Archives par mot-clé : Motivation

LE HÉROS EST UN ÊTRE HUMAIN

Le héros en tant que protagoniste est celui qui fait avancer l’intrigue. On a pris l’habitude de le considérer tout empli de bonnes intentions, faisant le bien et surmontant l’adversité. Le héros typique est Hercule.

Depuis Hercule, le héros est moins empreint de ses ancêtres divins. Il est devenu quelqu’un d’ordinaire jeté dans une situation extraordinaire. Néanmoins, il est toujours affublé de qualités, voire de vertus qui lui permettent de se dépasser, de vaincre toutes sortes de difficultés et d’obstacles (malgré les tribulations qui pourraient l’abattre plus souvent qu’à son tour).
C’est toujours un personnage qui fait montre de bravoure (alors que la bravache pourrait être plus dramatique). Il est encore le gardien de valeurs morales qui ne font que refléter une société qui se voudrait utopique. C’est un être exemplaire prêt à se sacrifier pour sa cause.
Continuer la lecture de LE HÉROS EST UN ÊTRE HUMAIN

FICTION : LA VIE TELLE QU’ELLE EST

Ecrire un personnage mauvais pour le voir se racheter à la fin de l’histoire par une prise de conscience de ses erreurs est certes bien ordonné et plein d’espoir. La bonté est possible. La vie nous le montre régulièrement.

Dans une fiction, nous sommes habitués à voir de mauvais personnages s’amender et devenir bons et meilleurs illuminés à l’horizon d’un renouveau printanier. Mais la vie est aussi un immense chaos et une fiction se devrait de répéter ce désordre, cette angoisse et l’inquiétude que la vie suscite en nous.
Continuer la lecture de FICTION : LA VIE TELLE QU’ELLE EST

UN PROTAGONISTE AUX ASPECTS SOMBRES

Vous pourriez vous être décidé pour un protagoniste qui ne présente pas de prime abord des aspects positifs. Il pourrait même offrir aux regards ses côtés les plus négatifs.

A ce propos, vous pourriez être intéressé par :

Le problème à contourner est que le lecteur recherche ardemment à être captivés par les personnages. Et concernant le personnage principal d’une fiction, il est nécessaire que l’empathie s’installe entre lui et le lecteur.
Continuer la lecture de UN PROTAGONISTE AUX ASPECTS SOMBRES

INTRIGUE : CAUSES ET EFFETS

Lorsqu’on finit par accepter quelque chose, l’angoisse souvent disparaît. Mais parce que l’on a accepté que certains de nos désirs ne seront jamais satisfaits ne signifie pas que ce désir ait totalement disparu.

Nous sommes enfin libéré de la peine et de la souffrance. Nous nous sentons libre. Du moins faussement libéré puisque le désir mis en veille œuvre toujours en dedans de nous. Comme l’écrivait Blaise Pascal, le cœur a ses raisons que la raison ne comprend pas.
Et au lieu que la vie éteint en nous ce désir, elle le ravive au contraire.

Et chez notre protagoniste, c’est précisément ce qui se passe. Au cours de l’intrigue, ses tribulations et les épreuves par lesquelles il passe peuvent sembler émousser ce désir vers lequel il tend si ardemment.
Mais rien ne sera plus faux parce que si votre intention est de démontrer son erreur de jugement et non de solliciter en lui un conflit interne entre sa volonté d’accomplir ce désir et le refus qui lui est imposé d’une manière ou d’une autre (souvent par lui-même), vous n’aurez pas vraiment d’histoire à raconter.
Continuer la lecture de INTRIGUE : CAUSES ET EFFETS

UNE HISTOIRE : UNE OFFRE QU’ON NE PEUT REFUSER

Une histoire bien conçue est une offre que notre esprit ne peut refuser. Le pouvoir qu’une histoire a sur nous est quelque chose de naturel.
Un auteur doit comprendre pourquoi son histoire est capable d’une telle influence sur son lecteur. Il doit se saisir de ce qui donne à son écriture cette faculté à subjuguer et peut-être même  à transformer la vie de son lecteur.
Continuer la lecture de UNE HISTOIRE : UNE OFFRE QU’ON NE PEUT REFUSER