Scène : quelques généralités

LA SCENE : QUELQUES GENERALITES

Une scène est une unité dramatique qui commence à un point fixé du temps et finit à un autre. Elle décrit une action et se compose souvent de dialogues.
Les dialogues ne sont cependant pas une obligation.
Une scène décrit une action ou une séquence d’actions dont la durée équivaut approximativement au temps réel.
Du moins, nous avons l’impression que le temps s’écoule.

Car ce n’est qu’une illusion créée par la manière dont l’action est rendue. En effet et par exemple, si nous considérons une dispute entre deux amants, cette dispute durerait peut-être une quinzaine de minutes dans la vie réelle.

Mais la fiction a la capacité de réduire à seulement quelques pages cette durée réelle pour en faire une durée efficace pour les exigences de l’histoire.

Le personnage au cœur de la scène

Une scène se construit souvent autour d’un ou de plusieurs personnages. Elle montre les personnages tentant d’obtenir quelque chose.

Afin d’atteindre ce que chaque personnage veut, de nombreux moyens sont à leur disposition. Habituellement, ils tenteront de dépenser le moins d’énergie possible au début.

Puis l’intensité s’intensifiera au cours de la même scène ou répartie entre plusieurs scènes.
Cette tension est générée parce que le ou les personnages n’ont pas encore obtenu ce qu’ils cherchent. L’auteur peut aussi souhaiter retarder la conclusion d’une scène pour créer du suspense.

Commencer tard, finir tôt

Un conseil que l’on pourrait donner (car statistiquement prouvé) est d’entrer le plus tard possible dans une scène et en ressortir le plus tôt possible.

William Goldman et David Mamet soutiennent ce postulat.
Débuter le plus tard possible signifie de retarder le premier plan jusqu’au moment où la scène fait encore sens.

Généralités sur la scène

Prenons cette scène tirée de Fight Club. Elle débute précisément par Tyler ayant enfourné le canon d’un revolver dans la bouche de Jack.

Nous sommes immédiatement happés par ce plan. Nous nous demandons ce qui s’est passé et ce qui va se passer.
Alfred Hitchcock l’a dit : le drame est la vie mais sans ses petites parties ennuyeuses. C’est-à-dire qu’il faut aller à l’essentiel.
Donner l’information la plus excitante en moins d’images possibles.

Quant à en ressortir le plus tôt possible, il s’agit simplement de ne pas s’y attarder si l’objectif est atteint.
Ou bien encore si l’auteur a choisi de ne pas divulguer l’information importante immédiatement, inutile de rester sur place.

Une scène possède sa propre énergie

Chaque scène devrait posséder son propre élan. Elle devrait contenir en elle quelque chose qui fait avancer soit l’intrigue, soit la personnalité d’un personnage (une révélation, par exemple), soit le thème (c’est-à-dire votre message).

Elle ne devrait comporter que des moments qui importent au but de cette scène. Ces éléments qui la constituent doivent justifier son existence. Dans le cas contraire, ils sont inutiles.

Considérez cette toute première séquence de The dark knight, Le chevalier noir.

Nous sommes plongés au cœur du cambriolage.
Pas d’introduction des personnages.
Pas de temps perdu à montrer les préparatifs.

Nous sommes directement propulsés dans le travail en cours. Si cette séquence d’ouverture avait débuté plus tôt, les auteurs auraient certainement pris le risque de provoquer l’ennui.
Nous nous serions demandés quand l’action commence vraiment. Nous nous saurions surpris à attendre ce que la scène cherche à nous dire.

Si cela avait commencé plus tard, nous aurions alors pu être confus sur ce qui se passe.
Il n’y a pas d’autres options que de commencer la scène à ce moment précis afin de justifier son intérêt et sans nuire à l’histoire.

Prenons un autre exemple. Vous voulez décrire une scène de dispute. Si vous commencez par montrer l’arrivée du mari d’abord dans sa voiture qui se gare devant chez lui, traverse son jardin quelque peu furibond, ignore ses enfants en train de jouer et pénètre dans la maison, vous aurez gaspillé un temps précieux.

Au contraire, montrez-le chez lui en train de se verser nerveusement un nouveau verre (la bouteille posée près du verre est un bon indice que ce n’est pas le premier).
Puis continuez une dispute qui est déjà en cours.

De même, n’attendez pas que la dispute soit terminée. La femme pourrait dire quelque chose qui englobe toute la signification de cette scène. Cette révélation serait alors un moment majeur qui ne justifie plus que la scène doit continuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.