SCÈNES & TRANSITIONS

0
(0)

En glissant de scène en scène, le changement est toujours implicite. Les personnages changent, les lieux changent, le temps change chaque fois que nous baissons le rideau de la prose et que nous le levons à nouveau. Peut-être que les changements sont minimes, mais ils sont là, et c’est le travail de l’auteur de les rendre – et de les garder – dramatiques.
Le temps est d’une importance capitale dans tout texte en prose, car l’histoire avance et le lecteur/spectateur doit être capable de suivre et de comprendre les changements. En fiction, ces changements sont nommés transitions, et ils signifient généralement une nouvelle scène.

Suspense et tension

Et nous ajoutons de la dramaturgie en terminant une scène à un moment de suspense et en commençant la suivante à un moment donné dans le futur. Le temps a changé, tout comme l’histoire et le drame. « Un mois plus tard » par exemple est une transition et elle relie les scènes.

D’une certaine manière, les transitions et les coupes sont similaires : Ce sont des dispositifs pour construire un conflit procédural (c’est-à-dire un moyen narratif de découvrir le conflit). Ces dispositifs précipitent les changements (d’action, de temps, de point de vue, de lieu), ils empêchent le lecteur de s’enliser (en ne permettant pas aux choses de rester statiques), et elles peuvent faire avancer l’histoire.

Mais les transitions sont aussi différentes des coupes : en effet, elles font partie du contenu de l’histoire car elles montrent le passage du temps (le lendemain…, début mars…, six mois plus tard…) et le fil de l’histoire doit rester cohérent.
Les coupes, d’un autre côté, sont procédurales car elles influencent le contenu de l’histoire mais n’en font jamais partie. De même, les transitions peuvent se développer au sein d’une scène, mais, bien sûr, les coupes doivent créer des scènes distinctes.

Le conflit de procédure (également connu sous le nom de conflit de processus ou conflit procédural) est un désaccord sur la manière d’atteindre un objectif et une résolution. Le conflit procédural peut porter sur des aspects tels que la question de savoir qui doit participer à une décision, comment s’y prendre, où se réunir, ou encore quelles règles doivent être suivies. Les parents qui se disputent sur la façon de discipliner les enfants et les codirigeants d’une entreprise qui se disputent sur la façon d’établir une politique de vacances équitable sont des exemples de conflits procéduraux.

Les conflits affectifs peuvent conduire à des conflits de procédure. Par exemple, si je ne vous fais pas confiance, pourquoi devrais-je accepter vos idées sur la façon de procéder ? En fixant des objectifs et des procédures détaillés dès le début des interactions entre les personnages, ce type de conflit ne risque pas d’avoir de graves conséquences. Donc, pensez bien à la nature des relations qui doivent exister entre les personnages pour amener du conflit dans les scènes qui le nécessitent.

Même si nous n’avons pas de scène séparée, la phase qui précède la transition propose un dilemme ou un problème, quelque chose qui piquera la curiosité du lecteur. Ensuite, le passage de la transition tentera de le résoudre. C’est le principe du cliffhanger. Les transitions sont également des dispositifs utiles pour accroître la tension et les angoisses (autant des personnages que des lecteurs). Si nous terminons une scène à un moment de tension, puis ouvrons la scène suivante des heures ou des jours plus tard, la tension se prolonge (à moins, bien sûr, que nous ne la dissipions en résolvant le problème immédiatement).

Les transitions peuvent commencer et se terminer par un dialogue ou un récit, mais pour créer du suspense, il est préférable d’utiliser les deux. Le dialogue offre l’avantage de l’immédiateté et est naturellement chargé de tension dramatique, ce qui est toujours utile.
La narration, en revanche, permet une construction plus approfondie, et peut donc convenir pour reprendre le fil de l’histoire après la transition. Les transitions devraient avoir lieu pendant les moments de tension ; elles ne devraient pas résoudre le problème, le dilemme ou la confrontation, du moins pas tout de suite. Laissez le conflit résonner pendant un certain temps, ce qui rendra la transition plus significative et plus utile.

S’il vous plaît, faites-nous part de vos commentaires. C’est toujours agréable de savoir que l’on est lu. Et si vous le pouvez, pensez aussi à faire un don de temps en temps. Quelques euros suffisent pour nous maintenir à vos côtés dans tous vos rêves d’écriture encore longtemps. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :