Archives pour l'étiquette Antagoniste

LE HÉROS & LE MÉCHANT DE L’HISTOIRE

Dans une bonne fiction, le héros et le méchant de l’histoire ont des objectifs clairement définis. Même si la fonction de l’antagonisme est de contrer l’objectif du héros, rien n’interdit que le méchant ait lui aussi un objectif à accomplir.

Idéalement, les objectifs s’affronteront directement à un moment ultime (dénommé habituellement le climax) où l’un des deux personnages l’emportera.
Continuer la lecture de LE HÉROS & LE MÉCHANT DE L’HISTOIRE

L’INCIDENT DÉCLENCHEUR DANS LE MONDE

Selon Robert McKee, une fiction se conçoit en 5 parties :

  1. Un incident déclencheur
  2. Des complications progressives
  3. Un moment de crise majeure pour le protagoniste
  4. Le climax
  5. La résolution (ou dénouement)

L’incident déclencheur est celui par qui le scandale arrive. Il est ce qui met en mouvement les quatre autres parties.
Pour McKee, il est important de bien situer l’incident déclencheur dans l’environnement dans lequel il surgit. C’est-à-dire le monde physique et social de l’histoire.
Continuer la lecture de L’INCIDENT DÉCLENCHEUR DANS LE MONDE

UN ENJEU DANS CHAQUE SCÈNE

Le manque d’enjeu dans une scène est probablement l’un des défauts les plus communs dans un scénario. Le personnage principal apparaît dans la majeure partie des scènes. Et lorsqu’il est absent, c’est parce que cela est nécessaire à l’histoire.

Dans chacune des scènes où il survient cependant, il doit y avoir quelque chose qui représente un enjeu pour lui. Car si cet enjeu est éludé, il en résultera des dialogues prenant l’apparence d’une conversation anodine, sans conséquence (en d’autres termes, de l’espace perdu).

Après le premier jet du scénario, faites le tour de vos scènes et tentez de repérer celles qui ne contiennent aucun enjeu. Il ne sera pas nécessaire de les supprimer mais de les retravailler.
Continuer la lecture de UN ENJEU DANS CHAQUE SCÈNE

ARCHÉTYPE : LE GARDIEN DU SEUIL

Tous les héros rencontrent des obstacles au cours de leur parcours à travers l’intrigue. S’il n’y avait pas d’obstacles, c’est-à-dire de conflits, l’intrigue n’existerait pas.

Pour Joseph Campbell, l’intrigue est un nouveau lieu pour le héros. C’est un monde qu’il ne connaît pas. Ce monde est pourtant limité par des frontières. Pour pénétrer ce monde, il existe un seuil.
Ce seuil est gardé.

Le puissant gardien est censé interdire l’entrée dans le monde à ceux qui sont indignes de ce monde. Et lorsqu’il se présente au seuil, le héros fait face à ce gardien du seuil. C’est un obstacle qu’il doit franchir.
Néanmoins, c’est une épreuve qu’il peut surmonter en comprenant qui est ce gardien. Le héros pourrait même s’en faire un allié.
Continuer la lecture de ARCHÉTYPE : LE GARDIEN DU SEUIL