La question dramatique

LA QUESTION DRAMATIQUE CENTRALE

Avoir défini un objectif pour le protagoniste ne permet pas de définir la question dramatique centrale que doit se poser le lecteur. Que le héros réussisse ou non le but qu’il s’est fixé est une chose. La question dramatique centrale est toute autre chose.

Lorsque que vous aurez planifié votre scénario, il y a une question à se poser :
Quelle question est véritablement résolue au dénouement ?
Savoir si votre héros réussit ou pas à atteindre son objectif fait partie de l’histoire. Le lecteur doit se poser une autre question.

La question dramatique centrale n’est pas une reformulation du but. Savoir si le protagoniste réussira ou non à s’évader d’Alcatraz ou bien comment s’échappera-t-il d’Alcatraz sont implicitement posées dans cet objectif d’évasion.
Cet objectif spécifique ne répond pas à la question de ce dont l’histoire parle. Et pourtant, c’est précisément de ce dont elle parle qui doit trouver une réponse auprès du lecteur.
Dans La dame du vendredi de Charles Lederer, l’objectif de Walter est de faire renaître chez Hildy la flamme du journalisme, une activité dans laquelle elle excelle mais qu’elle est prête à abandonner par amour pour un homme qui lui offrira une vie complètement différente.
La question dramatique centrale cependant est autre chose. Dans la stratégie que Walter emploie pour faire revenir Hildy auprès de lui, il parvient à lui faire couvrir les dernières heures de Earl Williams, injustement condamné à la pendaison. Le journal de Walter tente de prouver l’innocence de Earl et ainsi de lui sauver la vie. La question est alors évidente : Arrivera-t-il à sauver Earl ?

Tant que le lecteur n’aura pas la réponse aux deux questions (l’objectif et la question dramatique centrale), le scénario ne sera pas fini.

La question dramatique centrale se niche souvent dans le passé

En effet, la question dramatique centrale est originaire du passé lorsque le héros doit surmonter quelques démons encore très actifs. C’est la faille dans sa personnalité causée par un événement traumatisant que ce personnage n’a pas su intégrer. Par exemple, un enquêteur a commis une faute il y a longtemps et il ne se l’est jamais pardonné.

Depuis cet événement, sa vie a pris un cours qui ne correspond pas à sa véritable nature. Maintenant, son objectif d’arrêter un quelconque méchant lui permettra (s’il réussit ou non d’ailleurs) à trouver une rédemption. La question dramatique est cette rédemption.
Dans Casablanca, le but de Rick est de récupérer Ilsa. Mais sa personnalité s’est recouverte de cynisme depuis que celle-ci l’a abandonné brutalement il y a déjà longtemps. La question dramatique centrale n’est pas de savoir si Ilsa reviendra ou non avec lui mais plutôt s’il parviendra à surmonter ce cynisme qui le hante et qui le rend assurément inconfortable.

La réponse sera donnée lorsque nous le verrons rejoindre la lutte contre le fascisme.
En somme, il y a le désir qui se matérialise dans l’objectif et le besoin qui se manifeste dans la question dramatique. Ce besoin peut être quelque chose que le héros doit apprendre sur lui-même (comme une révélation). Il a besoin d’arranger quelque chose dans sa vie. C’est souvent un aspect spirituel ou psychologique de la quête (le désir, l’objectif) qu’exprime la question dramatique centrale.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de