Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Poursuivons l’étude de la proposition B du sous-groupe Ruse et Manipulation. Nous y aborderons les situations conflictuelles 1216 à 1232.

La liste des situations conflictuelles :
PLOTTO, MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE


Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Ruse et Manipulation

Proposition B
50, Être poussé par une motivation inhabituelle à s’engager dans une activité hasardeuse voire malhonnête.

Situation : 1216
Préquelles possibles : 86 – (1148a si l’on change A par A-2)

  • L’ami de A, A-2, s’est inventé un ami imaginaire AX
    [Deux options sont possibles : A est le personnage principal ou bien A-2 sera celui-ci. Si A est le personnage principal, alors nous comprendrons ce qu’il se passe dans l’intrigue à travers son regard ou ses sensations, c’est-à-dire essentiellement à travers son angoisse face à la folie de son ami A-2 qui sera celui par qui le regard de A sur le monde changera.
    Et dans ce cas, A-2 sera le protagoniste, c’est-à-dire celui par qui le scandale arrive, qui sera le moteur de l’évolution spirituelle ou intellectuelle de A mais qui ne changera pas. Il est de la nature du protagoniste de faire avancer les choses mais s’il n’est pas le personnage principal d’une histoire, son être intime ne grandira pas de toutes les tribulations que A et A-2 connaîtront dans le cours de l’intrigue.Nous pourrions même envisager dans le climax la mort de A-2 comme point d’orgue de l’accomplissement de A. Si A-2 est le personnage principal (et il ne peut y en avoir qu’un dans une même histoire), et comme nous avons affaire à un duo, A sera celui qui tentera de sauver A-2 des griffes de cet ami imaginaire qui le dévore de l’intérieur.
    Cette fantaisie de A-2 serait alors l’expression d’une angoisse que A se chargera d’étudier et tentera d’éliminer. L’enjeu pour A serait la perte d’un proche (c’est ce que suggère l’amitié qui existe entre les deux personnages) et que l’on peut établir au cours de l’acte Un ou bien poser d’emblée au début de l’histoire. Nous pouvons aussi faire de A ou de A-2 le protagoniste ET personnage principal. Ainsi, l’un des deux servira de prétexte à un discours, une dynamique pour asseoir le propos de l’auteur]
  • * A décide de personnifier l’ami imaginaire AX que s’est inventé son ami A-2 **
    [Avec cette possibilité narrative, il faut tenter de comprendre les motivations de A. Ce personnage est décidément le personnage principal] **

Séquelles possibles : (1146 si l’on change A-8 par AX) – 1184 – 1187

Situation : 1217a
Préquelles possibles : 778 – (1129a si l’on change A-4 par A-8) – 1144

  • A cache ses véritables intentions sous l’apparat de quelqu’un qui serait totalement incapable de s’engager dans une certaine activité
  • * A-8 est un tailleur de pierres précieuses. A se fait passer auprès de lui pour un passionné qui aurait besoin de ses services **

Séquelles possibles : (1143a si l’on change A par A-8) – 1166a

Note : Le postulat est qu’une intention ou une volonté de faire doivent être justifiées. L’idée est que les motifs invoqués ne peuvent pas raisonnablement être ceux d’un certain personnage parce que l’auteur cherche précisément à détourner l’attention de lui. On pourrait penser que cette astuce soit réservée au polar mais elle peut s’adapter à n’importe quel cadre narratif.
La seconde alternative est une illustration d’une duplicité nécessaire à l’obtention de l’objectif du personnage. On peut supposer que A-8 ne sera pas la victime qu’il paraît être.

Situation : 1217b
Préquelles possibles : 1026 – 1139

  • A, un marginal, cherche à emprunter de l’argent à A-8 avec toute l’approbation de son père F-A
  • * A cherche à emprunter de l’argent à A-8. Mais A-8 est réticent. A va alors tenter de convaincre son père F-A de se porter garant **

Séquelles possibles : 1195 – 1290b

Note : Plusieurs attributs sont à l’œuvre dans la première alternative. A est un marginal. F-A, son père, accepte cette situation. A-8 est manifestement la victime. Il y aussi un événement : A a besoin d’argent (la raison en est laissée à l’auteur).
Je crois que le véritable enjeu dramatique de cette situation est le rapport entre A et son père. Toute l’intrigue sera fondée sur cette relation bien plus passionnante que l’élaboration d’une escroquerie sur personne vulnérable. L’argent devient un accessoire à l’intrigue. La seconde alternative insiste d’ailleurs grandement sur cette ligne dramatique en suggérant la problématique de cette demande d’un fils envers son père.

Situation : 1217c
Préquelles possibles : 1138 – (1129a si l’on change A-4 par B)

B possède un objet (ou une information) X. B ne veut pas céder X (soit de manière générale, soit spécifiquement à A). A-5 vole X et se présente à A comme envoyé par B

Séquelles possibles : 20a – 808a

Situation : 1218
Préquelles possibles : 600 – (639 …*)

  • A-5 kidnappe A et demande une rançon
    [Dans l’esprit de Cook, le processus du kidnapping est la machination, la demande de rançon n’étant que la conséquence. Dramatiquement, c’est un peu faible.
    D’abord, pour éviter un dualisme un peu trop marqué et sans intérêt, A-5 est certes le méchant de l’histoire mais ses raisons peuvent être parfaitement légitimes. Il ne fait pas le mal pour le mal. Chaque personnage devrait être fait de nuances. Ensuite, il est difficile de concevoir A-5 comme le personnage principal mais il peut être le protagoniste. Et par ses actes, il sera celui qui fera évoluer A.A peut en effet être amené à comprendre les raisons de A-5 et nous pourrions aboutir à un syndrome de Stockholm.
    Pour être dramatique, cette situation doit se focaliser sur la relation entre A et A-5. C’est ce que Stephen King a mis en avant entre Annie Wilkes et Paul Sheldon dans Misery]
  • * A-5 retient A prisonnier et ne le libérera que contre une rançon. A-2, l’ami de A, est décidé à récupérer son ami sans payer la rançon
    [Tout en maintenant la relation entre A et A-5, cette seconde alternative insiste sur le sauvetage de A qui consiste essentiellement à ne pas céder aux exigences de A-5. Comme A n’est plus libre ni de son corps, ni de sa volonté, A-5 devient la bête à abattre] **

Séquelles possibles : 653 – 1281

Situation : 1219
Préquelles possibles : 1081 – 1129c

A cherche quelqu’un de suffisamment courageux pour affronter une mission particulièrement dangereuse
[Cette situation se répète assez souvent chez William Wallace Cook. La différence est que, dans celle-ci, A va devoir monter un stratagème pour convaincre autrui de s’engager dans une activité où le risque est important.
A va attirer quelqu’un sous un faux prétexte ce qui fait de cet autre une victime et de A, un être peu scrupuleux. Cette orientation est dictée par le sous-groupe et la légitimité des actes de A sera jugée selon la proposition B]

Séquelles possibles : (1287 si l’on change A par A-5) – (793a si l’on change A par A-5 et A-2 par A)

Situation : 1220a
Préquelles possibles : 947 – 1138 – (1140 si l’on change A-8 par B)

Parce qu’il cherche à obtenir quelque chose de B, A l’enivre

Séquelles possibles : 738 – 951

Note : J’ai le mauvais sentiment que William Wallace Cook fait de la femme un être vulnérable par excellence. Je ne peux évidemment le suivre sur ce terrain. La vulnérabilité existe, c’est une certitude. Mais elle n’est pas un attribut spécifique d’une catégorie d’individus. Il est erroné qu’un être serait faible parce qu’il est pauvre par exemple. Son état peut au contraire déboucher sur une véritable révélation.

Nous pouvons voir dans le geste illicite de A une des étapes de l’initiation de B à devenir elle-même cet autre qu’il lui faut découvrir en elle afin de pouvoir dire non à cette chape qui pèse sur elle (c’est-à-dire son statut de femme, selon Cook). A traite B comme un objet et B devra comprendre et accepter qu’elle n’en est pas un.

Situation : 1220b
Préquelles possibles : 1157 – 1220a

  • A est un être corrompu qui cherche à entraîner B dans les méandres de ses louches activités
  • * A contraint B à faire la manche
    [La contrainte exercée par A à l’encontre de B correspond au sous-groupe. B qui devra trouver la voie de son salut malgré l’adversité (en se dépassant) correspond à la proposition B] **

Séquelles possibles : 1159 – 1192 – 1204

Situation : 1221
Préquelles possibles : 600 – 652a

  • A est drogué par trois hommes (A-5, A-5 et A-5)
  • * A souffre d’hallucinations. Il cherche à comprendre leur origine **

Séquelles possibles : 664 – 834 – 835

Note : D’abord, William Wallace Cook identifie trois méchants. J’interprète cela comme l’impossibilité apparente pour A de résister. Ce sera par son corps défendant qu’il pénétrera dans l’irréel provoqué par la drogue.
Chacune des suggestions de Cook est un exercice spirituel. Et j’aime bien flirter avec l’idée que les images (à travers les événements ainsi perçus par le personnage) seront ambiguës. Le personnage tout comme le spectateur seront incapables de distinguer ce qui est vrai (ou du moins semble vrai) de ce qui est faux.

C’est très malin de la part de Cook, en fin de compte. Car la fiction (et à fortiori, le cinéma) est une illusion de la réalité. Le lecteur/spectateur reçoit les images de façon totalement passive. Il admet la véracité de ce qu’il voit et entend, sans se douter qu’il est lui-même manipulé par les images.
L’importance du texte est cruciale parce que si l’auteur souhaite impliquer son lecteur, il doit parvenir à créer un affect entre la représentation et l’interprétation (ou perception) du lecteur.

Le sentiment d’empathie qui doit être recherché entre le personnage principal et le lecteur est déterminant dans la bonne réception de l’histoire. Le trajet subjectif de ce personnage (son arc dramatique) est essentiel dans l’implication du lecteur/spectateur qui aura ainsi accès à l’intériorité du personnage. Le portrait psychologique sera ainsi soutenu par les images qui peuvent d’ailleurs s’avérer assez obscures mais le scénariste n’est plus concerné par la forme esthétique souhaitée par le réalisateur.
Les mots du scénariste doivent s’assurer de l’effet d’une relation. Le metteur en scène s’appropriera cet effet et il en fera une traduction visuelle et sonore à destination de son spectateur. L’auteur d’un scénario écrit pour le réalisateur.

Dans la seconde alternative, les hallucinations sont avérées. On peut faire intervenir un homme de sciences ou même un religieux qui tenteront d’expliquer selon leur point de vue l’origine de ces hallucinations. Cela ajoute au débat mis en place par l’auteur.
Aucune de ces explications n’apportera de réponses satisfaisantes. Le héros sera seul face à son problème. Imaginons que le personnage principal sorte miraculeusement d’un accident qui aurait dû lui faire perdre la vie.

Depuis cet événement (qui sera l’incident déclencheur), le personnage souffre d’hallucinations. Toute l’intrigue emmènera et le personnage et le lecteur dans un vertige d’hallucinations sans qu’aucune cause rationnelle ne puisse être envisagée. Ce n’est qu’au moment du dénouement que l’auteur proposera une possible explication : le personnage est mort dans l’accident.
Cet éclaircissement est cependant prévisible. Le lecteur est habitué à ce genre de rebondissement et il serait vain que l’auteur cherche maladroitement à le cacher. Il peut être stratégiquement plus intéressant de soumettre à la sagacité du lecteur que nous avons bien affaire à un fantôme errant parmi les vivants. Et l’intrigue consistera pour lui à trouver une voie de salut. En somme, nous sommes conviés à un voyage initiatique.

Situation : 1222a
Préquelles possibles : 266 – 657 – (1175b si l’on change A par A-3)

  • A est persuadé que A-3 a commis un crime (ou n’importe quelle transgression qui peut servir l’histoire)
  • * Afin d’obliger A-3 à confesser une transgression, A qui s’est persuadé de la culpabilité de A-3 [mais aucune information ne vient étayer ce fait] provoque une situation où A-3 et lui-même affronteront un grand risque **

Séquelles possibles : (1461a si l’on change A par A-3) – (1456 si l’on change A-5 par A-3)

Note : La nomenclature des personnages fait de A-3 un ennemi ou un rival de A. Ce qui signifie aussi que ce n’est pas forcément réciproque. Le point de vue éminemment subjectif de A a créé une relation fausse entre A et A-3. Une approche simple serait que A soit manipulé dans cette croyance. Pour rendre les choses un peu plus complexe, A devra être amené progressivement à comprendre pourquoi il a conçu cette haine envers A-3. Par quel cheminement étrange, cette relation a pris une telle tournure et non pas une autre. Après tout, l’auteur impose un postulat et s’il se met à le questionner lui-même, c’est encore mieux.

Ce qui est intéressant avec la seconde possibilité, c’est que A est dans l’illusion d’une culpabilité supposée de A-3. Son stratagème consistera à créer là aussi une illusion dans laquelle il espère faire tomber A-3. On peut supposer que la seule révélation à laquelle aura droit A est qu’il se réveillera brutalement de son rêve éveillé.

Situation : 1222b
Préquelles possibles : (635 …*) – 833 – 1222a

A élabore un stratagème qui lui permet d’obtenir la confession de A-3 quant à sa responsabilité dans une transgression et cela permet à A d’aboutir dans son propre objectif
[Dans cette intrigue, la culpabilité de A-3 ne fait aucun doute. La condition de réussite de l’objectif de A consistait à obtenir cette confession]

Séquelles possibles : [(635 *…**) si l’on change A-5 par A-3)] – (894 si l’on change A-5 par A-3) – (887a si l’on change A par A-3)

Situation : 1223a
Préquelles possibles : 1090 – (1102 si l’on change A-2 par A-4) – 1111b

  • A essaie de comprendre ce qu’il se passe dans la tête d’une certaine personne
  • * Afin de comprendre qui est vraiment A-4, A lui fait passer des tests plus catastrophiques les uns que les autres **

Séquelles possibles : (1161 si l’on change A par A-8) – (1162 si l’on change A-2 par A-4) – 1163a

Note : La première alternative est un flagrant délit de démonstration de l’intériorité d’un personnage. Le héros est en quête de l’identité d’un autre individu. Il ne cherche pas à lui voler cette identité, ni à la lui emprunter provisoirement parce qu’il en a besoin pour accomplir quelque chose.
A essaie vraiment de comprendre les rouages psychologiques qui font fonctionner l’autre. Il va lui faire passer des épreuves, analyser comment il réagit à celles-ci mais il échouera toujours parce qu’il ne peut parvenir à être cet autre : on a un et un seul ego.

Pour résoudre ce type de suggestions, un auteur peut choisir le moyen du symbole. Et les mots du scénariste seront des esquisses que le réalisateur déploiera en images en leur donnant un sens qui sera perçu différemment par chacun de ses lecteurs/spectateurs.
Quant à la seconde possibilité, c’est le même thème mais davantage traité sur le ton de la comédie.

Situation : 1223b
Préquelles possibles : (77 si l’on change A par A-4, A-3 par A-8 et F-B par A) – 1081

  • A cherche à recruter quelqu’un pour l’aider dans un certain projet. Il met à l’épreuve A-4 et A-8
  • * A met volontairement A-4 et A-8 en danger pour satisfaire ses propres intérêts **

Séquelles possibles : (295a si l’on change A par A-4) – (209 si l’on change A par A-4 et A-3 par A-8)

Situation : 1224
Préquelles possibles : 1146 – (1162 si l’on change A par A-2, A-2 par A et A-5 par A-8)

A prétend être le veuf A-8 (personnage qui existe vraiment dans l’histoire ou bien que A a inventé de pied en cap). Il prétend aussi avoir un enfant CH parce que cela le sert dans le projet qui l’a poussé en premier lieu a revêtir cette imposture.

Séquelles possibles : 1057b – (1167 si l’on change A-5 par A-8) – [(1147…*) si l’on change A par A-4 et X par CH)

Note : Le stratagème qui permet de raccrocher cette suggestion au sous-groupe est ce qui explique la nécessité pour le personnage de se livrer à cette supercherie ou mystification ou escroquerie. Toute l’intrigue tourne autour du mensonge, lui-même une forme de manipulation.
La situation précédente 1223b se fonde aussi sur un artifice puisqu’elle consiste à leurrer A-4 et A-8 pour les amener à croire ou à faire quelque chose que A (de manière très égoïste) pense nécessaire le concernant (même si cela entraîne de blesser autrui).
La situation 1224 met clairement en place l’intention de tromper.

Situation : 1225
Préquelles possibles : 429a – 734 – 953 – (1378 si l’on change F-A par A et A par SN)

  • A emménage dans une nouvelle maison
    [Concernant la maison, voir la situation (74a …*)]
  • * A a indûment élu domicile dans une maison vacante. Lorsque celle-ci est louée, A se cache dans le grenier **

Séquelles possibles : 719a – 1056

Note : Il faut comprendre que c’est précisément cette maison qui attire A dans ses rets. L’intrigue consistera à ce que A prenne conscience du danger qu’elle représente.
Ou bien de la réalité concrète qu’elle porte en son sein et qui est nécessaire à A pour la complétude de son être même si cela représente un risque de dissolution de tout son être dans la réalité de la maison. Cette réalité est une véritable énigme et c’est parce que le lecteur est contraint dans la signification cachée de ces lieux que l’auteur peut générer de la tension dramatique. Cette situation aurait convenu à Hitchcock.

Pour la seconde alternative, il est assez simple d’imaginer que A fera croire aux nouveaux locataires que la maison est hantée. On peut même aller plus loin. Les nouveaux locataires ont remarqué des traces ou des indices d’une présence.
Progressivement, au cours de l’intrigue, le lecteur apprendra à connaître A et lorsqu’au moment du climax, A est sur le point d’être découvert, la vérité se fait jour. A est mort dans cette maison et c’est son fantôme qui hante véritablement les lieux. Et nous pourrons assister à un Happy Ending puisque la quête des nouveaux locataires permettra enfin à A de continuer son chemin interrompu vers la félicité.

J’ai sciemment glissé dans le fantastique mais d’autres genres sont valables. A pourrait être un clochard ou bien un invité des nouveaux locataires qui disparaît soudain (et là, nous pourrions avoir un polar ou un thriller avec l’apparente mort de A).

Situation : 1226
Préquelles possibles : (79 si l’on change A-3 par A-5) – 600 – 1275

  • A découvre que A-5 a gagné sa confiance pour lui faire jouer le rôle d’une victime dans une machination
    [A-5 utilise A et précisément le corps de A pour mettre en place une sorte de complot. C’est dans l’utilisation du corps de A par A-5 qu’il y a atteinte à la dignité de A. La loi fixe les relations entre individus dans un souci d’égalité quel que soit l’individu. En disposant ses articles, la loi reconnaît aussi les erreurs du passé qu’elle tente de corriger afin qu’elles ne se réitèrent pas. Par exemple, la loi nous prémunit contre la dérive eugéniste du troisième Reich entre 1933 et 1945.
    Paradoxalement, la loi elle-même peut participer à ce dévoiement puisque les bases de cette politique officielle du troisième Reich furent soutenues par un ensemble de lois et de décrets. Il sera donc bien de s’interroger sur les motivations de A-5 puisque ce personnage ne peut représenter le mal pur. Cela manquerait de crédibilité. L’auteur a tout à gagner à mettre en place un débat entre un A qui aurait accepté dans un premier temps de tenir le rôle de la victime dans la machination mise en place par A-5 convaincu de la légitimité de cette action. Puis, après une prise de conscience, critiquer le point de vue de A-5]
  • * A simule l’ingénuité et la candeur afin de prendre A-5 à son propre piège **

Séquelles possibles : 630 – (1193 si l’on change A-3 par A-5)

Situation : 1227a
Préquelles possibles : 252a – 704 – 1214

  • A-2, l’ami de A, est attaqué et dévalisé par trois hommes. L’un de ces hommes est A
  • * A-2, l’ami de A, est dévalisé par deux hommes : A-5 et A lui-même. Puis A dévalise à son tour A-5 **
  • ** A vole à A-5 ce que ce dernier a volé à A-2 et retourne ce butin à son propriétaire A-2 ***

Séquelles possibles : 867 – (808a si l’on change B par A-2)

Note : Dans cette série d’alternatives, il semble clair que William Wallace Cook cherche à complexifier sa suggestion initiale. C’est une approche possible mais plus une histoire est complexe et plus elle est confuse. Et pour lutter contre ce défaut apparent d’ordre, le recours aux dialogues est souvent nécessaire pour débroussailler quelque peu l’intrigue. C’est un choix d’auteur.

Situation : 1227b
Préquelles possibles : 234a – 252a

  • A, aux fins de prouver à B qu’il est courageux, monte de toute pièce une fausse agression contre B perpétrée par A-2, complice de A pour l’occasion
    [La médiocrité de A est confondante]
  • * A joue les héros pour impressionner B **

Séquelles possibles : 234b – 367b

Situation : 1227c
Préquelles possibles : 234a – 252a

  • A fait appel aux services de A-2 pour kidnapper B
  • * A parvient à convaincre A-2 de l’aider dans son projet d’enlèvement de B **
  • ** A sauve B d’un prétendu enlèvement ***

Séquelles possibles : 367b – 81

Note : L’enlèvement de B fait partie d’une stratégie globale. Peut-être que A veut s’en servir comme un moyen de pression ou bien détient-elle des informations. En tout cas, ce ne sera pas lui qui se salira les mains. Il est le mandant dans cette histoire. Et c’est cette position privilégiée qui le désigne comme l’antagoniste.
Quant à la dernière possibilité, l’enlèvement de B est une machination entre A et B. On peut croire que A avait besoin de l’aura du sauveur pour mener à bien un certain projet (qui n’a pas forcément à être immoral).

Situation : 1228
Préquelles possibles : (725 si l’on change A-5 par A-3) – 1447

  • A est parvenu à entrer en possession d’informations préjudiciables pour A-3
    [cette situation est utile à démontrer que la mésintelligence (A-3 est par nature un ou une rival(e) de A) peut mener aux pires excès (et comme l’hyperbole est un moyen puissant de communiquer par la fiction, l’excès des conséquences des informations détenues est une voie royale pour dire son message.
    La mise à disposition de ces informations pour A va lui permettre de former une cabale plus ou moins secrète contre A-3]
  • * A parvient à mettre hors circuit A-3 qui possède sur lui des informations qui pourraient lui nuire si elles étaient étalées au grand jour **

Séquelles possibles : 623 – 826 – 829

Situation : 1229
Préquelles possibles : 1057a – 1430b

  • A se retrouve avec un bébé CH sur les bras
  • * A est divorcé. Il a la garde de CH un week-end sur deux. C’est justement sa semaine mais l’agenda de A l’oblige à quelque chose et CH devient particulièrement encombrant. A décide alors de le confier à B **

Séquelles possibles : (249 si l’on change B par B-8) – (1154b si l’on change B par B-8)

Note : Il faut garder en tête le sous-groupe et la proposition B dans lesquels s’inscrit cette situation et se demander comment A s’est-il retrouvé avec cet enfant. Je crois que c’est dans la personnalité de A qu’il faut commencer par chercher quelques éléments de réponse.
A serait un être irresponsable, incapable de se déterminer, tout pétri d’indécision. Sa compagne ou son compagnon désire un enfant mais A fait obstruction (probablement par peur qu’il sera bien d’examiner par ailleurs).

Ce compagnon de A décide alors d’emprunter en quelque sorte un enfant et laisser A se débrouiller avec. L’intrigue démontrera alors l’évolution de A par la dynamique d’avec la proximité de CH. Ainsi, la ruse suggérée par le sous-groupe sert d’élément déclencheur. Elle devient le prétexte de l’intrigue.

La seconde alternative met en avant le stratagème de A pour se débarrasser (provisoirement) de CH. Mais les choses ne se passeront pas comme il l’espérait. On peut imaginer que lorsqu’il voudra récupérer CH (pour le rendre à sa mère, par exemple), il ne peut plus joindre B qui semble avoir disparue avec l’enfant.

L’idée est la même que dans la première possibilité. Il faut que A prenne conscience que l’amour qu’il porte à son enfant est plus important que sa carrière, par exemple.

Situation : 1230
Préquelles possibles : (1268 si l’on change A par A-5) – (1311 si l’on change A-3 par A-5)

  • A a une obsession
  • * A a une telle paranoïa qu’il crée un mannequin X à son image **

Séquelles possibles : (1252 si l’on change A par A-5 et A-8 par X) – (1313b si l’on change A-3 par A-5)

Note : L’obsession dévore de l’intérieur. Elle mène progressivement le personnage vers l’anéantissement. Je ressens la première possibilité comme foncièrement négative. A ne peut s’empêcher d’être consumé par lui-même. Selon le sous-groupe, son entourage tentera de le sauver mais ce sera vain.
William Wallace Cook va au-delà de la simple addiction. Il peut s’agir d’une conviction ou bien de la foi, inébranlables, pour lesquelles le personnage se sacrifiera.

Situation : 1231
Préquelles possibles : 125a – 311

  • A parie tout son argent sur un combat de boxe
    [Conformément au sous-groupe, le combat sera truqué. D’ailleurs, c’est plus dramatique de cette manière là]
  • * A mise gros sur son ami A-2 dans une compétition qui oppose celui-ci à A-8. Mais A apprend que A-8 et A-2 sont de vieux amis
    [Posée autrement, cette suggestion suppose que A-2 et A-8 sont de connivence pour escroquer A] **

Séquelles possibles : 606 – 1215

Situation : 1232
Préquelles possibles : (725 si l’on change A par A-3 et A-5 par A) – (998 si l’on change A par A-3 et A-4 par A)

  • A découvre que A-3 détient des informations qui s’avéreront un vrai désastre pour A si elles venaient à être rendues publiques
  • * A prend la décision de tenir A-3 en un lieu secret sans communication avec le monde extérieur **

Séquelles possibles : (719a si l’on change A par A-3) – (875b si l’on change A par A-3) – (1130 si l’on change A par A-3)

Le prochain article portera sur les situations 1233 à 1246.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de