DIRE SON HISTOIRE

0
(0)

Avoir une histoire à écrire, c’est d’abord une histoire à dire. Et pour Alex Epstein, il faudrait imaginer votre histoire dans votre tête, la raconter à qui veut bien l’entendre.

Racontez la encore et encore, en l’étoffant, en la rendant plus profonde et plus riche, plus triste et plus drôle à chaque récit. Si vous devez prendre des notes pour vous-même pendant que vous l’inventez, faites-le. Mais cachez ensuite vos notes et racontez l’histoire à voix haute, de mémoire, aussi souvent que vous et vos auditeurs peuvent le supporter.

Quand vous racontez une histoire à voix haute, elle prend vie. Elle grandit dans le récit. En la racontant à chaque nouvelle personne, vous trouverez des moyens plus efficaces et plus mémorables de transformer votre simple accroche en une bonne histoire.

Les mots sur la page se figent

Lorsque vous écrivez, les choses ont tendance à se figer de cette façon. Après tout, c’est le but de l’écriture : vous n’avez pas besoin de vous en souvenir. Mais lorsque vous vous souvenez de votre histoire à la volée, vous êtes libre d’en réinventer tous les rebondissements. Dans tout processus créatif, vous devez être prêt à tuer vos petits.

Si vous écrivez votre histoire, il est plus difficile de tuer vos petits. Lorsque vous réinventez votre histoire à chaque fois que vous la racontez, vous êtes constamment dans la création. Votre histoire ne vous dévore plus de l’intérieur. Vous évoluez dans le même coup.

Lorsque vous racontez votre histoire, vous obtenez immédiatement une réaction à chaque moment de celle-ci, et pas seulement aux passages sur lesquels votre lecteur juge bon de faire des remarques. Vous percevez immédiatement si vous attirez votre auditeur ou si vous le laissez derrière vous. Vous constatez si vous devenez trop compliqué, si votre histoire est trop simple ou si elle n’est pas assez originale.

Et d’ailleurs, ajoute Alex Epstein, vous êtes votre premier auditeur. Votre histoire commencera par vous enthousiasmer ou vous ennuyer vous-mêmes.

Lorsque vous écrivez une histoire, la pure force de votre écriture peut vous amener à surmonter des obstacles narratifs. Votre choix de mots peut sembler convaincant même si votre histoire elle-même ne l’est pas. Mais les mots et les phrases de votre projet ne sont pas pertinents pour le film que vous écrirez finalement à partir de celui-ci qui en est la finalité.

Seuls l’intrigue et les personnages survivront réellement dans le film. Même si vous insérez des dialogues directement dans votre plan [parce que les dialogues imitent la vie] (et Alex Epstein ne pense pas que vous devriez le faire), vous les changerez presque certainement lors de l’écriture de vos scènes, parce que le type de dialogue dont un plan a besoin n’est pas le même que celui qu’une scène exige.

Un dernier avantage que vous obtenez lorsque vous racontez votre histoire à voix haute, souligne Alex Epstein, est qu’elle vous oblige à faire une histoire si simple, si claire et si logique que vous pouvez vous rappeler comment chaque étape, chaque scène, chaque séquence, s’enchaîne à la suivante.

Raconter une histoire à voix haute vous oblige à vous souvenir de la manière dont les choses s’enchaînent. Si vos scènes se déroulent logiquement de l’une à l’autre, ce ne sera pas difficile du tout. Si rien ne relie une scène à l’autre, il vous sera beaucoup plus difficile de vous souvenir de votre Segue, prévient Alex Epstein.

Cela signifie que vous devrez trouver un moyen plus convaincant de relier les deux scènes, qu’il s’agisse d’un lien logique (le meurtrier se débarrasse du corps, la police drague le corps) ou d’une juxtaposition thématique (pendant que le personnage se saoule avec la fille, son femme est à l’église en train de prier).

Une fois que vous avez écrit quelque chose, vous avez posé devant vous un objet qui vous procure un certain plaisir, et il est diablement difficile de se débarrasser des choses qui vous plaisent. Une histoire que vous racontez oralement n’est qu’une histoire, et vous pouvez la réinventez autant de fois que vous voulez.

Votre soutien à Scenar Mag nous est indispensable pour assurer la pérennité du site à vos côtés. Ne restez pas indifférents à cet effort de partage de connaissances. Vous dites que vous nous appréciez. Songez aussi de temps en temps à faire un don afin de nous permettre de vous apportez encore des informations pertinentes pour vous aider dans tous vos projets d’écriture. Merci

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

Cet article vous a déplu ?

Dites-nous pourquoi ou partagez votre point de vue sur le forum. Merci

Le forum vous est ouvert pour toutes discussions à propos de cet article

Laissez un commentaire ou Ouvrez un sujet dans le forum

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :