Archives par mot-clé : Enjeux

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Continuons sur notre lancée avec les situations conflictuelles 815 à 830

Les situations sont listées sur cette page :
PLOTTO, MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Bonté et Compassion

Proposition B
15, Trouver une certaine force pour tirer le meilleur parti d’une situation difficile.

Continuer la lecture de PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

LA SCÈNE ET SON CONTEXTE

Conter une histoire, ce n’est pas simplement écrire à propos de quelque chose. Même si l’auteur s’engage dans quelque chose qui lui tient à cœur comme une injustice ou l’intolérance, écrire (du moins la finalité de l’acte d’écrire) est de décrire quelque chose qui a lieu et qui prend à témoin le lecteur.

Ce qu’il se produit dans l’histoire, ce sont les scènes qui le donne à voir au lecteur. Bien sûr, toutes les scènes ne sont pas fondées sur une action. L’histoire exige parfois qu’elles soient simplement descriptives pour informer le lecteur sur le contexte d’une situation. Le lecteur devient observateur. Il ne lui est pas demandé de s’impliquer émotionnellement dans la scène. En somme, il s’agit d’exposition afin de préparer son imagination à mettre en œuvre plus tard certains mécanismes tels que l’empathie ou bien à inciter chez lui certains sentiments (la scène devient alors prescriptives puisqu’elle force en quelque sorte le sentiment chez le lecteur).
Continuer la lecture de LA SCÈNE ET SON CONTEXTE

FORCE NARRATIVE : LA TENSION DRAMATIQUE

Qu’est-ce qu’une histoire ? Pour faire simple (et somme toute assez universel), une histoire doit avoir un héros (c’est-à-dire à la fois protagoniste – qui agit – et personnage principal – qui reçoit l’empathie du lecteur. Voir la théorie narrative Dramatica à ce sujet).
Ce héros a en charge la résolution du problème soulevé par l’histoire. L’auteur doit donc donner à ce personnage principal quelque chose à faire. Ce peut être un besoin, un défi, un but à atteindre, une quête.

Quel que soit le résultat souhaité par l’auteur (il peut vouloir combattre l’ignorance ou l’intolérance par exemple), il lui faut inventer des obstacles qui viendront perturber l’avancée du héros dans sa recherche d’une solution.
D’où vient alors la tension dramatique ? De la collision (que le lecteur ressent intuitivement) entre l’objectif du protagoniste et ces obstacles. Concrètement, c’est une situation conflictuelle. Le conflit est une force narrative en soi qui incite le lecteur à s’interroger sur l’issue dont on sait jamais de ce qu’elle sera faite. Même au moment du climax (l’ultime confrontation), l’auteur peut très bien souhaiter donner un point de vue négatif sur le monde.
Continuer la lecture de FORCE NARRATIVE : LA TENSION DRAMATIQUE

A LA RECHERCHE DE L’HISTOIRE

Chaque auteur doit trouver son histoire avant qu’il ne puisse espérer la mettre sur papier. S’il ne s’est pas vraiment trouvé lui-même, quelque chose manquera. Cette différence crée le succès ou l’échec du projet.

C’est ainsi qu’une idée qui ne possède pas le potentiel pour faire une histoire puissante, jamais elle n’aboutira avant de l’avoir changé en quelque chose d’autre. Se remettre en question est souvent difficile. L’auteur s’accroche à l’idée mais ne peut saisir ce qui l’attire véritablement en elle. Il tentera de la traduire d’une manière pour, croit-il,  qu’autrui puisse l’accepter.
Continuer la lecture de A LA RECHERCHE DE L’HISTOIRE

SCÈNE : LES QUESTIONS Á SE POSER

Écrire une scène sans savoir précisément ce qui doit la suivre et encore plus précisément comment cette scène singulière s’intègre dans le tout (une fiction somme toute est un assemblage de scènes), c’est aller droit à l’incohérence.
Une scène est un rouage vital de l’ensemble. Elle n’existe que dans son rapport au tout. C’est pour cela que l’a dit organique dans le sens de structurel.
Continuer la lecture de SCÈNE : LES QUESTIONS Á SE POSER