PERSONNAGE, LECTEUR, LECTRICE

5
(1)

Construire un personnage est une chose. Mettre en place une relation entre ce personnage et le lecteur ou la lectrice en est une autre.

Parce que ce lecteur ou cette lectrice se demande pourquoi il devrait être concerné par ce qu’il arrive à ce personnage.

Une suspension temporaire de l’incrédulité

C’est aussi un phénomène très important pour l’auteur et l’autrice que le lecteur/spectateur accepte de croire en leur monde fictif et aux personnages qui le peuplent. Parfois il suffit d’une inattention de l’auteur pour que cette acceptation soit questionnée.

Il est aussi important de ne pas laisser la confusion s’installer. Lecteurs et lectrices ont besoin qu’on leur explique les choses. Il suffit de peu pour rompre la fluidité d’un récit.

Il est important de travailler les relations entre les personnages. C’est par ces relations que vous fournirez au lecteur/spectateur des indices ou des raisons logiques de continuer à croire en l’existence de personnages fictifs.

Dans les cas où vous devez cacher quelque chose à vos lecteurs, vous ne les laisserez pas se demander ce qu’il se passe. Vous leur donnerez un indice ou vous vous assurerez qu’ils comprennent la question qui leur est posée à ce moment précis de l’histoire. Le lecteur/spectateur doit savoir que vous l’avez délibérément laissé dans l’ignorance pour qu’il vous suive.

Pour que la confiance s’installe entre vous et votre lecteur ou votre lectrice, il leur faut à la fois de la clarté et une implication émotionnelle. Si vous ne vous passionnez pas pour vos personnages et ce qu’ils font, vous ne pouvez pas attendre de vos lecteurs qu’ils réagissent.

Si vous ne vous intéressez pas profondément à chaque personnage, cela transparaîtra clairement dans votre écriture, et vos lecteurs ne s’y intéresseront pas non plus. Mais trouver une histoire et des personnages qui vous conviennent, qui sont suffisamment importants pour que vous ayez envie de raconter des choses à leur propos, c’est comme découvrir un gisement narratif. À ce moment-là, vous n’écrivez plus pour vous-même mais dans le monde. Vous donnez au monde ce que voient, pensent et ressentent vos personnages.

Questionnez vos personnages

Vous avez posé un personnage et une situation. Maintenant, demandez-vous pourquoi votre personnage agit ou réagit comme vous l’avez imaginé. N’avait-il pas le choix entre plusieurs possibilités ? Qu’est-ce qui l’a incité vers une action plutôt qu’une autre ? Quelles sont les conséquences de son choix ?

Certes, ces questions sont imprégnées de causalité. Cela peut paraître arbitraire, c’est néanmoins une très bonne méthode de brainstorming. Les conditions d’une action et ses conséquences sont multiples. Le brainstorming permet alors de forer l’évidence et d’atteindre une vérité que vous n’auriez peut-être pas saisie immédiatement.

Vous avez posé des hypothèses concernant vos personnages. Prenez un peu de distance et dialoguez avec vous-mêmes. Commencez par remettre en question l’hypothèse telle qu’elle apparaît. Vous allez émettre probablement quelques doutes par exemple sur un trait de caractère que vous aviez d’abord retenu.

Puis vous serez peut-être tenté de comparer vos personnages avec d’autres, soit des personnes réelles, soit d’autres personnages fictifs. Vous évoquerez aussi des expériences vécues que vous avez lues, vues ou entendues.

En fait, vous vous livrerez à une réflexion. C’est comme si vous vous parliez à vous-mêmes à propos de quelqu’un d’autre, ici ce sera à propos de l’un de vos personnages. Ainsi, vous dépasserez le simple cliché le concernant. Vous perméabiliserez une surface qui ne se laisse pas facilement traverser. Il faut atteindre l’essentiel c’est-à-dire ce qu’il se cache sous la compacité d’une apparence, d’une manifestation.

Dit autrement, n’acceptez pas l’évidence. Vous souffrirez autant que votre personnage principal. A propos de celui-ci, quel est le personnage qui souffre le plus dans votre histoire ? Car ce sera certainement lui votre personnage principal, celui qui a le plus à perdre, jusqu’à sa vie s’il le faut.

Nous existons depuis l’année 2014 parce que vous existez. Aidez-nous à partager nos connaissances. Faites un don. Sincèrement Merci.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

One thought on “PERSONNAGE, LECTEUR, LECTRICE

  1. Bonjour Scenarmag (et re, William 😉 !).

    Ne pas oublier que le premier lecteur ou la première lectrice à ne pas négliger est l’acteur ou l’actrice susceptible d’interpréter le dit personnage et dont c’est volontiers par un échange de questions et de propositions jusque même durant le tournage qu’il ou elle va le mieux contribuer à sa création.

    Parfois, un acteur ou une actrice du métier ou pas car seulement aperçu(e) et observé(e) dans la vraie vie, peut même déjà révéler en un éclair, un personnage à créer.

    C’est bien encore un début d’échange créateur et sinon créatif car même si regrettablement avorté, restera longtemps une voire LA source abondante d’intuition et d’imagination 🙂

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :