Archives par mot-clé : Arc dramatique

LE HÉROS EST UN ÊTRE HUMAIN

Le héros en tant que protagoniste est celui qui fait avancer l’intrigue. On a pris l’habitude de le considérer tout empli de bonnes intentions, faisant le bien et surmontant l’adversité. Le héros typique est Hercule.

Depuis Hercule, le héros est moins empreint de ses ancêtres divins. Il est devenu quelqu’un d’ordinaire jeté dans une situation extraordinaire. Néanmoins, il est toujours affublé de qualités, voire de vertus qui lui permettent de se dépasser, de vaincre toutes sortes de difficultés et d’obstacles (malgré les tribulations qui pourraient l’abattre plus souvent qu’à son tour).
C’est toujours un personnage qui fait montre de bravoure (alors que la bravache pourrait être plus dramatique). Il est encore le gardien de valeurs morales qui ne font que refléter une société qui se voudrait utopique. C’est un être exemplaire prêt à se sacrifier pour sa cause.
Continuer la lecture de LE HÉROS EST UN ÊTRE HUMAIN

LA VOIE ROYALE DU LECTEUR : LE PROTAGONISTE

Le lecteur s’immerge dans l’histoire non par l’action mais plutôt par un personnage spécifique que l’on appelle le personnage principal et qui est bien souvent aussi le protagoniste, c’est-à-dire celui qui fait avancer l’histoire jusqu’à son climax et son dénouement.

Comme la théorie narrative Dramatica, nous distinguerons le personnage principal et le protagoniste en sorte que le protagoniste n’est pas nécessairement le dépositaire de l’empathie du lecteur. En effet, il est possible que le lecteur se contente d’observer et de juger les faits et gestes du protagoniste mais lorsqu’il s’agit de partager l’expérience de l’histoire, ce sera par l’intermédiaire du personnage principal.
Evidemment, si votre histoire n’exige pas que vous sépariez le protagoniste du personnage principal, ils seront alors une seule entité.
Continuer la lecture de LA VOIE ROYALE DU LECTEUR : LE PROTAGONISTE

ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (26)

Après le dénouement qui est la conséquence logique du climax, il est bon de rajouter un épilogue. Celui-ci peut être seulement de quelques secondes, et parfois, le dénouement peut être la dernière scène du scénario.

Il est plus moderne cependant de réserver une scène spécifique pour l’épilogue. Il semble que le lecteur s’en accommode plus émotionnellement que d’assister seulement au dénouement.
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (26)

ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (23)

L’arc dramatique d’un personnage consiste pour lui à évoluer au cours de son aventure. Cela fait partie du développement du personnage. Et plus vos personnages sont développés et mieux ils seront appréciés par le lecteur.

Mais une intrigue, ce n’est pas seulement une question de personnage. Il semble évident que l’intrigue dépend essentiellement de la complexité des personnages qui la peuplent mais la relation qui unit intrigue et personnages est un peu plus sophistiquée qu’il n’y paraît.
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (23)

ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (20)

J’ai toujours insisté sur l’idée qu’une histoire, c’est d’abord une affaire de relations entre individus. Une telle relation peut être envisagée comme une courbe sinusoïdale avec des hauts et des bas.

Ces ondulations peuvent expliquer la nature de la relation à un moment donné de sa propre ligne dramatique : par exemple, deux personnages s’entendent bien ou bien ils sont en désaccord ou en instance de divorce selon le moment de l’histoire où l’événement apparaît.
Il existe un autre aspect cependant qui est davantage dramatique et qui agit très souvent dans la scène.
Qui possède le pouvoir ? C’est-à-dire la puissance d’agir, d’influencer la plus forte dans une scène en particulier.
Continuer la lecture de ÉCRIRE UN SCÉNARIO : LES FONDAMENTAUX (20)