SCENE : COMPLIQUER LA VIE DES PERSONNAGES

0
(0)

Pour rendre encore plus intéressantes les scènes, il est bon de compliquer la vie des personnages dans les diverses situations où ils peuvent se retrouver.
Mais il ne faut pas rendre les choses compliquées parce que c’est une obligation : là, vous vous rendrez les choses difficiles.
Les complications que vous inventerez pour agrémenter vos scènes avec de la bonne tension doivent révéler le personnage et faire avancer l’intrigue (ou faire avancer les choses si cette expression vous parle mieux).

La rétention d’émotions

La rétention d’émotions, la rétention d’informations et la rétention d’objets sont des techniques narratives qui aident à créer de la tension dramatique pour garder l’attention du lecteur sur votre histoire.

La rétention d’émotions se présente de plusieurs façons. Un père, par exemple, se retient de dire à son fils qu’il est fier de lui malgré qu’il aurait besoin de l’approbation de son père pour accomplir quelque chose.
Par contre, la rétention ne peut pas être décidée seulement parce qu’elle enrichit la scène. Il faut que sa présence dans la scène soit légitime.

La rétention d’émotions peut être ainsi  vue comme une approche comportementale des situations. Dans Lolita de Vladimir Nabokov (plusieurs fois adaptée au cinéma), Humbert Humbert possède le corps de Lolita mais celle-ci retient ce que Humbert veut vraiment, c’est-à-dire son amour et son respect.
Plusieurs scènes nous montrent les tentatives désespérées de Humbert pour arranger des situations, mettre en place des circonstances pour obtenir cet amour de Lolita.

Dans le cas de Lolita, la rétention du sentiment d’amour de Lolita était beaucoup plus que de nourrir les scènes. Humbert Humbert est le protagoniste et en tant que personnage principal, il se doit d’attirer sur lui la sympathie ou la compassion du lecteur.
Le voir tenter désespérément de se faire aimer de Lolita rend presque tolérable le fait que Lolita n’est pas majeure et que Humbert est un homme mûr. Cet acte immoral est d’ailleurs expliqué par le passé de Humbert mais il n’en reste pas moins que s’il n’y avait pas cette rétention de l’émotion, le personnage n’inspirerait que du dégoût sans espoir de faire remonter dans la conscience du lecteur un désir déguisé et coupable.

Si dans la construction du personnage de Lolita, il n’y avait pas eu cette approche de la rétention, la structure de l’histoire en aurait souffert car Lolita est l’antagoniste de Humbert.
Retenir cet amour qui est l’objectif de Humbert, c’est sa façon à elle d’empêcher Humbert d’atteindre son objectif.

La rétention d’émotions est donc un moyen narratif qui sert à la fois à rendre sympathique un personnage qui autrement ne serait qu’antipathique et à dramatiser les situations dans lesquelles se retrouvent des personnages sympathiques.

La rétention d’informations

La rétention d’informations est beaucoup plus commune. Toutes sortes d’informations peuvent être cachées. Outre l’ironie dramatique qui consiste à donner des informations soit au lecteur alors qu’un personnage les ignore, soit au lecteur et à certains personnages tandis que d’autres personnages les ignorent…, dans une scène, cela permets d’asseoir un potentiel conflictuel puisque le personnage qui détient une information possède aussi un pouvoir sur le personnage qui veut cette information.

Ces informations sont des éléments de l’intrigue qui doivent être conservés secrets le plus longtemps possible afin de ne pas épuiser trop tôt les possibilités qu’offre votre intrigue. De plus, donner des informations signifie que celles-ci sont désormais connues donc, si elles interviennent trop rapidement dans votre histoire, vous risquez de devoir vous répéter. La redondance est un vecteur d’ennui et s’avère surtout inutile dans un scénario.

La rétention d’objets

La rétention d’objets est aussi une option pour créer de la tension. S’il y a un objet important et convoité dans une scène, il y a une possibilité de combat pour les personnages qui veulent l’obtenir. Cet objet ne doit cependant pas être remis immédiatement entre les mains de votre héros. Imaginez que celui-ci se bat avec un individu et que tous deux veulent s’emparer d’une arme. Si cette scène intervient assez tôt dans votre intrigue, l’individu s’emparera de cette arme et menacera la vie du héros. Vous créez ainsi encore plus de tension.

Comme pour la rétention d’informations, la remise d’un objet significatif pour l’histoire entre les mains de votre personnage principal ne devrait intervenir qu’assez tard dans l’intrigue afin de maintenir l’intérêt du lecteur.

Le danger

Le danger qui consiste à mettre le protagoniste ou quelqu’un auquel il tient en position délicate au beau milieu d’une scène est un excellent moyen de pousser sur la tension.
Dans Terre Neuve de Robert Nelson Jacobs d’après le roman Nœuds et Dénouement d’Annie Proulx, Quoyle n’est plus que l’ombre d’un homme. Il a une estime de soi déplorable et ne sait pas nager. Ce dernier point a son importance car son inaptitude à nager est comme une métaphore de sa façon de voir le monde, de sa propre conduite dans ce monde.

Lorsque Quoyle aperçoit un corps flottant dans le port, il prend sur lui-même pour lui porter secours. Dans la manœuvre, son bateau chavire et il se noie presque.
Toute cette séquence permet au lecteur de comprendre que Quoyle veut devenir quelqu’un de plus fort.

Comme vous le constatez, les textes sous-jacents que l’on peut lire peuvent se placer dans le moindre élément dramatique y compris dans la mise en danger d’un personnage qui sert de manière pratique à rehausser l’impact d’une scène.
La façon dont réagit un personnage au danger peut aussi donner des indications sur sa personnalité. Un personnage bravache sera trahi lorsqu’il fuira devant le danger, par exemple.

Parmi les formes de danger que vous pourriez exposer, il y a la peur. C’est une émotion. Se retrouver face à un personnage psychotique, imprévisible, cause un état émotionnel troublant. Il y a un risque de perdre pied et le trouble qui s’empare du personnage a la particularité de fasciner le lecteur. Cela s’ajoute à la tension inhérente à la scène mais appuie aussi sur l’empathie du lecteur.

Dans tout conflit, il y a une notion de danger. Alors que dans la vie réelle, on a plutôt tendance à éviter le conflit, en narration, le conflit est un outil dramatique indispensable. Il devrait y avoir au moins une scène où le personnage principal s’explique rudement avec un autre personnage.
Vous pourriez ainsi révéler une information sur le passé de votre personnage sans compliquer inutilement votre histoire en tentant de faire prendre conscience de cette information au lecteur.

Vos commentaires, vos appréciations, vos dons… sont hautement appréciés. Si vous aimez mon travail, Merci de me soutenir

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :