Retour sur le thème

RETOUR SUR LE THÈME

Il est préférable de ne pas confondre l’intrigue et le thème. Le thème ne consiste pas en un lecteur qui se demande ce qu’il va bien pouvoir se passer ensuite dans l’histoire. Il s’agit précisément de ce dont parle l’histoire.

Le thème unifie. C’est un concept important. Il est comme un contenant pour l’histoire. Il pèse fortement sur les personnages, sur les dialogues, sur les lieux…
Mais il est moins apparent que tous ces éléments dramatiques. Néanmoins, sans un thème pour justifier leur présence dans l’histoire, l’expérience sera un échec.
Le thème n’est pas destiné aux critiques et autres commentateurs de votre œuvre de fiction. Il n’est pas non plus votre message ou une quelconque morale qu’un auteur souhaiterait dénoncer ou louer.

Le thème est le sujet

Tout simplement. Si votre sujet est la dictature, par exemple, il ne s’agira pas d’y apporter une solution ou même un simple point de vue. Un auteur de fiction n’a nul besoin de résoudre les problèmes de notre monde.
Ce qui compte est qu’il présente le problème correctement sans faire de propagande mal venue.

Par sa fiction, l’auteur illumine certains aspects de la vie. Il met en avant un thème qui sera comme une idée qui viendra fédérer son propos en lui offrant une ligne directrice.
Cette ligne directrice cache une signification bien plus profonde que ce qu’il se passe dans l’histoire. Le thème devient alors le moyen de solliciter le lecteur pour qu’il crée lui-même de la signification.

L’auteur pose des signes. Le lecteur les interprète. Le thème ne se trouve pas à la surface des choses. Il est au-delà de l’intuition. Une histoire efficace possède un thème profond et bien plus significatif.

Il est important de comprendre que le thème est quelque chose qui est ouvert à l’interprétation. Ainsi, il apporte une richesse insoupçonnée à l’histoire.
Ce qui’il se passe dans l’histoire ne restera peut-être pas dans l’esprit du lecteur. Mais les interrogations que le thème cristallisera dans sa conscience dureront longtemps.

A la recherche du thème

Lors de la première écriture, il sera difficile de faire ressortir cette ligne directrice qui guide votre main. La première version est habituellement celle du cœur. On ne se pose pas trop de questions. Surtout ne vous arrêtez pas à cette toute première fois parce qu’elle n’est pas encore vous.

Lors des relectures et des réécritures, vous raisonnerez alors sur votre œuvre. Et le thème commencera à poindre. Si vous ne fournissez pas au lecteur votre thème, il tentera d’en trouver un qui ne correspondra probablement pas à vos intentions.
Il ne comprendra pas l’histoire.

Un auteur peut aborder plusieurs thèmes. Néanmoins, il devra faire ressortir un thème dominant. Du moins, il devra avoir un thème dominant à l’esprit. Cela lui permettra de mettre en place des intrigues secondaires et de renforcer ce qu’il a à dire.

Le thème ne cherche pas à déformer la réalité. Il guide l’écriture telle que l’auteur voit la réalité. C’est une démarche spirituelle qui façonnera l’action.
Ce n’est pas tant le corps de l’histoire qui compte que son âme. Cette âme est ce qui permet à la fiction de s’échapper des mots ou des images et de trouver son chemin dans nos vies.

Bien sûr, le lecteur peut comprendre quelque chose de différent des intentions de l’auteur. Mais tant que celui-ci est suffisamment confiant dans la résonance thématique de sa production, le thème sera absorbé d’une manière ou d’une autre et plus ou moins fortement par le lecteur.

Ne pas forcer le lecteur

Lors des réécritures, lorsque vous réviserez votre travail avec un thème en tête, ne cherchez pas à le rendre évident au lecteur. Si votre sujet est votre préoccupation de l’environnement, ne forcez pas le trait avec un protagoniste qui monte au créneau pour défendre une forêt en danger.
Au contraire, faites en sorte que ce protagoniste soit à l’origine de la destruction de la forêt. Et démontrez progressivement que cette forêt qu’il s’évertuait à détruire le transforme et lui fait prendre conscience du bien précieux qu’elle représente pour l’humanité.

Par l’arc dramatique de votre protagoniste, votre thème sera insufflé dans votre intrigue. Un thème n’a pas pour but d’instruire le lecteur mais de le relier à un sentiment profond.

Scenar Mag est conçu pour Vous. Aidez-nous à assurer sa pérennité.

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

error

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de