Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Quelques réflexions sur les situations conflictuelles 1160 à 1172 de la méthode de suggestions d’intrigue PLOTTO.

La liste des situations se trouve ici :
PLOTTO, MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Hypocrisie et Mensonge

Proposition B
29, Aider autrui à cacher au monde un secret fatal.

Situation : 1160
Préquelles possibles : 841 – 1021b – 1291b

  • F-A et M-A sont les parents de A dont celui-ci s’occupe
    [Les raisons qui font que A doit s’occuper de ses parents sont au choix de l’auteur]
    Les circonstances font que A doit s’éloigner de ses parents. Il demande alors à son ami A-2 de veiller sur F-A et M-A
  • * A-2 est le seul support de ses parents. A-2 meurt [Voir les situations 603b, c ou d]. A, l’ami de A-2 [qui peut être avec A-2 lorsque celui-ci meurt comme le laisse supposer les situations 603b, c ou d mais si l’histoire se retrouve encombrée, l’espace narratif consacré à la mort de A-2 peut être utilisé pour décrire l’amitié entre A et A-2 et expliquer ainsi pourquoi A va agir comme il le fait] décide de taire la mort de A-2 aux parents de celui-ci et leur écrit en signant pour A-2 **

Séquelles possibles : 1461a – 1462

Note : Gardons en tête que nous sommes toujours dans le sous-groupe Hypocrisie et Mensonge. Nous pouvons alors supposer que A-2 doit se comporter comme A pour ne pas troubler les parents de ce dernier. Comprenons bien que M-A et F-A savent que A-2 n’est pas leur fils. Le problème (et donc l’intrigue), c’est qu’ils vont exiger de lui exactement ce qu’ils attendaient de A.
Mais A-2 est d’une personnalité bien différente.

La seconde alternative met en avant le silence comme moyen du mensonge.

Situation : 1161
Préquelles possibles : Chronologiquement [(724 si l’on change A par A-4) suivie de 816a] – (707 si l’on transpose A et A-4) – Chronologiquement [(787 si l’on change A par A-4) suivie de 816a]

  • A rencontre A-4 avec lequel il sympathise. A-4 demande à A d’accomplir en son nom un certain projet et A accepte
  • * Afin d’aider A-4 à accomplir ou à finir un certain projet, A se fait passer pour A-4 **

Séquelles possibles : 711a, b ou c – (1168 si l’on change A-2 par A-4)

Situation : 1162
Préquelles possibles : (793a si l’on transpose A et A-2) – (981 si l’on transpose A et A-2)

A parvient à convaincre son ami A-2 de tenir le rôle de A-5 dans un certain projet où la présence de A-5 est nécessaire

Séquelles possibles : (1148a si l’on change AX par A-5) – (1164 si l’on change A-8 par A-2 et A-4 par A-5)

Note : Comme la fonction de A-5 consiste à être le méchant de l’histoire, il est certain que A-2 va au devant des ennuis. Mais ce qui est interrogé dans cette suggestion, c’est la responsabilité de A envers son ami A-2. Pourquoi A-2 s’est-il laissé convaincre ? A a t-il tiré profit d’une vulnérabilité ou d’une obligation de A-2 ?
S’il y a une véritable amitié entre A et A-2, A n’aurait-il pas cherché à tirer un avantage de celle-ci pour obliger A-2 à prendre un risque ? Le véritable imposteur, celui qui ment, est A et non A-2 qui serait alors une marionnette entre les mains de A.

On peut admettre que le personnage principal de l’intrigue est A-2 et que sa force antagoniste est A et non A-5. Ce dernier n’étant qu’un prétexte à mettre en scène la relation entre A et A-2 qui est au cœur du problème.
L’arc dramatique de A-2 est tout tracé : il doit prendre conscience de la malfaisance de A à son égard (chose qui était loin d’être certaine au début de l’histoire).

Situation : 1163a
Préquelles possibles : 615 – 618

A charge A-4 d’accomplir les tâches dont A devait s’acquitter

Séquelles possibles : Chronologiquement [1424b puis 249] – (639 …* si l’on change A-5 par A-4) – 1163b ou c

Note : Selon la proposition B, on est en droit de se demander ce qui pousse A à confier à A-4 (avec lequel A n’ aucun passé commun selon la nomenclature des personnages) des obligations auxquelles A est tenu. Logiquement, on peut déduire que A n’hésite pas à sacrifier A-4 ce qui rend le personnage de A pour le moins antipathique et attire aussitôt la compassion du lecteur sur A-4.

Moralement, il y a une atteinte à la dignité de A-4. Et A devra comprendre son erreur. Et comme c’est lui qui doit changer d’ici la fin de l’histoire (et cela sous la pression d’un antagoniste), la force qui va ainsi inciter A à changer, à se métamorphoser en un être meilleur (ou du moins plus conforme à un humanisme nécessaire) sera A-4.
De victime à priori, A-4 devient ainsi le vecteur du changement chez A.

Situation : 1163b
Préquelles possibles : 101a – 1095

A compte sur A-4 pour le sortir d’une aventure amoureuse dont il ne peut plus se dépêtrer

Séquelles possibles : (72 si l’on change A par A-4 et A-2 par A) – (182a si l’on change A-3 par A-4)

Note : Non seulement A manque de respect envers A-4 mais aussi envers celle ou celui de son aventure amoureuse. L’un comme l’autre sont considérés comme des objets par A. On peut expliquer ce comportement par un manque d’affection dont A aurait pu souffrir dans son enfance et qu’il recopie maintenant qu’il est adulte. Il est assez simple de faire de A son personnage principal mais ce n’est pas pour autant facile si l’auteur cherche à exprimer une réalité foncièrement douloureuse.
Une telle intrigue peut se jouer dans le registre de la comédie. Il y a encore à dire et à penser avec l’humour à condition toutefois de le sortir de la médiocrité en le fondant par exemple sur le désespoir.

Situation : 1163c
Préquelles possibles : 1163a

A confie à A-4 des tâches urgentes dont il n’a matériellement pas le temps de s’occuper. Mais le résultat sera fort différent de ce quoi A s’attendait

Séquelles possibles : (1180 si l’on transpose A et A-4) – (1192 si l’on change A par A-4 et A-4 par A-8) – (1197 si l’on change A par A-4 et A-8 par A)

Note : La proposition B se retrouve dans la nature des tâches urgentes confiées à A-4. Quant au sous-groupe, le mensonge ou l’hypocrisie (qui se manifeste par le mensonge) enveloppe le comportement de A, incapable de faire face à sa propre réalité.

Situation : 1164
Préquelles possibles : (710 si l’on change A par A-4) – (711a si l’on change A par A-4)

A demande à A-8 de se faire passer pour A-4 au cours d’une soirée que A a organisée

Séquelles possibles : (603a si l’on change A-2 par A-8) – (610 si l’on change A par A-8) – (717 si l’on change A-6 par A-8)

Note : A-4 est un personnage important pour le devenir de A. Son absence risque de détruire les projets de A (cela illustre la proposition B). Et le sous-groupe se retrouve dans l’imposture forcée de A-8.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Hypocrisie et Mensonge

Proposition B
47, Trouver un objet apparemment très convoité et se le procurer (ou croire se l’être procuré).

Situation : 1165
Préquelles possibles : (1145 si l’on change A par A-5 et A-8 par A) – (1161 si l’on change A par A-8 et A-4 par A-5)

  • A est un collectionneur d’art
  • * A cherche à se procurer deux objets X1 et X2 dont il est persuadé de l’existence bien que personne ne les ait jamais vus **
  • ** A croit qu’il possède un objet unique X1. Il rencontre A-5 qui lui propose de lui céder contre une forte somme X2, un objet en tout point similaire à X1. Intrigué, A achète cet objet pour se rendre compte trop tard que A-5 avait en fait dérobé X1 et que c’est X1 qu’il lui a revendu ***

Séquelles possibles : (224 si l’on change A par A-5) – (1146 si l’on change A par A-5)

Note : La première possibilité va donner un prétexte à l’intrigue. A convoite une œuvre d’art et les moyens qu’il utilisera pour se la procurer seront pour le moins illégaux voire immoraux. Le prétexte comme objectif est important parce que le véritable thème de cette suggestion est l’obsession de A traitée d’ailleurs comme une addiction.
A est totalement submergé par sa passion et sa perception de la réalité en est biaisée.

Je pense qu’il serait intéressant pour un auteur de s’emparer de ce thème de l’accumulation pour se livrer à une critique sociétale. Et peut-être obliger A à ouvrir les yeux sur les illusions d’une société en liquéfaction.
Pour la seconde possibilité, peut-être qu’il faudrait en faire des symboles, des images visuelles d’un manque chez le personnage. Ce qui peut expliquer pourquoi William Wallace Cook a précisé deux objets car la signification exacte proviendra de l’assemblage de ces deux idées dont ils sont chargés à la manière du symbolon qui était constitué des deux morceaux d’un objet brisé.

Par ailleurs, si personne ni même A n’a vu ses objets, cela signifie qu’ils n’ont d’importance que pour A. Ainsi, si A parvient à trouver et à assembler ces deux objets hypothétiques, il se produira en lui une reconnaissance qui peut être le sens exact de sa vie.

Situation : 1166a
Préquelles possibles : 1129a – 1144

  • A est entré en possession d’un objet de valeur X1 dont il ignore totalement la valeur
    [En fait, A est persuadé que X1 est une contrefaçon (ce qui nous permet de nous raccorder à la proposition B). Pour travailler sur cette suggestion, nous pourrions faire de X1 un symbole de l’image que A se fait de lui-même. A est quelqu’un qui doute lui-même de sa valeur et comme il ne parvient pas à comprendre ce malaise qui le hante, il le transfère dans X1 accablant cet objet d’une inauthenticité que ce dernier ne mérite pas.D’une manière moins spécifique que la suggestion, je peux établir mon personnage comme quelqu’un qui observe le monde (êtres et choses). Il n’est pas indifférent à ce qu’il se passe autour de lui. A est attentif mais il ne perçoit de la réalité qui l’entoure que ce qui peut renvoyer une image négative de lui-même.A recompose la signification de l’objet pour la faire entrer dans le mensonge qu’il se fait à lui-même. Mais contrairement au poète qui réinterprète ce qui est en choisissant et combinant des mots pour tenter de communiquer au plus grand nombre (comme une quête de l’universalité) son ressenti singulier face au monde, A se renforcera dans son erreur.En quoi peut consister l’arc dramatique d’un tel personnage ?En fait, cet objet X1, qui peut être d’ailleurs sans valeur aux yeux d’autrui mais néanmoins d’une grande importance pour A, s’ouvre sur un enfer personnel pour lui. Et A doit apprendre à voir autre chose dans ce miroir brisé. En somme, il s’agira d’inverser le mythe de Narcisse]
  • * Secrètement, A substitue X1, un objet qu’il pense être sans valeur, par X2 qu’il pense authentique. La vérité est que X1 est l’original et X2 est une copie. Mais A est persuadé du contraire
    [Ce qu’il y a d’intéressant avec les suggestions de William Wallace Cook, c’est que chacun peut les interpréter selon sa sensibilité. Ce que nous y percevons est foncièrement subjectif et un auteur de fiction ne fait que témoigner à sa manière de la réalité alentour.
    Deux objets sont comparés : L’un est vrai et l’autre est faux. Mais nous sommes bien incapables de débrouiller le vrai du faux.Je peux même me déplacer sur le plan des idées. Une propagande (force antagoniste qui cherche à me nuire) martèle une information qui sert ses intérêts mais non les miens aidée en cela par la foultitude des médias actuels (et forcément futurs).Nous possédons tous un esprit critique mais la plupart du temps, nous ne savons pas l’utiliser. Nous sommes comme endormis. Dans la suggestion proposée par Cook, A comprendra qu’il a fait le mauvais choix. Et il se mettra en quête de la vérité et cela le mettra en danger. Il va s’opposer au courant dominant qui tente de lui inculquer une vérité dont A devra apprendre qu’il ne veut pas. **

Séquelles possibles : 614 – 1166b

Situation : 1166b
Préquelles possibles : (1166a …*)

  • A cherche un moyen de se procurer X2, un objet que possède A-9 et que celui-ci n’est pas disposé à céder
  • * A réalise une copie X1 d’un objet X2 et remplace X2 par X1 **

Séquelles possibles : (1166a *…**) – 1343

Note : Remarquons tout de suite que dans la nomenclature des personnages, A-9 représente une autorité. Quelle vérité chercherions-nous à dénoncer avec une telle intrigue ? Commençons par interpréter l’objet X2. Pour A, ce peut être la condition nécessaire pour accomplir un certain projet, disons métaphoriquement qu’il cherche à se libérer des chaînes qui l’entravent et X2 serait en quelque sorte la solution à son problème.

A-9 détient la clef du problème et A doit le convaincre de la lui céder. Mais la relation maître/esclave ou puissant/dominé qui les lie n’autorise pas l’intention de A envers le privilégié A-9 qui ne veut pas perdre son privilège. La volonté de A ne peut mener qu’au conflit avec A-9.
Comment impliquer le sous-groupe dans une telle hypothèse ?
Parce que A se montrera subversif envers le système, ce dernier réagira par une désinformation destinée à monter l’opinion publique contre le mouvement initié par A. Et le secret fatal que précise la proposition B est le risque de renversement du système par l’influence de A (le autrui de la proposition B est précisément l’opinion publique).

La seconde possibilité insiste sur les complications qui ne manqueront pas dans la tentative de A de remplacer l’original par la copie. Il y a là matière à comédie mais cette suggestion peut aussi fonctionner dans un thriller.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Hypocrisie et Mensonge

Proposition B
48, Assumer le rôle d’un criminel [quelle que soit la nature du crime] dans une activité par ailleurs parfaitement honnête.

Situation : 1167
Préquelles possibles : 598 – 939

  • Pour mener à bien son projet (parfaitement honnête par ailleurs), A est obligé de se faire passer pour un criminel A-5
  • * A, se faisant passer pour A-5 pour un projet qui lui tient à cœur, est interrogé par la police qui le confond avec A-5 qu’elle recherche **

Séquelles possibles : 249 – 635 – 1044a

Note : Dans la nomenclature des personnages, A-5 est le méchant de l’histoire. Mais cela n’élimine pas le fait que A se livre à une usurpation d’identité même si l’identité nouvelle qu’il endosse est fictive. Dans un cas, A se sert de l’image d’un véritable individu parce qu’il a besoin de l’aura de l’image de cet autre pour convaincre sur son projet. Et dans l’autre, on serait tenté par le dédoublement de la personnalité mais c’est loin d’être le cas. Pas plus qu’il ne s’agit d’un ami imaginaire.

Ce personnage qu’invente A lui sera nécessaire pour pénétrer certains milieux qui lui refuserait l’accès s’il était resté lui-même. Fort d’une nouvelle personnalité qui lui permet d’oser des choses impensables autrement, A peut aller jusqu’au bout de son entreprise (ou peut-être de sa folie).
Je pense que William Wallace Cook joue sur les variations de Hyde et de Jekill. Á moins qu’il ne décline ses propres visions de la mythomanie.

Contrairement à la première possibilité où la présence de A-5 pourrait s’avérer nécessaire pour ajouter aux tribulations de A, dans la seconde alternative, ce sont les autorités qui poseront des obstacles à A car elles ne croiront pas à sa justification. A-5 n’est plus l’antagonisme mais c’est l’institution elle-même qui va tenter d’écraser A.

Situation : 1168
Préquelles possibles : 599 – (1161 si l’on change A-4 par A-2)

  • A décide de continuer l’œuvre de son ami A-2 décédé
  • * Après la mort de son ami A-2, A décide de mettre de l’ordre dans les affaires de ce dernier. Ce qu’il va découvrir, cependant, va le mettre mal à l’aise vis-à-vis de sa propre morale **

Séquelles possibles : 603a – (822 si l’on change B par A-2) – 1044a

Note : A est le témoin des malversations de A-2 mais le respect de l’amitié sincère qui existe entre eux lui a toujours fait fermer les yeux sur les agissements de son ami. Maintenant que A-2 est mort, on peut s’interroger sur les raisons qui poussent A à marcher sur les pas douteux de son ami disparu.
Le motif de la vengeance me vient assez naturellement mais je le trouve cependant un peu trop facile et je crois que la simplicité en la matière pourrait nuire au drame.

Puisque A est le témoin des événements, il me semble logique qu’il en soit aussi le narrateur. Comme je n’ai pas intérêt à ce que A change au cours de l’histoire (car je ne souhaite pas mettre à mal le sentiment d’affection qui unissait A et A-2), ce qui devra changer progressivement tout au long de l’intrigue, c’est l’opinion que les autres ont conçu de A-2 (puisque A-2 n’a pas emporté son secret dans la mort).

On peut imaginer que A va se mettre en quête de la vérité. Certes, la première partie de l’acte Deux le fera douter de ses sentiments envers A-2 puisque l’opprobre se jettera sur lui comme la misère sur le vieillard (comme le dit bien mieux Victor Hugo).
Et dans la seconde partie, par un courage renouvelé, A parviendra à redresser l’opinion et à réhabiliter la mémoire de son ami A-2.

La seconde alternative soulève un autre problème. Est-ce que l’amitié de A peut cesser avec la mort ? Les découvertes de A altéreront le souvenir de A-2. La première partie décrira l’ébranlement de A un peu comme dans l’alternative précédente. Mais la seconde partie consistera à renforcer les convictions de A envers son ami malgré les faits que l’on reproche à celui-ci.

Situation : 1169
Préquelles possibles : 1073 – 1096 – (818a …*)

  • A est un comédien qui cherche à prouver qu’il peut jouer un certain rôle
  • * A est un comédien qui, pour se prouver qu’il peut tenir un certain rôle, se met à le vivre réellement **

Séquelles possibles : (818a **…***) – 625

Note : William Wallace Cook reprend un motif qu’il utilise souvent, à savoir vivre l’expérience et non plus en être l’observateur. Ce n’est pas l’observation en soi qui est critiquée. Elle est même la condition préalable à l’expérience.
Croiser un être humain, et par un simple regard, par une sorte d’intuition, en comprendre le désespoir est un constat que l’on fait. Mais si l’expérience s’arrête là, comme par lâcheté, ce serait une compassion bien creuse que d’observer la misère du monde sans la comprendre vraiment.

Le personnage de la situation 1169 est un comédien. Et il sera talentueux. Ce n’est pas un cabotin, bien au contraire. On lui propose un rôle et soudain, le voilà qu’il doute. Il ne parvient pas à s’emparer du personnage. Il lui manque quelque chose qu’il ne pourra acquérir que si cet être de fiction qu’il désire interpréter se concrétise dans la vie réelle. Non la vie véritable qui interpellerait le lecteur mais dans la vie réelle du personnage lorsqu’il n’est pas sur les planches.

Et que propose t-on à notre personnage ? Le rôle d’un tueur, bien évidemment.

Notez aussi que William Wallace Cook n’hésite pas à lier le théâtre au mensonge. Mais ce n’est pas nouveau. La fiction est par définition un mensonge.
La seconde possibilité confirme mon intuition.

Situation : 1170
Préquelles possibles : 485 – 513 – 949b – 1072 – 1073 – 1148a

  • A est d’une classe sociale élevée. Pour tromper son ennui, il se dévergonde au contact d’une population louche
    [Et il tentera de se faire passer pour l’un d’entre eux mais avec moins de bonheur qu’il le pensait]
  • * Pour se fondre dans une communauté à l’antipode de celle dans laquelle il a vu le jour, A s’inventera une toute autre personnalité **

Séquelles possibles : 773 – 786 – 876a – (1148a *…**) – 1209b

Note : La seconde alternative ne dit pas que l’intention de A soit machiavélique. Par exemple, fasciné par les Sans Domicile Fixe et désireux sincèrement de les aider mais ne pouvant le faire sans comprendre comment fonctionne cette communauté, il n’a d’autre solution que de s’immerger dans celle-ci (entraînant le lecteur avec lui).

La richesse de cette histoire sera celle des relations que A nourrira tout au long de l’intrigue. Le côté altruiste de A n’est pas encore en place au début de l’histoire. Il ne le deviendra que progressivement au fur et à mesure de l’avancée de ses tribulations.
Lorsqu’il découvrira ce monde nouveau (qui caractérise le début de l’acte Deux), A prendra comme un jeu son immersion dans cette société nouvelle. Au point médian (approximativement le milieu de l’histoire), A aura vécu de telles expériences qu’il en connaîtra une crise profonde. C’est après ce moment de reconnaissance d’une réalité dont il n’avait pas pris la mesure de la gravité que son désir d’aider s’est fait vraiment sentir.

Ce sera pour lui aussi un moment de reconnaissance personnelle parce qu’il n’a pas choisi cette bourgeoisie qui l’a vu naître et avec laquelle il ne parvient pas à communiquer réellement alors qu’avec ces gens qui l’intimidaient de prime abord (puisqu’il est apparu à eux sous une imposture), il a su trouver une véritable écoute.

Situation : 1171
Préquelles possibles : (623 si l’on change A par F-B) – (773 si l’on change A par F-B et B par B-5) – 822

  • Le père de B, F-B, est accusé d’un crime qu’il n’a pas commis mais étrangement, il ne cherche pas à se disculper
    [Manifestement F-B cherche à protéger quelqu’un. B devra essayer de comprendre le comportement de son père. Et peut-être bien, mais cela B et le lecteur lui-même ne le comprendront qu’au moment du climax, c’est B que F-B protège]
  • * B s’accuse du crime dont son père F-B est suspecté
    [Dans l’esprit de William Wallace Cook, B assumes une culpabilité qui n’est pas fondée par amour pour son père. Maintenant, il reste à inventer comment une telle situation peut donner lieu à une intrigue. Lorsque B avouera un crime qu’elle n’a pas commis, F-B sera libéré puisque aucune charge ne sera retenue contre lui.Le postulat de départ est que B et F-B sont tous deux innocents. Au moment de l’incident déclencheur, leurs positions respectives sont inversées.
    F-B est le personnage principal et sa fille qui se constitue prisonnière pour prendre sa place va lancer F-B véritablement dans son aventure.Dans un premier temps, il n’acceptera pas le plan de sa fille. Puis, forcé par les circonstances, il devra alors prendre tous les risques pour que la vérité se fasse jour et retrouver sa fille libre. **
  • ** A est le meilleur ami de B (et peut-être même amoureux d’elle mais ce ne sera pas clair au début de l’histoire). A décide de prendre sur ses épaules toute la responsabilité d’un acte que B et lui ont commis et pour lequel ils doivent rendre des comptes ***

Séquelles possibles : 635 – (1291 si l’on change A par A-5)

Situation : 1172
Préquelles possibles : 890 – 1025 – 1118

La ressemblance frappante de B avec B-5 lui cause des soucis auxquels elle ne s’attendait pas

Séquelles possibles : 69 – 792b – 822 – 828 – 1154a

Note : J’aimerai parler de ce que je compare à une entropie concernant le personnage principal. Á partir de l’incident déclencheur, le personnage principal va connaître une série de tourments qui vont progressivement le détruire. C’est là où ma comparaison intervient : jusqu’au point médian qui est la concrétisation d’une crise profonde chez le personnage, celui-ci sera sous l’effet d’un flux ou d’un mouvement qui le mènera irrésistiblement vers le désordre, la désagrégation, le chaos, vers une mort ou un néant symboliques.

Cette crise profonde est cependant un atout pour l’auteur car le personnage ne va pas se laisser anéantir. Il va trouver en lui une force, un courage nouveaux. Et c’est cela la magie de la fiction car contrairement à l’entropie dont l’issue chaotique est inéluctable, le personnage va se battre et dans la plupart des cas (à moins qu’il ne s’agisse d’une tragédie), il l’emportera sur l’adversité.

Cet ultime combat aura aussi un effet sur la personnalité du personnage. Toute l’intrigue a pour but de le métamorphoser en un être meilleur. Il s’est produit en lui une anagnorisis, c’est-à-dire une reconnaissance de sa véritable nature cachée de lui jusqu’à présent. Joseph Campbell dans son voyage du héros nomme cet événement une renaissance.

Dans cette situation 1172, l’incident déclencheur est la confusion des identités. B pourrait être arrêtée par les autorités sans que le lecteur, ni elle, ne sachent pourquoi. Le rouleau compresseur de l’institution va s’appliquer sur elle écrasant sa dignité, lui niant ses droits et le respect qui lui est dû. Elle pourrait même souffrir physiquement.

Au moment du point médian, le lecteur sait que l’influence néfaste de B-5 est à l’origine de la situation de B. Mais B ne l’a pas encore compris. C’est alors qu’un incident va lui faire prendre conscience que sa ressemblance avec B-5 est la cause du problème. B va enfin connaître une lueur d’espoir.

L’arc dramatique de B pourrait faire l’objet d’une intrigue secondaire pour dénoncer quelque chose que tient à faire passer l’auteur. L’intrigue principale servira alors de support à ce message en modifiant le point de vue de A sur le monde.
Après tout, ce qu’elle aura vécu est suffisamment puissant pour rendre vraisemblable un tel cheminement.

J’aborderai dans le prochain article les situations conflictuelles 1173 à 1187.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de