LE PERSONNAGE & SA MOTIVATION

0
(0)

Pourquoi le personnage agit-il comme il le fait ? Que veut-il mais surtout pourquoi ? Tout comportement est motivé. La motivation est la force mentale qui nous fait agir, le pourquoi de chaque comportement.

Lorsque le lecteur comprend pourquoi un personnage se comporte d’une certaine manière, que ce soit immédiatement ou à la fin, il ou elle en retire une plus grande satisfaction. La motivation commence par ce qui est significatif pour le personnage. Il peut s’agir de n’importe quoi, en fonction de ses attitudes, croyances, sentiments ou besoins.

Il est un héros qui sauve un être cher, qui lutte contre le système ou qui lutte pour se racheter. L’important est que les motivations soient convaincantes et dignes d’empathie. En d’autres termes, si un personnage vole une banque par cupidité, nous ne ressentons aucune empathie pour ce personnage.
Mais s’il vole une banque pour payer l’opération d’un être cher, comme dans Un après-midi de chien de Frank Pierson et Sidney Lumet, nous nous identifions à ce personnage et nous comprenons sa situation (nous comparons sa situation avec notre propre expérience du monde), même si nous ne sommes pas d’accord avec lui.

La psychologie du personnage

Il est clair que nous nous plongeons ici dans la psychologie du personnage, c’est pourquoi être un étudiant passionné du comportement humain est une exigence pour un auteur, affirme Karl Iglesias. Si vous cherchez un raccourci pour comprendre les besoins et la motivation, étudiez la hiérarchie des besoins de Maslow.

Selon le psychologue Abraham Maslow, ils sont ce qui nous motive, ce dont nous avons besoin et, s’ils sont ignorés, ce qui nous empêche d’être heureux. Ils incluent la survie et la sécurité (la motivation dans la plupart des thrillers et des superproductions estivales sur le sauvetage du monde), l’amour (comédies romantiques et Love Stories), l’appartenance, l’acceptation et le respect de soi (le passage à l’âge adulte ou les histoires d’exclusion), et le besoin de connaître et de comprendre entre autres.

Il est important de comprendre que, à quelques exceptions près, le désir n’est pas toujours identique au besoin. Parfois, ce que nous pensons avoir besoin n’est pas ce dont nous avons réellement besoin. Par exemple, un personnage peut penser qu’il a besoin de se venger. Mais en réalité, son besoin peut être de guérir, d’oublier la douleur du passé.
Dans Le Silence des agneaux, le désir de Clarice est de sauver l’otage, mais son besoin est de faire taire les agneaux de son passé.

En fait, les récits deviennent plus intéressants lorsqu’un besoin se heurte à l’objectif, comme lorsqu’un personnage est déchiré entre ce qu’il ressent et ce qu’il veut faire. Par exemple, dans Certains l’aiment chaud, l’objectif de Sugar de se marier pour l’argent bloque son besoin d’amour. Ou encore dans Pour le pire et pour le meilleur de Mark Andrus et James L. Brooks, le besoin d’amour de Melvin contraste avec son désir de solitude.

Ces conflits entre l’objectif et le besoin sont des moments forts où des choix difficiles doivent être faits, ce qui entraîne souvent un épanouissement personnel pour le protagoniste. Traditionnellement, lorsque le personnage choisit le désir plutôt que le besoin, c’est le tragique qui l’emporte. Lorsque le personnage choisit le besoin plutôt que le but, il en résulte un happy ending.

Lecteurs et lectrices comprennent le désir et la motivation du personnage, et ont maintenant besoin de savoir ce qui est en jeu. Les enjeux sont ce que votre personnage a à gagner ou à perdre. Que se passe-t-il s’il échoue ? Que se passe-t-il s’il réussit ?
L’enjeu est une terrible alternative, ce qui signifie qu’il devrait y avoir des conséquences dramatiques si le héros ne parvient pas à atteindre son objectif. Cela conduit à des questions connexes lorsqu’il s’agit d’enjeux : Dans quelle mesure votre personnage veut-il atteindre son but ? Qu’est-il prêt à faire pour l’atteindre ? Qu’est-il prêt à risquer pour obtenir ce qu’il veut ? Votre personnage doit être suffisamment passionné pour atteindre son but. S’il n’est pas ému ou concerné suffisamment par les enjeux pour surmonter tous les obstacles de l’histoire, lecteurs et lectrices ne le seront pas non plus.

De vrais enjeux

Et non seulement vous devez savoir ce qui est en jeu, mais il faut que cela augmente, les choses doivent empirer au cours de l’intrigue. Si vous êtes au milieu du récit et que tout le monde a du plaisir sans conflit nulle part, comment pouvez-vous vous attendre à ce que le lecteur/spectateur soit impliqué ?

Si un personnage n’a aucun intérêt à aller jusqu’au bout de son désir (même pas une évolution personnelle), le lecteur ne se souciera pas de savoir si votre protagoniste résout son problème ou non. Le lecteur se contentera de lire intellectuellement au lieu de participer émotionnellement. Plus l’enjeu est émotionnel, plus lecteurs et lectrices s’intéresseront au personnage, et plus ils voudront qu’il atteigne son objectif. Si un personnage ne perd pas tout s’il ne résout pas son problème, c’est que vous n’avez pas trouvé la bonne histoire, constate Karl Iglesias.

Notre besoin a consacré autant de temps et de recherche pour vous donner le plus d’informations possibles pour vous soutenir dans votre entreprise d’écriture correspond à notre propre besoin d’écriture. Notre désir est de persévérer à vos côtés le plus longtemps possible. Aidez-nous en cela par vos dons. Quelques euros suffisent. Faites un don. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :