Archives de catégorie : Scènes & Dialogues

UNE SCÈNE D’INTERROGATION

Une scène d’interrogatoire bien écrite est une démonstration de compétence de la part de celui qui interroge. La compétence est une méthode. Elle consiste à développer une stratégie préalablement élaborée. Elle permet au lecteur de découvrir progressivement le plan suivi par un personnage durant une conversation et elle est un élément dramatique que le lecteur s’attend à trouver dans un tel échange.

Dans une scène d’interrogatoire, le lecteur/spectateur ne participe pas. Il est un témoin de l’habileté technique d’un personnage expérimenté qui utilise son expérience pour mener une conversation difficile avec une contrepartie hostile qui ne souhaite pas se confesser.

Prenons un exemple tiré de l’épisode 3 (il n’y a qu’une saison) de The Looming Tower. Cette série relate la montée en puissance de la menace d’Osama Bin Laden et d’Al-Qaeda vers la fin des années 1990 et comment la rivalité entre le FBI et la CIA a pu mener involontairement à la tragédie du 11 septembre.

Dans ce troisième épisode (Mistakes were made), le FBI a mis la main sur l’un des terroristes survivants après les attentats contre les ambassades au Kenya et en Tanzanie. L’agent du FBI Robert Chesney interroge le suspect terroriste d’Al Qaeda Mohamad Al-Owhali.

La scène est localisée à Nairobi. Al-Owhali est suspecté d’avoir participé à l’attentat sanglant de l’ambassade américaine. Le FBI veut connaître à qui Al-Owhali a passé un appel après avoir quitté le lieu de l’attentat.
Continuer la lecture de UNE SCÈNE D’INTERROGATION

AARON SORKIN : LA SCÈNE

La finalité d’une scène est de faire avancer l’intrigue. La scène a définitivement un mouvement vers l’avant. Et le lecteur le sait.

L’auteur doit donc s’assurer qu’à la fin de la scène, il y ait bien une progression de son histoire. Ce n’est pas forcément un tournant majeur comme le passage dans l’acte Deux (ce qui relève davantage de la structure) mais plutôt le sentiment que les choses avancent.

Comment s’y prendre pour marquer cette progression ?

Différentes manières de faire sont possibles. Par exemple, une scène se termine sur une interrogation. La réponse sera donnée dans une scène ultérieure accolée ou non à la première scène. La réponse à la question posée fera avancer l’histoire.
Prenons un personnage qui se fait tirer dessus à la fin de la première scène mais aucune certitude n’est donnée sur sa mort. Si la mort ou la survie de ce personnage est une question fondamentale pour l’intrigue, savoir ce qu’il est advenu de ce personnage orientera l’intrigue dans une certaine direction. Cette orientation suffit à faire avancer l’histoire.

Toutes les scènes ne se prêtent pas à cette dynamique. Certaines permettent par exemple d’éclairer la personnalité d’un personnage. Néanmoins, la grande majorité des scènes sera implémentée avec quelque chose de suspendu qui se réalisera dans une autre scène.
Continuer la lecture de AARON SORKIN : LA SCÈNE

LA SCÈNE ET SON CONTEXTE

Conter une histoire, ce n’est pas simplement écrire à propos de quelque chose. Même si l’auteur s’engage dans quelque chose qui lui tient à cœur comme une injustice ou l’intolérance, écrire (du moins la finalité de l’acte d’écrire) est de décrire quelque chose qui a lieu et qui prend à témoin le lecteur.

Ce qu’il se produit dans l’histoire, ce sont les scènes qui le donne à voir au lecteur. Bien sûr, toutes les scènes ne sont pas fondées sur une action. L’histoire exige parfois qu’elles soient simplement descriptives pour informer le lecteur sur le contexte d’une situation. Le lecteur devient observateur. Il ne lui est pas demandé de s’impliquer émotionnellement dans la scène. En somme, il s’agit d’exposition afin de préparer son imagination à mettre en œuvre plus tard certains mécanismes tels que l’empathie ou bien à inciter chez lui certains sentiments (la scène devient alors prescriptives puisqu’elle force en quelque sorte le sentiment chez le lecteur).
Continuer la lecture de LA SCÈNE ET SON CONTEXTE

SCÈNE : LES QUESTIONS Á SE POSER

Écrire une scène sans savoir précisément ce qui doit la suivre et encore plus précisément comment cette scène singulière s’intègre dans le tout (une fiction somme toute est un assemblage de scènes), c’est aller droit à l’incohérence.
Une scène est un rouage vital de l’ensemble. Elle n’existe que dans son rapport au tout. C’est pour cela que l’a dit organique dans le sens de structurel.
Continuer la lecture de SCÈNE : LES QUESTIONS Á SE POSER

LA SCÈNE DE RÉACTION

Beaucoup de scènes existent parce qu’elles montrent la réaction à un événement précédent. En quelque sorte, il s’agit de réagir à ce qu’il s’est passé. Ainsi, on peut considérer qu’une scène complète serait un événement (une action) suivi par une réaction (c’est-à-dire les conséquences).

Cette réaction est très importante dans une histoire. Non seulement parce qu’elle permet aux personnages de montrer leur ressenti après l’événement mais aussi parce que cette scène préparera leur prochain mouvement.
Ces scènes de réaction sont souvent des moments d’introspection ou contemplatifs. Ces scènes aident aussi au développement des personnages.
Continuer la lecture de LA SCÈNE DE RÉACTION