Archives pour l'étiquette Structure

UN SCENARIO EST UN OUTIL VISUEL

Un scénario, c’est bien plus que des mots posés sur une page. Même s’ils sont parfaitement agencés, un scénario n’est définitivement pas un roman.

Il ne se lit pas comme un roman. Si vous possédez quelques talents littéraires, écrivez un roman. De toutes façons, être un auteur est quelque chose de vraiment difficile. Et il y a différents auteurs.

Le scénariste est un auteur différent du romancier.
Continuer la lecture de UN SCENARIO EST UN OUTIL VISUEL

UNE VOIX ORIGINALE : PRÉCISIONS

Qu’est-ce qu’une voix originale ? ou en d’autres termes qu’est-ce qu’un scénario qui a quelque chose à dire ?
C’est un peu vague mais cependant, c’est une considération dont il faut tenir compte avant de se mettre à écrire.

D’abord, un scénario est un outil destiné à la créativité de corps de métier qui ne se servent pas des mots pour exprimer leur art. Le format spécifique d’un scénario ne le rend pas non plus facilement accessible à tous les lecteurs.

Par ailleurs, le fait qu’il se conjugue au présent et qu’il utilise un langage relativement simple pour décrire visuellement l’action (et le bruit qu’elle génère) en facilite la lecture.
Continuer la lecture de UNE VOIX ORIGINALE : PRÉCISIONS

LES PERSONNAGES FACE À LEUR PASSÉ

Il y a l’antagoniste et bien sûr, un protagoniste. Ils s’expliquent mutuellement au sein d’une histoire. C’est une question de regards.

Il existe cependant un autre personnage important. On le nomme traditionnellement sidekick. C’est un personnage fidèle soit au protagoniste, soit à l’antagoniste. Ce qui peut réserver des surprises si votre histoire ne possède qu’un seul sidekick.

Cependant, il existe des alliés dans les deux camps.
Pour la théorie narrative Dramatica, ce personnage que l’on qualifie habituellement de rôle secondaire est d’une importance capitale pour l’histoire.
Sa fonction de soutien mais surtout d’influence sur le personnage principal en fait un élément dramatique vital.

Peter Dunne qui met en avant la structure émotionnelle d’une histoire le dénomme co-protagonist mais nous préférons retenir la définition donnée par Dramatica en gardant à l’esprit, cependant, qu’une définition a tendance à établir définitivement les choses comme si le domaine de recherches était clos.
Or le principe d’une recherche étant qu’elle ne cesse jamais, c’est par souci de compréhension que nous retenons la définition de Influence Character galvaudée par Dramatica.

Si vous êtes plus à l’aise avec les concepts de rôle secondaire ou de co-protagonist, tous ces termes peuvent être confondus.
Pour en revenir à ce que nous souhaitons aborder dans cet article, Peter Dunne précise donc que le protagoniste et le co-protagonist (soit le sidekick, ou Influence Character ou quoi que ce soit d’autre) doivent faire face à leurs passés afin de dévoiler le futur.
Continuer la lecture de LES PERSONNAGES FACE À LEUR PASSÉ

STRUCTURE : LE MOMENT DU « ALL IS LOST »

« Tout est perdu » (All is Lost) est un moment dramatique qui articule une histoire. Il est important de comprendre pourquoi ce moment doit figurer dans l’histoire.

Il est une étape cruciale du parcours du héros et mène naturellement à la conclusion de l’histoire.
Que ce soit dans la vie réelle ou dans nos scénarios, lorsque nous atteignons ce moment particulier du All is Lost, nous ne sommes jamais aussi loin de réussir le but que nous nous sommes fixés ou que le héros doit accomplir.
En un mot, on ne peut pas descendre plus bas.
Continuer la lecture de STRUCTURE : LE MOMENT DU « ALL IS LOST »

LA FIN DE L’HISTOIRE (QUELQUES IDÉES)

En fiction, l’auteur a tout intérêt à connaître la fin de son histoire avant même de l’écrire.
Simplement parce que cela lui facilitera son travail d’écriture et son inspiration.

Quelle que soit la forme qu’elle prendra, la fin d’une histoire sera acceptée par le lecteur tant qu’elle est appropriée à l’histoire qu’il vient de lire ou de voir.
Continuer la lecture de LA FIN DE L’HISTOIRE (QUELQUES IDÉES)