LES 4 METHODES POUR UN DIALOGUE EFFICACE

Vous êtes vous jamais demandé pourquoi il était facile de reconnaître la voix de quelqu’un qui vous appelle du bout du monde avec son téléphone alors que ce même quelqu’un qui lit un de vos scripts a les plus grandes difficultés à distinguer vos personnages ?
Avoir tous ses personnages qui se ressemblent est un sérieux problème dans un script. Il existe seulement deux façons de faire connaissance avec les personnages d’une histoire : par ce qu’ils font et par ce qu’ils disent.
Les mots et les actes.
Idéalement, un lecteur pourrait deviner qui parle sans qu’on lui désigne le personnage en question tout comme au téléphone lorsqu’on reconnaît notre interlocuteur rien qu’à sa voix.

Dans l’écriture et n’importe quelle activité créatrice, deux aspects sont simultanément à l’œuvre : l’imaginaire et la raison.
Simultanément signifie que si vous vous servez seulement de l’imaginaire pour produire votre travail, celui-ci manquera d’un certain contrôle de qualité alors que si vous utilisez seulement la raison, votre travail de création sera quelque peu ennuyeux et terne.

Les 4 méthodes décrites ci-après (issues des réflexions de William C. Martell) sont comme l’imaginaire et la raison que l’on met dans tout travail de création. Ces 4 méthodes doivent être utilisées simultanément afin de vous permettre de créer des dialogues qui permettront à votre lecteur de distinguer les personnages de votre histoire.

La première des méthodes qu’utilise William C. Martell fait appel à son imaginaire. En effet, il entend les personnages parler dans sa tête.
Pour y parvenir, il vous faut une connaissance intime avec vos personnages. C’est là que le travail préparatoire sur la création de vos personnages paie. L’étude d’archétypes est aussi un atout.
L’idée est de connaître vos personnages suffisamment intimement pour entendre leurs mots et leurs phrases pour chacun d’entre eux. Pour imaginer aussi quelles seront leurs réactions face aux dialogues des autres personnages.

La seconde méthode est de prendre des notes. Quand il vous vient une idée de réplique, un échange dont vous êtes le témoin… notez, notez, notez.
Au fil du temps, toutes ces répliques orphelines vous seront utiles et s’adonner à cette collection vous procurera un vrai régal.
Vous pourriez même écrire vos dialogues pratiquement uniquement avec vos notes lorsque votre collection commencera à s’étoffer.

La troisième méthode que préconise William C. Martell est de lutter contre notre tendance à la procrastination.
Quand vient le moment d’écrire nos dialogues, il y a toujours des jours où rien de bon ne surgit de notre cerveau. Dans ce cas, il ne faut pas surseoir à ce travail. Il est préférable d’écrire quelques bribes que vous retravaillerez lors de la réécriture que de ne rien écrire du tout.
Donc dans votre travail d’écriture des scènes, envoyez les dialogues. Si l’un de vos personnages dit quelque chose, essayez de trouver ce qu’un autre personnage lui répondra, même si vous n’êtes pas satisfait de la réponse.
Observez les mots se former sur votre écran. Ce n’est pas tous les jours facile mais c’est votre travail. Vous devrez de toutes façons trouver le meilleur moyen de faire dire à vos personnages ce qu’ils ont à dire.

Dernière méthode : la réécriture.
Une illusion des auteurs débutants est de croire que les auteurs chevronnés ont atteint une sorte de perfection et que leurs lignes de dialogue arrivent sans qu’il soit nécessaire d’y ajouter reflexions et réécriture. C’est bien entendu faux.
Le ou même les premiers jets ne sont souvent que de la matière brute qui doit être affinée et c’est valable quelque soit le nombre d’années passées à écrire.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Soyez le premier à voter pour cet article

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.