Archives pour l'étiquette Conflit

UNE IDEE POUR UNE SERIE

D’abord, il ne faut pas penser à une série comme une longue… longue histoire mais plutôt comme une foule de petites histoires. Alors que l’arc dramatique des personnages est au cœur d’un scénario de long-métrage, paradoxalement, ce serait davantage le moteur narratif qui retiendrait l’attention du spectateur.

Et quel est ce moteur narratif ?
C’est la situation problématique initiale pour les personnages principaux et qui possède le puissant élan pour créer une nouvelle histoire à chaque épisode.
Continuer la lecture de UNE IDEE POUR UNE SERIE

LE PROTAGONISTE AU CŒUR DU RESEAU

Si une fiction, c’est d’abord un ensemble de relations, un réseau complexe d’intersubjectivités, d’influences réciproques, de décisions et de choix qui engagent non seulement le personnage lui-même mais aussi les autres (et parfois même le lecteur), le protagoniste est au centre de ce nœud gordien.
Continuer la lecture de LE PROTAGONISTE AU CŒUR DU RESEAU

LE PROTAGONISTE PEUT-IL ETRE L’ANTAGONISTE ?

Est-il possible que le protagoniste soit aussi son propre antagoniste ? Y a t-il des exemples de scénarios où le protagoniste est son pire ennemi ?

Le personnage principal d’une fiction est atteint d’une vieille blessure antérieure à son introduction dans l’histoire. Il la porte avec lui depuis trop longtemps pour qu’elle n’affecte pas sa personnalité au moment où nous faisons sa connaissance.
C’est une norme reconnue dans nombre de fictions.

Néanmoins, est-ce que cette blessure fondamentale qui caractérise le personnage peut-elle faire de lui le méchant de l’histoire ?
Continuer la lecture de LE PROTAGONISTE PEUT-IL ETRE L’ANTAGONISTE ?

LA PEUR : L’ENNEMI INTERIEUR DU HEROS

Peurs, craintes, frayeurs, culpabilités… ne sont pas des choses que la bravoure peut vaincre. Celle-ci peut vaincre un ennemi mais elle est impuissante devant la peur de cet ennemi.

Ce qui peut vaincre la peur, c’est la confiance, la foi, la conviction. Pour remporter son combat intime, le héros doit avoir confiance en cette victoire, la foi ou la conviction en son triomphe.
Continuer la lecture de LA PEUR : L’ENNEMI INTERIEUR DU HEROS

L’ACTE DEUX EST VOTRE HISTOIRE

L’acte Deux que l’on qualifie souvent d’espace pour l’intrigue n’est cependant pas une mêlée générale. Vous n’allez pas écrire cinquante ou soixante pages (pour un long) d’incidents variés.
L’acte Deux n’est décidément pas une énumération.

Et vous ne pouvez pas mettre  n’importe quoi entre la fin de l’acte Un et le dénouement en espérant rencontrer au passage un climax satisfaisant. Ce serait une satisfaction bien mal avisée.
Continuer la lecture de L’ACTE DEUX EST VOTRE HISTOIRE