Dramatica

DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE (61)

Voici la traduction annotée du chapitre 16 de la théorie narrative Dramatica.

Sommaire de tous les articles :
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE

CHAPITRE 16
LES ELEMENTS STRUCTURELS
L’intrigue
Intrigue ou Storyweaving ?

Selon Dramatica, une erreur commune est de considérer l’intrigue comme se référant à la séquence d’événements d’une histoire. Une approche plus exacte serait de considérer la différence entre la progression des événements dans la structure de l’histoire ET l’ordre selon lequel ceux-ci sont révélés au lecteur.

C’est ce que définit ce terme du vocabulaire de Dramatica : Storyweaving. Il signifie la manière dont sont tissés les événements dans l’histoire.

Prenons comme exemple Le pont du roi Saint Louis de Thornton Wilder plusieurs fois adaptés au cinéma. L’histoire débute avec cinq voyageurs qui rencontrent la mort alors que le pont de corde qu’ils traversent cèdent. Toute la suite de l’histoire décrit comment chacun de ces voyageurs en est venu à traverser ce pont à ce moment précis.
Etait-ce un hasard ou bien n’y a t-il pas là la preuve d’un plan divin ? s’interroge le religieux témoin du tragique accident.

Il paraît évident que la progression des événements selon chacun des personnages est assez différente de l’ordre selon lequel ces événements sont révélés au lecteur.
Par contraste, le roman de S.F. de Kurt Vonnegut Jr, Abattoir 5 ou la croisade des enfants (qui fut lui aussi adapté) suit les aventures du personnage principal qui vit sa vie dans un ordre qui n’est pas chronologique. Dans cet exemple, la progression désordonnée des événements fait partie de la structure de l’intrigue et pas seulement de l’histoire.

La clef pour comprendre ces deux aspects de l’intrigue est qu’il y a une logique interne à la structure de l’intrigue, logique qui se fonde sur le point de vue du personnage, et qu’il y a un ordre selon lequel cette logique interne est révélée au lecteur.
Je pense que nous pouvons aussi établir que l’ordre selon la logique interne et l’ordre selon lequel les informations de cette logique interne sont révélées au lecteur sont autonomes.

Des titres comme Pulp Fiction ou Les vestiges du jour exposent leurs intrigues dans un ordre différent de celui de la survenance des événements. Les événements ne s’actualisent pas dans l’intrigue selon l’ordre chronologique.
Dans chacune de ces histoires, il existe une logique interne à la séquence des événements telle qu’elle se déploie dans la structure. Puis l’ordre (c’est-à-dire comment cette séquence apparaît au lecteur) apparaît désordonné pour le lecteur.

Ce nouvel arrangement (c’est ainsi qu’il faut comprendre ce vocable d’ordre dans la terminologie de Dramatica) a un affect totalement différent sur le lecteur qui intervient sur sa réponse à l’histoire sans toutefois altérer la logique interne (c’est-à-dire que l’affect correspondra à des émotions et des sentiments différents selon l’ordre dans lequel les informations seront données au lecteur).
Ainsi, si Pulp Fiction ou Les vestiges du jour étaient remontées de façon à révéler l’intrigue selon un ordre chronologique, le message qui transparaît de la structure de l’histoire serait le même, mais l’expérience du lecteur serait totalement différente.

Un exemple de premier choix serait Il était une fois en Amérique qui démontre précisément cette différence d’impact sur le lecteur. L’histoire explore l’évolution des relations entre un groupe d’amis depuis leur enfance pauvre au moment de la Dépression jusqu’à leur position sociale comme individus âgés dans le présent de la société actuelle (un présent narratif).

Lorsque Il était une fois en Amérique est sorti sur les écrans de cinéma, des épisodes de différentes périodes de leur longue histoire commune furent mélangés. Le spectateur du film découvrait les personnages âgés, puis en tant que enfants, âgés de nouveau et puis adolescents.
Le plaisir à visionner ce film consistait à essayer de comprendre comment une chose menait à une autre et de déterminer aussi pourquoi certaines choses pourtant attendues ne se produisaient jamais.

Le film ressemblait à un immense puzzle. Cependant, la version sortie en vidéo fut remontée dans un ordre chronologique. Toutes les pièces y étaient mais l’histoire avait perdue beaucoup de son charme. Elle apparaissait ridiculement simple et prévisible.

Ce qu’il faut comprendre est que l’intrigue d’une histoire décrit la logique ou séquence d’événements qui mènent les personnages des situations et attitudes qui étaient les leurs au début du problème à leurs situations et attitudes lorsque l’effort pour résoudre le problème est finalement accompli.
Une fois que cela est établi, l’auteur peut choisir de réarranger l’ordre selon lequel ces événements sont révélés au lecteur.

Ce réarrangement peut être partie prenante du sentiment que renvoie l’histoire dans son ensemble mais n’a pas d’effet sur la logique interne. En conséquence, une telle technique de réarrangement des événements (ou des informations) tombe dans le domaine de la narration.
Pour Dramatica, cette technique particulière de la narration se nomme Storyweaving. Et Storyweaving ne concerne donc pas la nature de l’intrigue elle-même.

Storyweaving sera détaillé lors de prochains articles.

 

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de