Créativité

SE DÉTENDRE ET ÊTRE CRÉATIF

Lorsqu’on est détendu, nous ne sommes pas focalisés sur quelque chose et ainsi nous prenons de la distance et nous pouvons envisager les choses de manière bien plus objective.
Le principe est que lorsque nous avons passé pas mal de temps sur un problème, il est utile de prendre un moment de repos (s’éloigner du problème) afin que notre esprit puisse se réorganiser.

Cette remise en place permet à notre esprit de recouvrer des connexions qui avaient été occultées par notre concentration forcée sur un problème (et un seul).
Se détacher ainsi d’un foyer de réflexion qui occupait toute notre attention ouvre un nouvel espace qui peut donner naissance à de nouvelles idées ou permettre de se remémorer des souvenirs et des expériences.
Réfléchir est un mode de pensée exclusif qui pour bien fonctionner ou être efficace doit être non seulement répéter plusieurs fois mais aussi dans un environnement d’intenses émotions.

Une intense réflexion

Après avoir consacré du temps (et un temps exclusif comme si vous n’aviez pensé qu’à cela), marquer un temps d’arrêt de cette réflexion (surtout si vous n’avez pas trouvé toutes vos réponses) vous inspirera probablement des solutions, des idées voire des révélations.

Comprenez-bien qu’il ne s’agit pas de procrastiner. Il faut vous fixer un temps de réflexion intense (par exemple une demi-journée). A la fin de ce temps, vous avez prévu de passer à autre chose. Vous laissez votre réflexion en plan quel que soit son degré d’avancement.
Vous y reviendrez après votre temps de repos qui consistera à faire ou à penser à autre chose.

Et vous pourriez même vouloir laisser passer un mois avant de reprendre la réflexion interrompue. Ce n’est nullement un temps perdu car le temps que vous aurez consacré à votre réflexion a interféré avec votre inconscient.
Et c’est inconsciemment que de nouvelles idées surgiront au moment où vous vous y attendez le moins.

Encore plus simple

Vous travaillez sur un projet de scénario. En fonction de votre emploi du temps, consacrez une heure ou plus ou moins à ce projet. Le temps écoulé, passez à autre chose.
Quelques heures plus tard (si vous pouvez), reprenez votre scénario et travaillez dessus à nouveau une heure (ou le temps que vous avez décidé de lui consacrer selon vos moyens). Vous organiserez ainsi votre travail afin de le rendre beaucoup plus créatif.

En vous accordant des moments de repos entre des moments d’intense réflexion (qui pour être efficace doit être émotionnellement éprouvante), des idées nouvelles surgiront (et la plupart du temps malgré vous).
Pour résumer, immergez-vous totalement dans un problème (et cela est utile aussi dans la vie réelle quel que soit le problème) et sortez-en de manière régulière (détendez-vous ou passez à autre chose).

Ce que vous allez faire avec cette méthode que je décris ici est que vous allez ouvrir votre esprit, lui donner de l’espace pour se reconnecter à quelque chose de plus grand que le problème singulier qui vous préoccupait l’instant d’avant.
Notre moi a besoin de temps bien à lui pour se calmer de nos vies quotidiennes, de se retrouver et d’être à nouveau créatif.

Un vrai temps de repos

Si le temps que vous souhaitez accorder au mûrissement inconscient de votre projet de scénario est occupé par une quelconque addiction comme de regarder la télévision (ce que celle-ci propose de plus abêtissant et elle est experte en la matière), ou de jouer à des jeux vidéos ou bien encore fumer ou boire de manière déraisonnable, vous ne permettrez pas à votre esprit de retrouver le calme nécessaire à sa capacité créative.

Cela vous épuisera même. Ce qu’il faut trouver, c’est se détendre et profiter de sa vie, c’est-à-dire dans le moment présent, celui qui évite les regrets et l’angoisse. Un moment où le regard n’est ni tourné vers le passé, ni vers le futur.
Ce qu’il peut advenir néanmoins est un sentiment de culpabilité. Pourquoi ? Parce que c’est ce que la société nous apprend. Celle-ci nous fait sentir improductif et elle parvient à retourner ce sentiment comme s’il venait vraiment de nous.

Rien n’est plus faux cependant. Ces moments de détente que certains décrient (soyons sourds à leur mépris, ne laissons par leurs manœuvres nous discréditer ou dévaluer) nous apporteront les meilleures idées, ou soudaines révélations et évidences.
La créativité que nous gagnons après avoir réfléchi intensément à un problème puis s’en être détaché après y avoir consacré un temps défini est la récompense de ce moment de détente que certains pourraient nous reprocher (ou bien que l’on se reproche à soi-même).

N’attendez rien

Il est important aussi de ne rien attendre de ces moments de détente. Ils créent un espace pour que l’esprit reconnecte toutes ses synapses.  Bien que cet espace soit créatif, cela ne met en place que la condition d’une possibilité.
La créativité ne fonctionne pas avec un interrupteur. Si rien ne vous vient, ne vous en blâmez pas. Ne vous mettez pas une pression inutile. Alternez les moments de concentration et de méditation et cette voix qui couvre de ses critiques votre authenticité se fera muette.

Nous avons tous la faculté de résoudre nos problèmes. La théorie narrative Dramatica est toute fondée sur cela. Et nous possédons tous aussi la faculté de créer. S’il y a des élus, c’est probablement qu’ils ont une disposition naturelle plus marquée que d’autres. Mais nous pouvons tous agir pour créer avec pour seule fin, la création.

C’est un état d’esprit que vous devez acquérir. Il vous permettra d’éloigner toute cette pression lié à l’acte même de création. Les grecs et les romains croyaient en un génie avec lequel il conversait. Ce génie que nous possédons tous, nous aimons l’appeler muse. Et ne croyez surtout pas que vous en êtes dépourvu.

Dans les moments d’intense réflexion lorsque vous êtes en phase créative, rien de bon ne pourrait sortir d’une séance. N’abandonnez pas. Soyez consistent. Travaillez encore et encore sur votre projet, jour après jour. Persistez sur les séances que vous avez programmée (ne serait-ce qu’une demi-heure par jour au moment où vous vous sentez le plus à l’aise avec cela) et votre muse apparaîtra parfois.
Votre persévérance vous apportera cette récompense.

Les moments de repos sont comme les silences entre les notes d’une mélodie. Ces silences consistent à se créer un environnement favorable à notre muse ou notre génie inné. Profitez-en pour apprendre de nouvelles choses, pour renforcer vos liens avec autrui…
Créez des actions positives. Ces actions vous permettront de reposer et de recharger votre esprit.

Être créatif, c’est renouer avec soi

Ces pauses prévues entre des moments de travail sur votre projet de scénario sont nécessaires car sinon votre muse restera en sommeil et refoulée.
Les pauses que vous vous accorderez sur une base régulière seront ce qui vous rendra plus créatif. Peut-être que vous ne serez pas productif c’est-à-dire que votre scénario ne sera jamais fini (c’est le cas de beaucoup d’auteurs que je conseille en tant que consultant bénévole) ou bien que le film potentiel qu’il recèle ne sera jamais réalisé.

Mais cela importe peu. Car vous vous serez montré créatif. Parce que vous aurez compris pourquoi vous prenez ces moments de pause.


Merci

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de