PERSONNAGE & CRÉATION

5
(1)

Qu’est-ce qu’un personnage de fiction au fond ? De manière générale, c’est un être qui a quelques objectifs à accomplir, qui connaît des difficultés à réaliser les dits objectifs et qui navigue de situations conflictuelles en situations conflictuelles.

Les personnages de fiction sont des ancres qui permettent d’arrimer lecteurs et lectrices à l’histoire. En effet, les événements ne seraient que des faits observables à distance, sans implication émotionnelle, si au cœur de ceux-ci, il n’y avait pas un personnage sur lequel porte l’attention.

L’élaboration d’un personnage est l’un des éléments essentiels de l’écriture d’une fiction. L’évolution d’un personnage au sein d’un récit règle souvent la destinée de celui-ci.

Développer son personnage

Face à sa page blanche, considérons qu’un personnage est une personnalité qui possède quelques profondeurs (il n’est pas un stéréotype mais pourrait être un archétype doté de quelques traits de caractère le différenciant, lui ajoutant ainsi de la profondeur).

Ce personnage est motivé. En effet, pour justifier sa présence dans le récit, un personnage de fiction devrait être motivé à agir. Il existe une force qui l’incite à prendre des décisions qui l’orienteront dans telle ou telle direction.

Cette direction peut être comprise comme l’arc dramatique de ce personnage, c’est-à-dire non seulement son parcours à travers l’intrigue mais comment ce personnage apprend à devenir autre. Ce changement concerne très souvent le personnage principal.

Nous sommes introduits auprès d’un personnage par son apparence qui laisse une première impression et en fiction, la première impression est quelque chose qui dure et sur laquelle auteurs et autrices peuvent jouer en prenant soudain le contre-pied des expectations qui traînent dans le sillage des premières impressions.

Ensuite, le personnage possède quelques traits de personnalité qui font qui il est. Si vous créez un vieillard impotent, son impotence est déjà un attribut mais vous pourriez aussi la corréler à de la méchanceté ou de la gentillesse. Il est possible aussi que par sa condition, on soit enclin à éprouver une certaine compassion pour lui et il s’avérera en fait que l’altruisme de cet être est exceptionnel.

Développer un personnage, c’est aussi lui donner les bribes d’une biographie. Certains événements de son passé l’ont forcément façonné. L’apparence, la personnalité et la propre histoire du personnage créent un lien émotionnel qui devient empathique.

C’est-à-dire qu’il nous semble reconnaître dans ce qu’il arrive à ce personnage des expériences que nous aurions nous-mêmes (plus ou moins) vécues. Cette reconnaissance nous permet de nous attacher au personnage et ainsi, de nous préoccuper de ce qu’il peut lui arriver. On comprend mieux aussi ses motivations. On peut toujours mal interpréter les actions d’un personnage et auteurs et autrices peuvent aussi en jouer. Pourtant, leurs actes et leurs choix font indéniablement avancer l’histoire.

Consacrer du temps à l’élaboration d’un personnage

Réfléchir à ses personnages est une étape qui intervient assez tôt dans l’écriture d’une fiction. On peut toujours poser les événements majeurs de son récit mais l’étape suivante consistera dans l’incarnation de ses personnages.

Cela prendra beaucoup de votre temps et vous mènera parfois au bord de l’abandon. Néanmoins, travaillez vos personnages de l’extérieur comme de l’intérieur. Vous ne vous servirez peut-être pas de tout le matériel que vous poserez ainsi mais vous aurez assez de matière pour façonner qui est cet être de fiction. Vous êtes cet artisan qui crée de ses mains un objet unique.

Commencez d’abord à réfléchir aux motivations et aux buts de vos personnages. Le but est un désir. Votre personnage veut quelque chose. Quelles sont les causes de ce désir ? Si votre personnage cherche à se venger d’un autre personnage, vous ne pouvez pas poser cette haine ex nihilo car vos lecteurs et vos lectrices n’accepteront pas cette volonté revancharde sans que vous leur expliquiez l’origine de cette attitude.

Un personnage est animé par une motivation profonde et un objectif qu’il tente d’atteindre. Cet objectif connu comme Story Goal est précisément cela : il règle le déroulé des événements. Lorsque cet objectif s’avère en fin de compte inutile dans l’intrigue, les auteurs créent malgré tout un McGuffin qui est une astuce narrative qui fixe un objectif commun à tous les personnages mais qui ne possède en fait aucune importance pour le récit.
Mais il faut un objectif parce que les personnages s’arc-bouteront sur cet objectif. La force motrice du personnage principal doit être l’un des premiers éléments de l’histoire que vous déterminez, puisque l’action ultérieure sera justifiée par cette motivation.

Vous devrez tenir compte aussi du point de vue car souvent, nous percevons ce qu’il se passe dans le récit par le regard du personnage principal. Les événements nous apparaissent comme ils lui apparaissent à lui. Toutes les scènes ne refléteront pas ce point de vue. Même si vous ne l’utilisez pas, pensez à votre histoire comme si elle était dite par un narrateur que celui-ci soit extérieur à l’action ou en soit partie prenante.

Des informations au compte-goutte

Ne donnez pas trop d’informations lorsque vous introduisez votre personnage auprès du lecteur/spectateur. Parsemez l’information tout au long du récit. Conservez quelques surprises. C’est aussi pour cela qu’il est important de consacrer du temps à élaborer une fiche de votre personnage. Vous aurez ainsi dans l’esprit l’ensemble des informations le concernant (du moins telles que vous les envisagez dans un premier temps) et cela facilitera votre intuition quant à la meilleure distribution de ces informations tout au long du récit.

Le conflit est un procédé littéraire qui oppose des forces contradictoires, impliquant le plus souvent le personnage principal. Il existe différents types de conflits qui auront un impact sur les décisions de votre personnage. Par exemple, si vos personnages ont de puissantes motivations, testez leur détermination en les opposant à quelque chose qui révèle leurs faiblesses.

Un conflit peut être externe – créez un méchant de l’histoire qui s’opposera au héros ou à l’héroïne. Un personnage connaîtra aussi une lutte interne (passionnante à observer d’ailleurs) lorsqu’il doit agir contre sa morale ou se débattre avec des croyances divergentes. Le conflit crée de la tension et est utilisé pour faire avancer l’histoire en forçant les personnages à prendre des décisions.

Dans la fiche de votre personnage, pensez à préciser ses relations car certaines seront conflictuelles par nature. Vous noterez aussi les événements majeurs de son passé car certains d’entre eux seront à l’origine de la faiblesse de votre personnage (essentiellement le personnage principal).

Ce défaut dans la personnalité du personnage est ce qui le rend vulnérable. Sinon, nous avons tous un passé et nos personnages de fiction n’y échappent pas. Ce passé explique pourquoi ils sont ce qu’ils sont et oriente aussi leurs décisions.

Pour vous aider dans l’élaboration d’un personnage, considérez des personnes réelles (qu’elles soient ou non en vie) et même d’autres personnages de fiction que vous avez rencontrés lors de vos diverses lectures. Ainsi, vous pourriez travailler vos personnages en vous basant sur certaines des caractéristiques de ces personnes réelles ou de ces autres personnages.
Ces traits de caractère seront reconnus des lecteurs et des lectrices et en combinant de ci de là des caractéristiques issues d’ailleurs, vous aboutirez certainement à des personnages multidimensionnels et uniques.

Une image

Un personnage, c’est d’abord une représentation. Lorsque je dis vieillard importent ou jeune fille au pair, il se crée dans l’esprit une représentation que chacun se fait d’un vieillard impotent ou d’une jeune fille au pair. Sur cette base, vous pourriez alors définir une manière d’être telle que décrire une personnæ, c’est-à-dire la manière dont on souhaite être perçu par autrui sans que cela soit notre véritable nature que nous cachons habituellement.

Les détails importent beaucoup pour aider lecteurs et lectrices à s’imaginer adéquatement le personnage qu’auteurs et autrices ont en tête.

Lorsque vous créez votre dramatis personnæ (l’ensemble de vos personnages), faites en sorte qu’ils contrastent les uns envers les autres. Comprenez leurs fonctions respectives (non seulement protagoniste et antagoniste mais aussi mentor, sidekick, Love Interest…). Ces fonctions sont des archétypes. De nombreuses sources de documentation sont disponibles concernant les archétypes et cela est une précieuse ressource pour notre inspiration.

Ils sont présentés avec un ensemble de traits de caractère que vous pouvez emprunter ou non voire même prendre des traits qui appartiennent à plusieurs archétypes et les combiner dans votre personnage. Faites en sorte aussi que vos personnages secondaires illuminent votre personnage principal, c’est-à-dire qu’ils mettent en relief les forces et les faiblesses de votre personnage principal.

Votre soutien envers Scenar Mag nous est indispensable. Par vos dons, nous pouvons nous maintenir à vos côtés pour vous aider dans tous vos rêves d’écriture. Participez. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :