Archives pour l'étiquette Climax

ACTE TROIS : SYNTHÈSE DE CE QUE L’AUTEUR SAIT

L’auteur a appris à connaître ses personnages en inventant une biographie pour chacun d’eux avant même le processus d’écriture. Il sait quels seront les problèmes qu’ils auront à résoudre.
Donc, logiquement, il sait à peu près quelles seront les scènes qui lui permettront de conclure son histoire.
Continuer la lecture de ACTE TROIS : SYNTHÈSE DE CE QUE L’AUTEUR SAIT

LES PERSONNAGES FACE À LEUR PASSÉ

Il y a l’antagoniste et bien sûr, un protagoniste. Ils s’expliquent mutuellement au sein d’une histoire. C’est une question de regards.

Il existe cependant un autre personnage important. On le nomme traditionnellement sidekick. C’est un personnage fidèle soit au protagoniste, soit à l’antagoniste. Ce qui peut réserver des surprises si votre histoire ne possède qu’un seul sidekick.

Cependant, il existe des alliés dans les deux camps.
Pour la théorie narrative Dramatica, ce personnage que l’on qualifie habituellement de rôle secondaire est d’une importance capitale pour l’histoire.
Sa fonction de soutien mais surtout d’influence sur le personnage principal en fait un élément dramatique vital.

Peter Dunne qui met en avant la structure émotionnelle d’une histoire le dénomme co-protagonist mais nous préférons retenir la définition donnée par Dramatica en gardant à l’esprit, cependant, qu’une définition a tendance à établir définitivement les choses comme si le domaine de recherches était clos.
Or le principe d’une recherche étant qu’elle ne cesse jamais, c’est par souci de compréhension que nous retenons la définition de Influence Character galvaudée par Dramatica.

Si vous êtes plus à l’aise avec les concepts de rôle secondaire ou de co-protagonist, tous ces termes peuvent être confondus.
Pour en revenir à ce que nous souhaitons aborder dans cet article, Peter Dunne précise donc que le protagoniste et le co-protagonist (soit le sidekick, ou Influence Character ou quoi que ce soit d’autre) doivent faire face à leurs passés afin de dévoiler le futur.
Continuer la lecture de LES PERSONNAGES FACE À LEUR PASSÉ

LA FIN DE L’HISTOIRE (QUELQUES IDÉES)

En fiction, l’auteur a tout intérêt à connaître la fin de son histoire avant même de l’écrire.
Simplement parce que cela lui facilitera son travail d’écriture et son inspiration.

Quelle que soit la forme qu’elle prendra, la fin d’une histoire sera acceptée par le lecteur tant qu’elle est appropriée à l’histoire qu’il vient de lire ou de voir.
Continuer la lecture de LA FIN DE L’HISTOIRE (QUELQUES IDÉES)

RÉSUMER SON SCÉNARIO AVANT DE L’ÉCRIRE

Alors que le synopsis est un outil destiné à convaincre sur votre scénario, écrire une esquisse de ce dernier vous sera utile personnellement pour mettre à plat vos idées avant de vous lancer dans l’écriture du scénario proprement dite.

A vocation personnelle, ce résumé vous permettra de tester vos idées auprès d’un petit nombre de lecteurs extérieurs aux regards sans complaisance et de vous guider lors de la continuité dialoguée, expression absconse qui ne signifie rien d’autre que votre scénario (c’est-à-dire l’écriture des scènes et de leurs dialogues éventuels dans l’ordre où elles apparaîtront dans l’histoire).

Chacun est libre d’écrire comme il le sent (c’est de la responsabilité de l’auteur, son choix) mais voici cependant ce que propose H. R. D’Costa sur ce que devrait contenir un tel résumé.
Continuer la lecture de RÉSUMER SON SCÉNARIO AVANT DE L’ÉCRIRE

EMOTION : CONSEQUENCE DE L’ACTION

L’intrigue porte l’action. Mais l’intrigue n’est pas l’histoire. L’histoire, ce sont les conséquences émotionnelles de l’action.
Dans l’intrigue, le protagoniste agit. Une de ces qualités est qu’il est proactif. Il ne subit pas.

Cependant, au niveau de l’histoire, le protagoniste prend de plein fouet les conséquences de l’action, c’est-à-dire l’impact émotionnel qu’elles ont sur lui. Il le vit et l’intègre.
Intrigue et histoire sont donc nécessairement entremêlées. Sans action, aucune émotion et sans émotion, l’action est si aride qu’elle décourage le lecteur.
Continuer la lecture de EMOTION : CONSEQUENCE DE L’ACTION