Archives pour la catégorie Scènes & Dialogues

LE CONFLIT, C’EST INVENTER UN PROBLÈME

Ce qu’une histoire promet, c’est d’abord du conflit. Le conflit est cependant une notion abstraite qui peut prendre une pluralité de formes.
Des motifs d’intrigue tels que la perte ou la trahison sont des formes conflictuelles par leur nature même.

Il faut cependant pouvoir expliquer ces formes au lecteur. Une poursuite, par exemple, c’est-à-dire qu’un homme en chasse un autre et c’est le motif de l’intrigue (ce n’est pas une course-poursuite), doit bien avoir une raison.

On ne peut pas imposer au lecteur une poursuite sans lui donner au moins une explication de cette poursuite. Il faut donc inventer au préalable un problème.
Continuer la lecture de LE CONFLIT, C’EST INVENTER UN PROBLÈME

FLUX & REFLUX DE LA TENSION

Chaque scène de l’histoire varie en intensité, c’est-à-dire en tension. C’est le flux et reflux de toute fiction.
Le travail de l’auteur est d’exploiter cette variation de l’intensité tout au long de son histoire.

Les moments les plus intenses et ceux pour lesquels l’auteur souhaite que le lecteur ressente une forte émotion doivent non seulement se produire au bon moment mais ils doivent être aussi considérés comme des éléments dramatiques de son récit (et non comme un simple pathos).
Continuer la lecture de FLUX & REFLUX DE LA TENSION

TOUT COMMENCE PAR UNE SIMPLE SCÈNE

Une intrigue est une accumulation de troubles dans les vies internes et externes de personnages. La vie psychologique d’un personnage est tout aussi importante si ce n’est plus que ses actions dans le monde.

Maintenant, un auteur a besoin de montrer ces troubles. Il utilisera alors des scènes pour illustrer et apporter cette touche dramatique qui fait l’essence de la fiction.

Une intrigue se décompose en scènes. Ou plutôt elle se construit sur des scènes. Ce qui signifie que si l’une des briques qui maintient la cohérence de l’intrigue est trop fragile, c’est le tout qui en pâtira.
Continuer la lecture de TOUT COMMENCE PAR UNE SIMPLE SCÈNE

L’ACTE DEUX : LE PRINCIPE GÉNÉRAL

L’acte Deux est une série de scènes qui vont faire monter la tension, augmenter les enjeux pour le personnage principal (plus il a à perdre, mieux c’est pour l’intrigue), faire en sorte que le lecteur se soucie de ce qui peut arriver au protagoniste (ou au personnage principal si celui-ci n’est pas le protagoniste) et qui se construit progressivement vers l’acte Trois d’une manière qui semble inévitable.
Continuer la lecture de L’ACTE DEUX : LE PRINCIPE GÉNÉRAL

LA PRIMAUTÉ DES DIALOGUES SUR L’ENVIRONNEMENT

Dans la vie réelle, nous devons souvent nous répéter pour nous faire entendre dans des environnements par ailleurs bruyants.
En fiction, cependant, alors que la situation semble assourdissante, les dialogues nous parviennent néanmoins hauts et clairs.

Les mots seront donc entendus à la fois par le ou les personnages à qui ils sont adressés et aussi par et pour le spectateur quelles que soient les conditions dans lesquelles ils sont proférés.
Continuer la lecture de LA PRIMAUTÉ DES DIALOGUES SUR L’ENVIRONNEMENT