Archives par mot-clé : Structure

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Avec ce nouvel article, nous démarrons l’étude d’un nouveau sous-groupe : la transgression. William Wallace Cook fonde nombre de ses situations sur un acte transgressif dont il faut assumer ou subir les conséquences. Avec cette série de situations (1290 à 1309), cet acte perturbateur et essentiel à l’intrigue est la cause du mouvement même de celle-ci.

La liste des situations :
PLOTTO, MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Continuer la lecture de PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Dans cet article qui étudie les situations conflictuelles 1173 à 1187 et pour donner un tour encore plus pratique à ce que vous pourriez tirer de sa lecture, je lancerai certaines de mes interprétations des suggestions de William Wallace Cook sous deux points de vue : le fantastique et le thriller.

Le fantastique est considéré comme l’impensable s’insinuant dans notre quotidien sans y être invité et le thriller offre un regard bien sombre sur notre monde tout en réservant au lecteur de forts moments de suspense (comme cerise sur le gâteau après la gravité des dénonciations).
D’ailleurs, vous constaterez que souvent une suggestion s’imprégnera des deux genres mélangés d’autant plus que le fantastique excelle dans l’art de révéler les choses que l’on a bien du mal à dire autrement.
Continuer la lecture de PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

MODÈLE, PARADIGME, STRUCTURE

Quand on y réfléchit, l’auteur (surtout d’un texte scénaristique) est d’abord un artisan. Il manipule des choix créatifs. Pour savoir où il va, il peut adopter certains principes qui guideront ses décisions.
Ces principes existent pour nous aider à gérer toutes les forces dramatiques de l’histoire, à les interpréter et les agencer comme nous le souhaitons.

Ces principes sont aidants en cela qu’ils assurent que le rythme de l’histoire sera soutenu, que la tension dramatique sera au rendez-vous, qu’au moins le personnage principal suive un arc dramatique… enfin, toutes ces choses qui font que l’histoire maintiendra l’intérêt du lecteur de la séquence d’ouverture au dénouement.
Continuer la lecture de MODÈLE, PARADIGME, STRUCTURE

DEUX ASPECTS COMPLÉMENTAIRES DU CONCEPT

Le concept est essentiel puisqu’il fait d’une idée confuse, incomplète, une possible histoire. Il se présente sous deux aspects. L’un concerne le quoi de l’histoire et l’autre, le comment de celle-ci. Le quoi de l’histoire relève du domaine créatif par lequel l’ossature de l’histoire commence à se former.
Le comment est de l’ordre de la stratégie narrative de l’auteur, c’est-à-dire son approche particulière de comment il va raconter son histoire.

Le concept est une proposition et une invitation à partager une histoire entre un auteur et un lecteur. Cela suggère que l’auteur inventera des personnages et des situations dans lesquelles il les projettera. C’est de la combinaison de ces deux forces dramatiques que peut émaner un récit.
Continuer la lecture de DEUX ASPECTS COMPLÉMENTAIRES DU CONCEPT

L’IDÉE NE FAIT PAS L’HISTOIRE

Dans l’article précédent, nous avons abordé la notion de forces à l’œuvre dans une fiction. Concrètement, ces forces sont les différents nœuds dramatiques, les rebondissements, le contexte de l’histoire mais aussi des significations sous-jacentes qui ne sont pas perçues immédiatement par le lecteur mais qui existent néanmoins de manière inhérente à l’histoire.

Avoir une idée et se mettre aussitôt à écrire n’aboutit généralement qu’au néant. Nous l’avons vu dans un article précédent, mais l’idée ne fait pas l’histoire. Il faut découvrir dans cette idée quelque chose de bien plus puissant et fécond : le concept.
Continuer la lecture de L’IDÉE NE FAIT PAS L’HISTOIRE