peu déprimé dans sa baignoire ruminant ses cheveux gris, sa prochaine mise à la retraite des forces de police et la fatigue qu’il ressent. Roger a besoin d’une aide que ni sa famille (qui pourtant le chérit), ni son travail qui lui apporte toutes satisfactions ne peuvent lui donner.
Un seul personnage, Martin Riggs, cependant, sera en mesure de permettre à Roger Murtaugh de ressusciter. Roger a besoin de Martin mais il ne le sait pas encore.
L’idée est d’avoir un héros incomplet qui pour atteindre à la plénitude de son âme devra accepter de reconnaître en un autre (pas n’importe quel autre) la nécessité de la présence dans sa vie. Et nous frôlons la question de vie ou de mort dans ce besoin de l’autre. Sans celui-ci, le personnage principal est comme dans une mort spirituelle (que l’on peut illustrer de différentes façons : risque physique ou moral ou spirituel tel qu’un ennui profond, par exemple…). Sans l’autre, votre héros est comme une ombre qui avance dans la nuit.

L’homologue a souvent la particularité d’être quelque peu différent qu’il se nomme Martin Riggs (L’arme fatale) ou Raymond Babbitt (Rain man). Pourquoi doit-il être différent ? Probablement pour marquer que seule une personnalité spéciale a le pouvoir et la force d’aller au-delà de la résistance naturelle du héros au changement. Un personnage normal est incapable de voir que derrière la façade du héros, il y a un profond désespoir. Même si ce personnage perçoit un malaise, il n’a pas la force de briser les digues mises en place par le héros.
Seule une personnalité qui n’a souvent au début de l’histoire qu’un rapport lointain et ténu avec le héros et qui n’a pas nécessairement la volonté d’aider le héros est cependant en mesure de le faire. Mais ce n’est pas sa mission dans l’histoire.
Par contre, c’est sa fonction. En effet, cet autre est un catalyseur envers le héros. Il va provoquer le changement chez le personnage principal. Lui, cependant, n’a pas besoin de changer ou très peu. Raymond Babbitt est un personnage qui ne peut changer par définition. Mais l’impact qu’il va avoir sur la vie de Charlie est immense.
Le genre Buddy Love a cependant besoin que les deux personnages qui créeront l’équation du Buddy Love soient au début de l’histoire opposés en tout : traits de caractère, situation, origines…
C’est en fait comme si cet autre avait les qualités qui font défaut au héros pour que son être soit entier,  pour qu’il soit en phase avec sa véritable nature. L’autre offrira donc au héros les qualités qui lui manquent.

Quant aux complications, elles pourraient à la fois se résumer et être une variation autour du :
Puisque tu l’aimes (ou tu crois l’aimer), dis-le lui.
Mais il y a toujours quelque chose qui empêche cet amour (ou cette amitié, selon votre choix d’auteur). Et le moindre prétexte est bon : la distance qui les sépare, leurs croyances respectives, les circonstances…
Mais l’ironie et c’est ce qui en fait aussi un atout certain pour l’auteur d’un Buddy Love, c’est que ces complications vont rapprocher les deux personnages. Plus les choses se compliquent et plus leur réunion est proche (même si la mort les sépare comme dans Titanic, leur union est telle qu’elle justifie toute une histoire).

Le All is Lost

Du point de vue structurel, le All is Lost est toujours le moment d’une séparation, d’une lutte, d’un good bye et bon débarras !

Concernant le All is Lost, plus d’information ci-après :
BLAKE SNYDER : MONSTER IN THE HOUSE
BLAKE SNYDER : GOLDEN FLEECE

Bien sûr, cette séparation du All is Lost n’en est pas vraiment une. Le problème est que ces deux personnages ont simplement du mal à comprendre qu’ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre et que pour gagner, il leur faut seulement laisser un peu de leur amour de soi et reconnaître leur besoin réciproque de l’autre. Chose qu’il réalise à la fin de l’histoire, bien entendu.

La relation

La relation entre les deux répond généralement au schéma d’un héros qui subira le plus fort changement dans sa personnalité alors que l’autre personnage  restera fidèle (ou à peu de choses près) à lui-même mais servira de catalyseur au héros pour initier le changement de personnalité chez ce dernier. C’est le cas par exemple dans Rain Man ou L’arme fatale.

Un autre schéma assez classique est celui où un être entre presque par effraction dans la vie d’un autre, affecte grandement cette vie et s’en retourne vers ses contrées. Cela relève assez du conte de fées comme dans E.T. par exemple qui transformera profondément Elliot.

La relation entre les deux personnages peut être très variée et présenter un amour interdit comme dans Brokeback Mountain ou La belle et la bête, par exemple.
Le message, quelque que soit la nature de la relation qui unit les deux personnages, est une leçon universelle : notre vie peut changer avec une simple rencontre.
Vous constaterez aussi souvent que généralement la demoiselle est celle qui reconnaît un véritable amour lorsqu’il se présente alors que le garçon n’a aucune idée de l’alchimie qui est en train de prendre. Et c’est d’ailleurs le personnage du garçon qui doit accomplir le plus gros changement. C’est un motif très utilisé dans les comédies (les screwball comedy des anglo-saxons qui appuient davantage sur l’aspect loufoque des situations).

Que vous écriviez une histoire sur l’amitié ou une Love Story, vous pouvez sans risque de plagiat suivre la structure décrite précedemment. Et malgré qu’elle puisse paraître éculée, elle fonctionne toujours.
Il faut que vous gardiez à l’esprit en écrivant une telle histoire que le facteur qui initie le changement chez votre héros est un autre personnage.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :