Archives par mot-clé : Tension

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Pour William Wallace Cook, il est important de distinguer l’obligation qui est bien plus dramatique lorsqu’elle est intérieure c’est-à-dire lorsqu’elle est la réalisation d’un volonté personnelle (on se met soi-même dans l’obligation d’accomplir quelque chose) de la nécessité (comme de se loger ou de se nourrir).

Bien sûr, certaines circonstances extérieures peuvent aussi expliquer les raisons d’une soumission mais ce qui semble certain (selon ce que j’interprète de la pensée de William Wallace Cook, l’auteur de PLOTTO) est qu’une obligation n’est pas la voie vers le bonheur.

La liste des situations :
PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Cet article concerne les situations 997 à 1010.
Continuer la lecture de PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

MODÈLE, PARADIGME, STRUCTURE

Quand on y réfléchit, l’auteur (surtout d’un texte scénaristique) est d’abord un artisan. Il manipule des choix créatifs. Pour savoir où il va, il peut adopter certains principes qui guideront ses décisions.
Ces principes existent pour nous aider à gérer toutes les forces dramatiques de l’histoire, à les interpréter et les agencer comme nous le souhaitons.

Ces principes sont aidants en cela qu’ils assurent que le rythme de l’histoire sera soutenu, que la tension dramatique sera au rendez-vous, qu’au moins le personnage principal suive un arc dramatique… enfin, toutes ces choses qui font que l’histoire maintiendra l’intérêt du lecteur de la séquence d’ouverture au dénouement.
Continuer la lecture de MODÈLE, PARADIGME, STRUCTURE

DEUX ASPECTS COMPLÉMENTAIRES DU CONCEPT

Le concept est essentiel puisqu’il fait d’une idée confuse, incomplète, une possible histoire. Il se présente sous deux aspects. L’un concerne le quoi de l’histoire et l’autre, le comment de celle-ci. Le quoi de l’histoire relève du domaine créatif par lequel l’ossature de l’histoire commence à se former.
Le comment est de l’ordre de la stratégie narrative de l’auteur, c’est-à-dire son approche particulière de comment il va raconter son histoire.

Le concept est une proposition et une invitation à partager une histoire entre un auteur et un lecteur. Cela suggère que l’auteur inventera des personnages et des situations dans lesquelles il les projettera. C’est de la combinaison de ces deux forces dramatiques que peut émaner un récit.
Continuer la lecture de DEUX ASPECTS COMPLÉMENTAIRES DU CONCEPT

LA SCÈNE ET SON CONTEXTE

Conter une histoire, ce n’est pas simplement écrire à propos de quelque chose. Même si l’auteur s’engage dans quelque chose qui lui tient à cœur comme une injustice ou l’intolérance, écrire (du moins la finalité de l’acte d’écrire) est de décrire quelque chose qui a lieu et qui prend à témoin le lecteur.

Ce qu’il se produit dans l’histoire, ce sont les scènes qui le donne à voir au lecteur. Bien sûr, toutes les scènes ne sont pas fondées sur une action. L’histoire exige parfois qu’elles soient simplement descriptives pour informer le lecteur sur le contexte d’une situation. Le lecteur devient observateur. Il ne lui est pas demandé de s’impliquer émotionnellement dans la scène. En somme, il s’agit d’exposition afin de préparer son imagination à mettre en œuvre plus tard certains mécanismes tels que l’empathie ou bien à inciter chez lui certains sentiments (la scène devient alors prescriptives puisqu’elle force en quelque sorte le sentiment chez le lecteur).
Continuer la lecture de LA SCÈNE ET SON CONTEXTE