Dramatica

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (43)

Ceux qui ont suivi nos explications sur la théorie narrative Dramatica pourraient se demander quelles différences pouvons-nous établir entre les dimensions des personnages et les variations de types des classes.

Puisque l’approche que nous avons adoptée de la définition des termes du vocabulaire de Dramatica est sensiblement un nouvel aspect des personnages.
Il faut comprendre que Dramatica analyse une histoire selon plusieurs plans et parmi ceux-ci, nous distinguons les personnages ainsi que le thème.

Les dimensions des personnages sont des éléments qui entrent directement dans leurs personnalités. Ce sont explicitement des traits de caractère.
Alors que les variations de type que nous étudions depuis quelques articles servent à définir le ou les thèmes que vous pourriez aborder dans votre histoire.

Et si l’approche est identique dans notre exercice de vulgarisation de cette théorie, c’est parce que tout se réduit aux personnages.

Cet article aborde donc les quatre variations du type Doing de la classe Physics.

Sommaire de tous les articles :
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE
DramaticaLes quatre variations du type Doing (Classe Physics)

Pour une première définition du type Doing :
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (31)

Wisdom

Littéralement sagesse. Nous éprouvons tous des expériences au fil de notre vie. Habituellement, nous ne sortons pas indemnes de ces expériences. Nous apprenons des règles de conduite ou bien nous réalisons certaines choses… sur le plan moral ou autre.

Maintenant, toutes ces leçons apprises au-travers de nos expériences restent abstraites si nous ne parvenons pas à les rendre concrètes.
C’est là qu’intervient la sagesse (Wisdom) au sens de Dramatica. C’est une compréhension de la manière que nous devons appliquer toute cette connaissance que nous avons acquise par notre vécu.

Nous tirons des significations des choses qui nous arrivent. Cependant être conscient des faits est inutile si nous ne comprenons pas les forces qui sont à l’origine de ces faits. La simple connaissance des faits est insuffisante si nous sommes incapables de tirer de nos perceptions une interprétation pertinente.

Et nos personnages sont dans le même cas. Il faut une compréhension profonde des choses si nous souhaitons maîtriser le cours de notre vie.
Wisdom définit donc cette capacité à aller au bout des choses afin d’agir correctement en réponse aux événements dans lesquels les personnages sont plus ou moins engagés.
Et en tant que capacité, c’est une mesure.

Et en tant que mesure, cela détermine aussi les limites qui vont enfermer un personnage dans un comportement spécifique. Cependant, ces restrictions ne sont pas définitives. Après être conscient de quelque chose, le personnage peut continuer à évoluer.
Il deviendra plus précis dans ses interprétations. Il pourra assembler davantage d’informations et soudain, des vérités, des évidences feront jour.
Ses actions, ses arguments pour justifier les choses seront bien plus pertinents au fur et à mesure de l’intrigue.

Enlightenment

Toutes les vérités ne nous sont pas directement accessibles que ce soit par nos sens ou notre raison. Est-ce à dire que nous n’atteindrons jamais à certaines vérités ?

Que nenni ! Nous pouvons comprendre certaines choses en transcendant le savoir que notre quotidien ne laisse de nous apprendre.
Certaines choses peuvent se révéler comme par illumination. Toutes les significations ne proviennent pas de notre vécu. Notre esprit a la faculté de synthétiser des vérités abstraites qui n’ont pas encore été observées ou bien qui ne le peuvent pas.

Lorsqu’un personnage est capable de comprendre les choses, de pénétrer les choses et voir au-delà des choses,  il acquière une connaissance nouvelle.
Cela ne s’explique pas rationnellement. C’est de l’intuition.

Selon Dramatica, un conflit thématique assez pointu pourrait prendre place entre une sagesse pratique issue de l’expérience et l’illumination née d’une rare perspicacité.
A se demander si le délire ne serait pas une forme d’illumination hallucinatoire…

Skill

C’est l’aptitude à faire les choses. Dramatica double même cette signification en précisant une certaine expertise dans cette capacité à faire.
Nous sommes vraiment dans le domaine physique, dans le domaine de l’action avec Skill.

Cependant, Dramatica va encore plus loin. Pour la théorie, Skill est un potentiel inné pour accomplir des choses soit physique, soit mentale.
Mais ce n’est pas tant la nature des choses accomplies (qui sont au service de l’intrigue) mais le potentiel inné de cette faculté qui importe parce qu’il laisse supposer qu’un personnage n’a peut-être pas encore conscience de toutes les facultés qu’il possède.

Parmi tous les arcs dramatiques possibles que les personnages de fiction peuvent emprunter et qu’ils ont déjà suivis à travers le temps et les cultures, découvrir sur soi des vérités que nous ne soupçonnions pas et qui pourtant faisaient comme un vide pour trouver du sens à nos vies est un thème récurrent.
C’est dire l’importance de Skill.

Autre point important de Skill : il ne nécessite aucune expérience pratique. C’est une virtualité dont la puissance ne demande qu’à s’exprimer. Et ce sont les pérégrinations du personnage à travers l’intrigue qui permettront à cette capacité latente de se manifester.

Skill peut être une aptitude physique, un talent particulier ou une capacité intellectuelle ou émotionnelle (comme la confiance en soi) qui peut, selon les intentions de l’auteur, être développé ou non.

Experience

Globalement, c’est acquérir une connaissance. Lorsque l’on fait l’expérience de quelque chose, cette chose nous est dorénavant connue.
Dramatica prend comme définition de l’expérience un effet cumulatif d’observation ou de participation à des activités physiques ou mentales jusqu’à ce qu’elles deviennent familières.

Dramatica nuance cependant cette définition en précisant qu’un personnage qui expérimente une chose nouvelle, et que même si celle-ci devient comme une seconde nature chez lui, ne signifie pas qu’il excellera en cette matière.

Cette excellence, si elle est souhaitée par l’auteur, doit être appariée avec une compétence (Skill). Cette dernière, en présence de l’expérience renouvelée, s’affinera progressivement. C’est en cela que la relation d’opposition qui unit Skill et Experience est dialectique.

L’un et l’autre s’influencent mutuellement pour déboucher sur quelque chose d’autre. comme d’être en mesure de vaincre son antagoniste lors du climax, par exemple.

A travers l’expérience, Dramatica voit deux notions. D’abord celle de durée puisque la théorie lie à l’expérience une continuité de progression qui aboutit à une cohésion entre la volonté du personnage et son agir.
Et en second, une sorte de prédétermination puisque l’efficacité de l’action du personnage dépend d’une aptitude innée (posséder en soi la faculté d’une action efficace).

Dans le prochain article, nous aborderons la dernière variation du type Doing : Obtaining.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de