PROPP : LA TÂCHE RÉSOLUE

0
(0)

archétypesLa recherche de la structure des récits dans le domaine de l’analyse narrative est une entreprise aussi ancienne et universelle que les histoires elles-mêmes. Au cœur de cette exploration académique trône l’œuvre de Vladimir Propp, une figure titanesque dont les apports à l’étude de la structure du folklore ressemblent à des colonnes soutenant un temple antique.
Avec son ouvrage Morphologie du conte, publié en 1928, Propp a osé une entreprise audacieuse : donner un cadre analytique cohérent aux éléments disparates des contes de fées russes. Chaque élément de son système est étiqueté comme une fonction, terme embrassant les actions des personnages comme des piliers structuraux dans l’édifice du récit.

Cet article se lance dans l’aventure de dérouler l’écheveau de la Fonction 26, que Propp nomme Résolution de la tâche, un fonction essentielle des récits folkloriques. Ici, accomplir une tâche ne se résume pas à pousser l’intrigue d’un point A à un point B ; c’est plutôt le point de rencontre, le carrefour où les chemins de la trame et des thèmes se croisent.
Cette fonction envoie le récit escalader sa montagne vers le sommet, entremêlant délicatement les fils de chaîne de la morale et du symbolique du conte.

Ainsi, la résolution de la tâche se révèle être non seulement le dénouement des péripéties, mais aussi l’accentuation des implications morales et philosophiques du conte. Cette démarche de résolution est pour nous, lecteurs et lectrices des temps modernes, une invitation à traverser le miroir, explorant ainsi nos propres valeurs culturelles et notre incessante quête de sens dans le labyrinthe de la condition humaine.

Les Fonctions Narratives de Propp : Un Aperçu

Vladimir Propp, personnalité reconnue de l’investigation des structures narratives, a développé un cadre d’étude impressionnant dans son ouvrage de 1928, Morphologie du conte. Propp s’est nourri des contes de fées russes, identifiant 31 fonctions narratives qui se répètent en boucle dans ces récits.
Comme les notes d’une partition, ces fonctions s’enchaînent et se succèdent pour former la mélodie enchanteresse de l’histoire.

Chacune d’entre elles représente une action bien précise des personnages, et pose ainsi les fondations solides sur lesquelles se construit le récit. Avec une élégance et une légèreté digne des plus grands acrobates, ces fonctions se jouent des mots et des images pour nous emporter dans un tourbillon de rêves et d’émotions.

Comprendre les 31 Fonctions Narratives de Propp

Les fonctions narratives de Propp ne sont pas de simples nœuds de l’intrigue mais des actions liées aux personnages. En tant que telles, elles donnent à l’intrigue son momentum. Ces fonctions vont de la situation initiale (Fonction 1), où le cadre et les personnages sont introduits, à la fonction finale, où le héros se marie et monte sur le trône (Fonction 31).

Certaines des fonctions incluent le départ du héros en quête, la réception par le héros d’un agent magique ou d’un aide, et un combat avec un antagoniste. Chaque fonction oriente l’histoire dans une nouvelle direction, reflétant à la fois le voyage du héros et la mécanique sous-jacente du récit.

Selon Propp, même si les fonctions suivent un ordre logique, toutes ne sont pas nécessairement présentes dans chaque conte. Cet agencement adaptable permet aux contes de maintenir une structure reconnaissable tout en variant considérablement dans leur contenu et leur emphase. Par exemple, certains contes peuvent omettre des blocs entiers de fonctions si elles ne servent pas à la progression du conte ou à l’intention thématique. Cette modularité permet aux conteurs de créer des récits qui, tout en étant uniques dans leurs spécificités, résonnent toujours avec la familiarité structurelle qui échoie au genre.

Le Rôle de la Fonction 26

En se penchant sur la Fonction 26, la tâche est résolue, nous lisons un moment déterminant de tension et de libération dans l’arc narratif du conte. Cette fonction suit généralement l’acquisition par le héros d’un objet ou d’une connaissance nécessaire, ce qui motive la poursuite par l’antagoniste.

Cette fonction est vraiment indispensable car elle teste les ressources du héros ou de l’héroïne et utilise souvent une aide magique ou bien cette connaissance précédemment acquise. C’est un moment qui élève les enjeux et souligne l’arc dramatique du héros vers la maturité et l’autonomie. Cette fonction, comme beaucoup d’autres, n’est pas obligatoire mais fortement conseillée car lorsqu’elle est présente, elle intensifie le drame et enrichit la profondeur thématique de l’histoire.

La théorie des fonctions narratives de Propp est plus qu’un outil académique ; elle est un outil avec lequel nous pouvons comprendre et apprécier la mécanique des contes populaires. En comprenant ces fonctions, les conteurs peuvent créer des histoires qui adhèrent à une trajectoire narrative éprouvée tout en infusant leurs contes d’originalité et de spécificité culturelle.

Pour quiconque cherche à approfondir les mécanismes de la narration, les fonctions narratives de Propp offrent un cadre robuste pour disséquer et construire des récits captivants. Cette vue d’ensemble éclaire non seulement les éléments structurels des contes populaires mais offre également une charpente romanesque qui peut être adaptée à d’autres genres.

La Fonction 26 : Tâche Résolue

La Fonction 26 représente un nœud dramatique très important dans la structure où une tâche significative est accomplie ou résolue. Cette fonction marque souvent une progression en guidant le conte vers son climax et sa résolution finale.

Ce que la Fonction 26 Implique

Dans le contexte d’un conte populaire, la Fonction 26 se produit généralement après que le héros ait affronté de nombreuses épreuves et ait enfin accompli une tâche importante. Cela peut impliquer de résoudre une énigme, de récupérer un objet magique, de sauver une captive ou un captif, ou encore de vaincre un ennemi redoutable.
La réalisation de cette tâche est presque obligatoire non seulement pour la progression du récit mais aussi pour le développement et la transformation du héros.

Le Conte du Tsar Saltan

Dans ce conte bien connu d’Alexandre Pouchkine, basé sur le folklore traditionnel russe, la Fonction 26 peut être observée lorsque le Prince Gvidon, le fils du Tsar Saltan, sauve le cygne enchanté d’un sort terrible. Cet acte résout une tâche majeure dans le récit et mène à la révélation de la véritable identité du cygne en tant que belle princesse ce qui annonce la résolution du conte.

Oiseau de feu

Dans ce conte, le héros, Ivan Tsarévitch, capture l’insaisissable Oiseau de Feu, qui a causé des troubles dans le royaume de son père. La capture de l’Oiseau de Feu sert de Fonction 26. Elle conduit Ivan à chercher l’aide de la Princesse Vassilissa, entremêlant davantage son destin avec le sien et faisant avancer le récit vers sa conclusion.

Réussir la tâche

La résolution d’une tâche majeure dans la Fonction 26 affecte profondément les personnages impliqués, en particulier le héros. Cette fonction indique souvent un moment de développement important dans l’évolution du personnage principal. Elle représente un défi ou une épreuve que le héros et l’héroïne doivent vaincre pour progresser dans leur parcours et atteindre leur objectif. Cette étape marque une étape décisive dans la construction de leur personnalité et tend à les rendre plus mâtures. Par exemple, un personnage naïf ou inexpérimenté devient quelqu’un de chevronné et mature.

Résoudre la tâche produit généralement une série d’événements dont la conséquence sera d’abord le climax, le moment ultime de la confrontation et enfin le dénouement. Par exemple, le héros pourrait gagner de nouveaux alliés, se réconcilier avec des personnages précédemment antagonistes, ou découvrir des informations qui mènent à la résolution finale de l’intrigue. L’accomplissement de la tâche peut souligner les thèmes du conte, tels que le triomphe du bien sur le mal, la valeur de l’ingéniosité et du courage, ou l’importance de la persévérance.

Cette fonction ne fait pas seulement avancer le récit mais approfondit également ses implications thématiques, c’est-à-dire habituellement des questions de morale ou bien un message particulier que cherche à dire le conte.

Un mouvement

La Fonction 26 de Propp est l’articulation qui fait évoluer un récit d’une accumulation d’épreuves diverses et variées vers le climax et la résolution finale. Cette fonction représente non seulement une réussite pour l’héroïne et le héros mais sert également de point de basculement critique qui projette le récit vers son apogée dramatique.

La Fonction 26 implique généralement la résolution d’une tâche majeure, souvent présagée plus tôt dans l’histoire. Cette tâche peut varier, allant de la conquête d’un adversaire redoutable, à la résolution d’une énigme complexe, ou à l’achèvement d’un voyage périlleux.
La résolution de cette tâche est un événement narratif très important car elle mène directement au développement du climax où les enjeux sont les plus élevés et la tension atteint un pic.

La complétion de la tâche sous la Fonction 26 entraîne souvent un changement significatif dans la dynamique de l’histoire :

• Evolution du Personnage : Réussir la tâche démontre généralement la maturation du héros et de l’héroïne. Ils ont gagnés de nouvelles capacités ou de nouveaux talents, des connaissances ou une sagesse morale à travers leurs aventures précédentes.

• Avancement de l’Intrigue : Cette fonction résout souvent ou modifie de manière décisive le conflit au cœur du récit, annonçant le climax où le personnage affrontera sa plus grande épreuve ou un puissant opposant.

• Développement Thématique : La résolution met souvent en lumière les déclarations thématiques de l’histoire, telles que le triomphe de la vertu, la puissance de la raison sur la force, ou l’importance de la persévérance.

La tension dramatique

Le moment choisi de la Fonction 26 explique sa capacité à maintenir l’élan de l’histoire et à construire le suspense. Si la Fonction 26 est introduite trop tôt ou trop tard dans le récit, cela peut affaiblir l’impact dramatique et perdre l’intérêt du lecteur/spectateur. Par conséquent, son introduction doit être soigneusement planifiée et exécutée pour maximiser son effet sur l’intrigue et garder l’attention du lecteur/spectateur.

Cette fonction apparaît après la montée en puissance de l’action et prépare l’ultime affrontement. Si la Fonction 26 a lieu trop tôt dans le récit, elle peut résoudre le problème central prématurément. Cela peut entraîner un creux dans le milieu de l’histoire et ce qui s’ensuit peut manquer de tension ou de sens. À l’inverse, positionner la Fonction 26 trop tard peut mener à un climax et une résolution précipités, donnant un rythme inégal et trop d’actions dans les sections finales.

Idéalement, la Fonction 26 devrait survenir à un moment qui maximise l’impact de l’accumulation des faits et mener de manière fluide au climax. Le rôle de la fonction 26 est d’aider efficacement le récit à passer à la séquence de l’ultime affrontement. Par exemple, dans un conte où le héros doit vaincre une série d’ennemis, la résolution d’une tâche qui précède la bataille finale facilite cette confrontation ultime avec l’antagoniste principal.

Les implications thématiques

La Fonction 26 influence profondément l’essence thématique du récit. Elle implique souvent la résolution d’une tâche indispensable et joue un rôle substantiel dans la mise en œuvre et le renforcement des thèmes et de la morale de l’histoire. Elle offre également un moyen d’exprimer et de renforcer les valeurs et les normes culturelles.

Des Thèmes Communs

  1. Le Bien Contre le Mal : L’un des thèmes les plus prévalents dans les contes populaires est la lutte entre le bien et le mal. La tâche à accomplir symbolise souvent le triomphe du bien, le héros surmontant des obstacles typiquement imposés par des forces malveillantes. Par exemple, lorsque le héros vainc un sorcier maléfique ou libère un royaume de la tyrannie, cela réaffirme la morale selon laquelle le bien triomphe finalement du mal.
  2. Persévérance : De nombreux contes populaires mettent en valeur la persévérance à travers le parcours héroïque. Les tâches dans ces histoires sont souvent redoutables et nécessitent plusieurs tentatives pour être résolues. Le succès du héros ou de l’héroïne, obtenu grâce à un effort persistant, renforce le message que la persévérance est essentielle pour surmonter les adversités.
  3. Destinée et Réalisation de Soi : Les tâches sont souvent liées au destin du héros et de l’héroïne ou à leur chemin vers la réalisation de soi. Leur accomplissement conduit souvent à une croissance personnelle remarquable et à la réalisation de leurs destinées prédéterminées. Cela peut souligner les thèmes du destin comme une force immuable qui guide les actions et les décisions des personnages.
Renforcement ou Subversion de la Morale

Dans la plupart des contes traditionnels, la résolution d’une tâche réaffirme le cadre moral. Dans un récit où l’honnêteté est une valeur importante, la conclusion pourrait consister en une récompense pour le héros qui a fait preuve de sincérité.
À l’inverse, certaines vues ou contes populaires moins conventionnels peuvent utiliser la résolution d’une tâche pour contester ou subvertir les décisions éthiques d’une communauté. Dans de telles histoires, le résultat pourrait remettre en question l’efficacité des vertus habituellement célébrées, telles que le courage ou l’honnêteté, en montrant peut-être que la complexité et l’ambiguïté reflètent mieux la nature humaine.

Les Influences Culturelles

En comparant les contes populaires russes à ceux d’autres cultures, des différences sont sensibles :

• Les récits russes ! Où les tâches flirtent souvent avec le réalisme magique et s’enracinent profondément dans le terroir, comme un bon vieux tsar en balade dans ses steppes immenses. Ces histoires sont tissées dans l’étoffe même des paysages russes, aussi vastes que variés. Et quand vient le moment de boucler ces tâches, c’est l’endurance, la raison, et l’esprit de corps qui prennent le devant de la scène, prouvant que même dans le froid sibérien, on peut toujours compter sur un peu de chaleur humaine et un bon coup de génie pour se réchauffer.

• Les contes des traditions amérindiennes sont souvent caractérisés par une profonde révérence pour la nature, qui imprègne chaque histoire. Ces histoires nous enseignent l’art de danser avec les feuilles et de murmurer aux rivières. Les tâches ? Elles tournent autour de l’équilibre et du respect, avec une bonne dose de leçons spirituelles.

La fonction 26 est un puissant outil pour intégrer des thèmes. Que ce soit pour renforcer les morales traditionnelles ou présenter de nouvelles perspectives, la résolution des tâches est centrale à la richesse thématique des récits folkloriques.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.