TEMPS & ESPACE

0
(0)

Comment considérer le temps dans une œuvre de fiction ? A t-on vraiment pu dire tout ce que nous avions à dire lorsque le format nous limite à 120 pages ? Ne risque t-on pas d’affaiblir la structure si nous ne considérons pas le temps dans celle-ci ?

Le temps ne renforce t-il pas nos certitudes ? Ne serait-il pas préférable que nous doutions plutôt ? Quelles que soient les multiples réponses que nous pourrions donner à ces questions, la fiction exige quelques freins car la contrainte du temps forge une œuvre plus cohérente.

Le temps & l’espace : éléments structurels

L’action et la tension dramatique exige les limitations imposées par le temps. Pour vous en assurer, demandez-vous si le passé et le présent, c’est-à-dire autrefois et maintenant, ont une influence sur le devenir de votre récit car si cela est le cas, alors vous devez renforcer les éléments qui désignent le temps dans votre récit.

Car le temps est un élément conflictuel par nature. Le lieu aussi a de l’importance dans un conflit mais ce lieu pourrait rester calme si le temps ne permettait pas aux choses de mûrir et de faire éclater les certitudes.

Le lieu est l’espace où les choses se passent. Temps et espace contrôlent les événements de votre récit : l’un lui donne des limites spatiales et l’autre, une durée, c’est-à-dire des limites temporelles. Par exemple, vous posez votre décor : ce sera un musée.
Mais l’action (disons une menace) ne prendra place que dans la salle des momies par exemple. Ce sera dans cette salle qu’une action spatialement limitée et ornée d’une durée se produira.

L’espace définit le quoi et le comment. Ce qu’il se passe et pourquoi il en est ainsi, c’est-à-dire les causes (le pourquoi) et les effets ou les buts (le comment). Si vos personnages décident de gravir une montagne et refusent de tenir compte de l’avertissement des conditions météorologiques, l’intrigue (les effets de cette ignorance) se jouera quelque part dans la montagne, que le point de vue soit celui des victimes ou des secours.

L’espace est partie prenante de l’intrigue. De vous-même en tant qu’auteur et autrice, devrais-je dire.

La durée des événements appartient aussi à l’intrigue. Un compte à rebours parce qu’une action devra être accomplie avant un certain temps n’est pas le seul élément temporel dont un récit a besoin. La fiction exige aussi que les événements soient contraints par le temps afin que le doute s’instaure dans l’esprit du lecteur/spectateur.

Car c’est le doute que vous devez rechercher, non des certitudes. Il ne s’agit pas de rendre confus vos lecteurs et vos lectrices mais de leur permettre d’ouvrir leur esprit, d’être critiques, de ne pas succomber aux préjugés et autres idées toutes faites.

En imposant un cadre spatial et temporel à vos événements, vous les situez et ainsi, il y aura un peu de vous-mêmes qui s’insinuera dans votre lecteur. Et vous rendez concrets et historiques (vous les situez par rapport à l’ensemble des événements) tous vos événements.

Plus que jamais, Scenar Mag a besoin de Vous. Faites un don, s’il vous plaît, afin que nous puissions continuer à vous aider. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :