Archives pour l'étiquette Structure

STRUCTURE : LA COULEUR DES SENTIMENTS

La Couleur des sentiments (The Help) de Tate Taylor, d’après l’œuvre de Kathryn Stockett, présente la particularité d’avoir trois personnages pour représenter le protagoniste (Aibileen, Minny et Skeeter).

La structure de La couleur des sentiments est certainement à l’origine du succès que cette histoire a rencontré. C’est une structure qui se fonde en fait sur quatre histoires (dont celle de Celia) qui se supportent et se renforcent mutuellement.
C’est le principe du tout qui est différent de la somme de ses parties mais dont les parties sont elles-mêmes un tout qui se suffit à lui-même.

Trois protagonistes qui bénéficient chacun d’un arc dramatique bien défini et significatif.
Pour faire un héros, cependant, il faut un protagoniste qui soit à la fois protagoniste et personnage principal de la fiction.
Alors qui choisir comme personnage principal ?
Continuer la lecture de STRUCTURE : LA COULEUR DES SENTIMENTS

CONSTRUIRE LA LIGNE DRAMATIQUE

Une histoire peut être linéaire, c’est-à-dire qu’elle présente un début, un milieu et une fin. C’est l’ordre habituellement retenu. Parfois, c’est un peu désordonné comme Pulp Fiction ou Memento.

Considérons cependant que l’auteur opte pour un déroulement linéaire de tous les événements. Ces derniers sont généralement liés par une relation de causalité (un événement a lieu parce qu’il est relatif à un événement qui l’a précédé).
Ces faits s’accumulent créant une sérialité qui aboutit à une résolution dramatique. C’est une approche mécaniste des choses.

Toutes les pensées de l’auteur, ses idées, ses mots, les scènes et les dialogues se combinent pour donner au lecteur un tout que l’on nomme une fiction dramatique.
Continuer la lecture de CONSTRUIRE LA LIGNE DRAMATIQUE

QUELQUES CONSEILS POUR PLANIFIER SON HISTOIRE

Faire un plan de son histoire permet de voir s’il y a vraiment une histoire en devenir. Après qu’une idée est surgie, il peut être utile de planifier les événements.
Une fois ceux-ci posés sur le papier, il sera certainement plus facile de s’adonner ensuite au processus d’écriture proprement dit.

Un plan, c’est une série de paragraphes plus ou moins complexes. C’est l’auteur lui-même qui décide de ce qui fonctionne le mieux pour lui. Il faut considérer le plan comme un outil qui servira de guide.
Continuer la lecture de QUELQUES CONSEILS POUR PLANIFIER SON HISTOIRE

AU CŒUR DE L’HISTOIRE

De quoi parle votre histoire ? C’est une question que l’auteur doit connaître dès le début de son projet d’écriture.
Elle devrait pouvoir se résumer en une phrase ou deux.

Une histoire, c’est un personnage qui veut quelque chose et dont la volonté sera opposée par au moins un autre personnage. Qu’il s’agisse d’être aimé ou de retrouver un trésor perdu, ce motif basique est récurrent.
Il permet de créer du conflit à travers une série d’événements significatifs, d’aboutir à une crise personnelle au personnage principal et de mener logiquement au climax (la confrontation ultime entre le héros et son antagonisme).

Ce climax est la réponse de l’auteur à la question dramatique (ou plutôt à la problématique thématique) qu’il a lui-même posée.
Continuer la lecture de AU CŒUR DE L’HISTOIRE

DRAMATICA : LA THEORIE EXPLIQUEE (33)

Nous avons commencé la traduction du chapitre 12 portant sur les éléments de structure et en particulier le thème.

Nous avons vu que le problème que soulève une histoire pouvait être défini selon quatre CLASSES :

Dramatica

Chacune de ces classes se décompose elle-même en quatre TYPES. Ainsi,

La Classe Universe

dramatica

La Classe Physics

dramatica

La Classe Mind

dramatica

La Classe Psychology

dramatica

Et chacun de ces types s’analyse en quatre VARIATIONS.

Cet article débute l’étude des variations de chaque type.

Sommaire complet de la théorie expliquée
DRAMATICA : LA THÉORIE EXPLIQUÉE
Continuer la lecture de DRAMATICA : LA THEORIE EXPLIQUEE (33)