Archives pour l'étiquette Tension

MOTIF D’INTRIGUE : LA PERSÉCUTION

La persécution est affaire d’oppression et d’opposition à l’harcèlement.
La persécution a un aspect bien plus que chicanier et ne vétille pas. Elle est incapable de clémence, de compassion ou d’indulgence. Elle ne montre pas de compréhension et à tendance à rejeter autrui plutôt que d’en faire le simple objet d’une attention critiquable.

Le délire de persécution est aussi une forme d’intrigue qui fonctionne bien parmi les auteurs.
Continuer la lecture de MOTIF D’INTRIGUE : LA PERSÉCUTION

LE CONFLIT, C’EST INVENTER UN PROBLÈME

Ce qu’une histoire promet, c’est d’abord du conflit. Le conflit est cependant une notion abstraite qui peut prendre une pluralité de formes.
Des motifs d’intrigue tels que la perte ou la trahison sont des formes conflictuelles par leur nature même.

Il faut cependant pouvoir expliquer ces formes au lecteur. Une poursuite, par exemple, c’est-à-dire qu’un homme en chasse un autre et c’est le motif de l’intrigue (ce n’est pas une course-poursuite), doit bien avoir une raison.

On ne peut pas imposer au lecteur une poursuite sans lui donner au moins une explication de cette poursuite. Il faut donc inventer au préalable un problème.
Continuer la lecture de LE CONFLIT, C’EST INVENTER UN PROBLÈME

QUELQUES CONSEILS POUR PLANIFIER SON HISTOIRE

Faire un plan de son histoire permet de voir s’il y a vraiment une histoire en devenir. Après qu’une idée est surgie, il peut être utile de planifier les événements.
Une fois ceux-ci posés sur le papier, il sera certainement plus facile de s’adonner ensuite au processus d’écriture proprement dit.

Un plan, c’est une série de paragraphes plus ou moins complexes. C’est l’auteur lui-même qui décide de ce qui fonctionne le mieux pour lui. Il faut considérer le plan comme un outil qui servira de guide.
Continuer la lecture de QUELQUES CONSEILS POUR PLANIFIER SON HISTOIRE

AU CŒUR DE L’HISTOIRE

De quoi parle votre histoire ? C’est une question que l’auteur doit connaître dès le début de son projet d’écriture.
Elle devrait pouvoir se résumer en une phrase ou deux.

Une histoire, c’est un personnage qui veut quelque chose et dont la volonté sera opposée par au moins un autre personnage. Qu’il s’agisse d’être aimé ou de retrouver un trésor perdu, ce motif basique est récurrent.
Il permet de créer du conflit à travers une série d’événements significatifs, d’aboutir à une crise personnelle au personnage principal et de mener logiquement au climax (la confrontation ultime entre le héros et son antagonisme).

Ce climax est la réponse de l’auteur à la question dramatique (ou plutôt à la problématique thématique) qu’il a lui-même posée.
Continuer la lecture de AU CŒUR DE L’HISTOIRE

PROGRESSION DES ÉVÉNEMENTS DANS L’HISTOIRE

Vous avez une prémisse. Vous avez une idée plus ou moins précise du thème (en fait, celui-ci apparaîtra assez tardivement dans le processus d’écriture).
Maintenant vous devez construire un pont entre la prémisse et le thème (qui s’exprimera sans retenue au moment du climax, c’est-à-dire le moment qui précède le dénouement).

Ce pont sera constitué d’événements. Ces événements ne sont pas erratiques. Ils ne sont pas posés là dans l’histoire sans une raison valable. En fait, chacun d’entre eux représente un aspect du thème.
Pour faciliter les choses, on peut considérer qu’un thème présente une dualité. Il serait composé de deux éléments de nature différente, chacun portant soit une valeur positive, soit une valeur négative.

Comme votre histoire ne cherche pas à faire de propagande, il est judicieux de pouvoir exprimer chacun de ces aspects sans parti-pris. Au moment du climax, le thème donnera alors au lecteur le point de vue de l’auteur.
Continuer la lecture de PROGRESSION DES ÉVÉNEMENTS DANS L’HISTOIRE