L’EXPÉRIENCE SENSUELLE AU CŒUR DE LA SCÈNE

0
(0)

Nos sens sont notre première boite à outils pour comprendre notre monde. Du moins, ils nous en offrent une connaissance immédiate (pas toujours juste, à vrai dire).
L’expérience sensuelle est au cœur d’une scène. Elle en constitue le fond. Et elle est primordiale à la réalité de la scène. Si, par exemple, vous situez une scène dans un parc,  vous  êtes-vous alors demandé pourquoi votre personnage  s’est forcé en quelque sorte à entrer dans ce parc ?

Ne serait-ce pas ce lilas fleuri et parfumé qui embaume toute l’atmosphère de la scène ? En précisant dans l’en-tête de la scène la présence de cet arbuste, vous donnez une double information : non seulement que le personnage a été attiré par le parfum du lilas mais que nous sommes aussi au printemps (une information qui charrie avec elle tout un tas de symboles et autres métaphores).
Quels que soient les détails qui communiqueront sur l’expérience sensuelle de la scène, ils n’en sont pas moins des outils dramatiques qui donneront de la vie au monde que vous décrivez.

Une question d’authenticité

Le détail chargé de transmettre ce que les sens du personnage lui rapportent doivent faire écho chez le lecteur. Le parfum du lilas par exemple est suffisamment universel pour inciter une réminiscence dans l’esprit du lecteur (qu’il filtrera probablement à-travers ses propres expériences du parfum du lilas).

Pour décrire le lieu de la scène sans alourdir le scénario, il vaut mieux relever les détails qui parleront le plus à la fois aux personnages et au lecteur. Tenter de transmettre une réalité sensible, c’est d’abord travailler sur des concepts.
Par exemple :

[aesop_video align= »center » src= »self » hosted= »http://www.scenarmag.fr/wp-content/uploads/2017/09/Humbert-Humbert-meets-Lo-HD.mp4″ disable_for_mobile= »off » loop= »off » autoplay= »off » controls= »on » viewstart= »off » viewend= »on » revealfx= »off » overlay_revealfx= »off »]

Plus les détails sensuels émergent sans heurt et plus la toile de fond de la scène transportera le lecteur.

Une expérience visuelle

L’écriture n’est pas une image. Pourtant, il doit se former dans l’esprit du lecteur les images que les mots composent. C’est même indispensable s’agissant d’un scénario. Cela signifie que vous devez avoir une vision assez précise de votre univers afin de positionner dans la scène les indices qui vous permettront de le décrire.

Ces détails apportent l’existence des choses dans votre fiction. Considérez l’introduction du Duc dans The Big Lebowski :

It is late, the supermarket all but deserted. We are tracking in on a fortyish man in Bermuda shorts and sunglasses at the dairy case. He is the Dude. His rumpled look and relaxed  manner suggest a man in whom casualness runs deep.

Il est tard, le supermarché est totalement désert. Nous suivons un homme d’une quarantaine d’années en Bermuda et lunettes de soleil au rayon du lait frais. C’est le Duc. Son look chiffonné et ses manières décontractées suggèrent un homme chez qui la désinvolture est un mode de vie.

L'expérience sensuelle

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :