Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Nous abordons avec cette série de situations 1034 à 1056 le sous-groupe hasard. Afin d’orienter ma pensée, je tenterai de définir comment nous allons pouvoir considérer le hasard en fiction bien que cette façon de faire présente le risque d’être un peu restrictive.

Deux acceptions s’offrent à moi. D’abord, la fortune sourit aux audacieux. C’est-à-dire que je ne crois pas en la coïncidence. Prenons par exemple la rencontre, instrument narratif très utile lors de l’incident déclencheur.
Illustrons cette rencontre avec Les 101 Dalmatiens lorsque Pongo, amoureux de Perdita, provoque la rencontre entre Roger et Anita. Vous le constatez, cette rencontre est organisée. En un autre terme, elle est déterminée. Quoi que fasse Pongo (du moins dans le domaine fictif qui est le sien), cette rencontre ne pouvait pas ne pas avoir lieu.

Ce sont donc deux séries d’événements (les vies de Roger et d’Anita) qui s’articulent chacune d’une manière causale (un événement cause un autre événement) qui à un moment donné vont se croiser.
Par ailleurs, je peux refuser ce rapport entre les événements et dire que tout n’est que pure coïncidence. Si je souhaite me servir d’une rencontre comme incident déclencheur, elle sera alors une rencontre fortuite de circonstances. Par exemple, je décide de flâner avant de rentrer directement chez moi (comme j’en ai l’habitude) et au détour d’une rue, je rencontre une vieille connaissance perdue de vue, mon assassin ou bien la femme de ma vie.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Le hasard

Proposition B
21, Se retrouver en situation difficile à cause d’une erreur de jugement ou un mauvais choix.

Situation : 1034
Préquelles possibles : (957c si l’on change A par A-8) – (1107a si l’on change A par A-8)

  • A, curieux de tout, est toujours en train de tester de nouvelles idées
    [Et l’une des idées de A va provoquer une réaction en chaîne de complications, ce qui donnera matière à l’intrigue]
  • * A adore tester tout ce qui lui passe par la tête. Involontairement, l’une de ses idées va interférer avec les plans d’une organisation qui cherchera alors à se débarrasser de cet intrus qu’elle considère comme un grain de sable dans des rouages qu’elle pensait pourtant bien graissés **

Séquelles possibles : (1052b si l’on change A par A-8) – (1116 si l’on change A par A-8)

Note : William Wallace Cook se sert de l’invention comme élément déclencheur. A est comme le génie méconnu qui ne subit qu’échec sur échec jusqu’au jour où l’une de ses inventions aura des conséquences inattendues.

Situation : 1035
Préquelles possibles : 139 – 1021b – (1234 si l’on transpose A et A-2)

A, qui croyait se défendre contre un voleur, tue accidentellement son ami A-2

Séquelles possibles : 794 – (786 si l’on change A par A-2)

Note : Il n’y a aucune intention de donner la mort chez A. Il s’agit véritablement d’une malheureuse méprise, une sorte de concours de circonstances qui ont mené A à croire qu’il était menacé.
Puisque la légitime défense de A ne peut être mise en doute, l’intrigue ne serait-elle pas plus intéressante si les faits n’avaient été sciemment mis en œuvre pour provoquer cette réaction voulue chez A ?

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Le hasard

Proposition B
20, Se retrouver impliqué dans une situation dont on sait qu’elle sera difficile et à laquelle on ne peut cependant pas échapper.

Situation : 1036
Préquelles possibles : (702 si l’on change A par A-8) – 1187

  • A est un homme simple sans réelles compétences
    [Et le hasard fera en sorte qu’il se retrouve dans une situation extraordinaire]
  • * Des circonstances font que A, qui n’a rien demandé à personne, est confondu avec A-4, une célébrité **

Séquelles possibles : 1161 – 1173

Situation : 1037
Préquelles possibles : 1146 – (1164 si l’on change A par A-9, A-4 par A-8 et A-8 par A) – 1224

A se fait passer pour A-8 jusqu’au jour où il rencontre A-8 en personne

Séquelles possibles : (998 si l’on change A-4 par A-8) – (1232 si l’on change A-3 par A-8)

Note : Pour rappel, A-8 est un personnage qui représente une fonction dans l’histoire. En se faisant passer pour ce personnage, A nous dit son mal de vivre. Il projette son angoisse dans son miroir lorsque son regard si singulier lui renvoie l’image de A-8.
A est manifestement dans l’erreur et en cela, nous sommes en harmonie avec la proposition B qui sous-tend cette intrigue. A doit se libérer mais il ne peut y parvenir seul. En se plaçant sous le patronage de A-8 (faisant ainsi de A-8 un mentor) qu’il rencontre par hasard, A peut espérer trouver l’issue de son propre labyrinthe.

Situation : 1038
Préquelles possibles : 1170 – 1177

A est un personnage important. A-8 serait plutôt un individu plus que commun, pour ainsi dire insignifiant. Mais on ne sait par quel hasard, on les confond toujours

Séquelles possibles : (1146 si l’on change A par A-8) – (1448 si l’on change A par A-8, A-5 par A et A-8 par A-4)

Note : Avec cette situation, il me semble que William Wallace Cook avait la fibre de la bonne humeur lorsqu’il l’a inventée. Ce serait certainement une gageure d’adapter cette intrigue autre que dans le genre de la comédie mais l’étrangeté de cette situation, voire l’impensable de cette circonstance permet une ouverture vers le fantastique.

Situation : 1039
Préquelles possibles : 1314 – 1316

  • Depuis qu’il a fait la connaissance de A-3, A est sous sa totale influence jusqu’à l’imiter en tout
    [Selon la nomenclature des personnages de Cook, A-3 est un ennemi (ou au moins un rival) de A]
  • * A est sous la totale influence de A-3. Il se donne pour objectif de tuer A-4 (qu’il ne connaît pas) mais ne se rend pas compte qu’il exécute la volonté de A-3. **

Séquelles possibles : (1035 si l’on change A-2 par A-4) – (1311 si l’on change A-3 par A-4)

Note : Le hasard se constitue dans la rencontre. La proposition B se reflète dans l’inclination de A à se dissoudre dans A-3. Manifestement, A est à la recherche de sa propre identité. Cette relation affective est foncièrement destructrice (c’est pour cela que William Wallace Cook la situe dans A-3 qui se présente contre les intérêts de A).

A-3 n’est pas le méchant de l’histoire. Il n’est pas responsable de cette absorption. C’est le comportement de A qui est en cause. L’arc dramatique de A consistera alors pour celui-ci à prendre conscience de sa propre différenciation, à reconnaître qu’il possède les mêmes droits et libertés fondamentaux que quiconque mais qu’il doit les exercer en tant qu’individu.
Certes, être citoyen, c’est exiger que ses droits civils soient respectés et se soumettre de bonne grâce à ses obligations au sein de sa communauté (et pour un citoyen français, c’est aussi bénéficier de droits politiques contrairement à un étranger auquel on ne garantit que ses droits civils).

Cela implique notre appartenance à une communauté (à fortiori, une identité commune) mais lorsqu’une relation fusionnelle ou une dépendance affective se mettent en place, l’individu abandonne (probablement involontairement ou inconsciemment) sa propre identité en la substituant à celle d’un autre.
En somme, il s’agit de la mise en intrigue de l’anagnorisis, c’est-à-dire de la découverte tardive de sa propre identité. C’est un moment important de la vie d’un personnage de fiction qui se concrétise communément dans une scène dite de reconnaissance.

Situation : 1040
Préquelles possibles : 130 – 174 – (599 si l’on transpose A et A-2)

  • A doit accomplir une tâche importante mais il semblerait que la Providence s’acharne contre lui
    [Pour être en accord avec mes convictions, je pose comme principe que cette Providence n’est pas réelle mais que nous avons affaire à une organisation secrète des événements ligués contre le projet de A]
  • * Blessé, A est emmené inconscient à l’hôpital
    [Avec cette alternative, le hasard est effectivement à l’origine des aventures du personnage tel que nous en avons un exemple dans Bon Rétablissement de Jean Becker, Jean-Loup Dabadie et Marie-Sabine Roger (auteur du roman Bon Rétablissement)] **

Séquelles possibles : 500a – 681b – 711b

Situation : 1041
Préquelles possibles : (118 si l’on change A par A-8 et GF-A par A) – 825 – (389 **…***) – 899 – 1433a

A se rend chez son notaire pour y déposer son testament. Mais il meurt avant d’arriver à destination

Séquelles possibles : (389 **** … *****) – 1432

Note : La mort de A est accidentelle. Il n’y a aucune conspiration lors de cet incident déclencheur. Toute l’intrigue disposera probablement des luttes, trafics d’influence et autres coups bas que les héritiers présumés ne manqueront pas de se livrer.

Situation : 1042a
Préquelles possibles : 619 – 1195

  • Le manque d’attention à ce que dit ou fait A lui cause de sérieuses complications
  • * A prend conscience qu’il est à l’origine de ses propres problèmes **

Séquelles possibles : 879 – (1448 si l’on transpose A et A-5)

Note : Le concept de hasard est lié à la distraction du personnage. Ici, nous n’avons pas un personnage qui surprend par hasard une conversation ou dont le regard se pose sur ce qu’il n’aurait jamais dû voir. Plutôt, nous aurions un personnage qui oublie par exemple de fermer une porte et les ennuis s’engouffrent dans cette ouverture inespérée.

Situation : 1042b
Préquelles possibles : 153 – (63 si l’on transpose A et B)

  • A parvient à convaincre A-9 qu’il livre les deux beaux cadeaux qu’il veut faire à A-2 et à B (concernant B, voir situation 976)
    [Manifestement, un motif vaudevillesque. Le hasard stipulé par le sous-groupe sert ici de fondement aux quiproquos. Et la proposition B serait alors représentée par toutes ces intrigues impensables caractéristiques du théâtre de boulevard]
  • * Les deux beaux cadeaux que A fait livrer à A-2 et à B sont intervertis par le livreur A-9
    [William Wallace Cook nous donne un exemple de quiproquo par une erreur involontaire du livreur et A connaît déjà les conséquences de cet acte qu’il soit une maladresse, une méprise, une confusion ou un quelconque malentendu] **

Séquelles possibles : 321a – (635 si l’on change A-5 par A-9)

Situation : 1043
Préquelles possibles : 601 – 606 – 652a

  • A met en gage auprès de A-8 un bien qu’il considère de piètre valeur contre une faible somme d’argent mais dont il a besoin. Lorsque A veut récupérer son bien, A-8 se montre réticent à le lui rendre
    [Le sous-groupe se manifeste ici dans le fait que le bien en question (mobilier ou immobilier) s’avère être d’une valeur bien supérieure à son estimation. Par exemple, s’il s’agit d’une friche, on découvrira que celle-ci contient de l’or ou bien un trésor…]
  • * A découvre que le bien qu’il possède [La manière dont A s’est procuré ce bien est laissée à la discrétion de l’auteur] est d’une valeur bien supérieure à ce qu’il pensait **

Séquelles possibles : 1255b – Chronologiquement [1255b suivie de 1040] – Chronologiquement [1255b suivie de (1040 si l’on change A par A-8)]

Situation : 1044a
Préquelles possibles : 513 – 923 – 1167 -1177 – 1186

  • A et A-4 échangent involontairement leurs valises
  • * Après avoir pris par erreur ce qui appartenait à A-4, A est considéré comme mort lorsque ce qui lui appartenait en propre est retrouvé en possession de A-4 qui a été tué **

Séquelles possibles : 550 – 608 – 917

Situation : 1044b
Préquelles possibles : (370 si l’on change A par A-2) – (378 si l’on change A par A-2)

A s’empare involontairement d’un objet X-1 appartenant à son ami A-2 et A-2 entre en possession de X-2, un objet appartenant à A. Les deux objets sont si semblables qu’il est bien difficile de dire à qui appartient quoi
[Imaginez un instant qu’au lieu des deux objets, nous ayons deux sœurs jumelles]

Séquelles possibles : 390 – Chronologiquement [(390 *…**) suivie de (594c si l’on change A par A-2)]

Situation : 1045
Préquelles possibles : Chronologiquement [1444 suivie de 1364a] – Chronologiquement [1444 suivie de 1384]

A, à moitié endormi, surprend une conversation qu’il n’aurait pas dû entendre. Plus tard, il se demande s’il a réellement entendu cette conversation ou bien si ce n’est qu’une illusion de son esprit endormi

Séquelles possibles : 828 – 1453

Note : L’ambiguïté, l’incertitude peuvent être introduites dans une intrigue par le hasard. Lorsqu’un personnage se met à douter de ses perceptions, il est en droit de s’interroger si ce qu’il a vu, entendu, ressenti ou n’importe quelle perception se sont bien produits ou non.
Un auteur peut très bien vouloir leurrer son lecteur en lui montrant (un scénario est d’abord une monstration) les actes d’un personnage comme évidence mais il est tout à fait possible que ce à quoi nous assistons n’est que la fantaisie d’un personnage en pleine crise hallucinatoire.

Par exemple, un personnage demande à un autre personnage de jeter au feu un livre maudit. Pour faciliter la combustion du livre, le premier personnage va même jusqu’à l’asperger d’essence. Mais le second personnage se refuse à exécuter ce qu’on lui demande considérant cela comme pure folie à laquelle il ne veut participer. Le premier personnage s’empare alors du livre et le jette lui-même dans l’âtre. Au même moment, le second personnage se met à flamber.

Nous avons assisté à cette scène en tant que lecteur implicite de l’image et nous avons accepté ce qui s’est déroulé devant nous car il n’y a aucun doute sur la crédibilité de la scène. Cependant, il existe une ambiguïté car comme le second personnage, nous pourrions être sceptique face à la conviction du premier personnage. Et une autre scène pourrait alors nous révéler la vérité sur ce qui s’est réellement passé mais que nous n’avons pas vu.
L’auteur pourrait alors nous inciter à penser autrement en nous expliquant qu’en pleine crise de folie, le premier personnage a inondé d’essence le second personnage et allumé lui-même l’allumette fatale.

Pour cette suggestion, William Wallace Cook se sert du sommeil ou du rêve lucide pour établir le doute chez son personnage. C’est une bonne idée.

Situation : 1046
Préquelles possibles : (677 si l’on change B par A) – (664 si l’on change A par A-4) – 1389b

  • A arpente les rues de la ville en pleine nuit
    [Et cette promenade nocturne sera l’occasion de multiples rencontres sans aucun rapport causal entre elles. Le personnage à travers les rencontres qu’il fera cette fameuse nuit ira simplement à la rencontre de lui-même]
  • * Un objet X est jeté d’une fenêtre au moment même où A passait dans la rue et X s’écrase à ses pieds
    [Et conformément à la proposition B qui indique que le personnage sait pertinemment qu’il va au devant de difficultés, celui-ci interrompra sa promenade pour ramasser X. L’aventure qui va lui être ensuite proposée effraiera quelque peu ce héros involontaire mais il finira par céder à la pression (même s’il s’impose celle-ci lui-même) et l’intrigue pourra commencer] **

Séquelles possibles : (1364a si l’on change B par A) – 1369 – 1394 – 1400 – 1425 – 1435

Situation : 1047
Préquelles possibles : (666 si l’on change A par A-8) – 848a

  • A avance à tâtons dans l’obscurité
  • * A est aveugle. Alors qu’il marche dans la rue, il tombe sur A-5, A-5 et A-5, en train de commettre une agression (ou n’importe quelle transgression portant atteinte à l’ordre public) **

Séquelles possibles : 27 – 801 – (1220b si l’on change A par A-5) – 1128 – (1253 si l’on change A-3 par A-5)

Note : Il serait assez tentant de donner à la première alternative une valeur symbolique. L’obscurité peut être comprise comme les ténèbres et vouloir signifier dans ce contexte précis le chaos qui règne dans la vie du personnage tel que nous le découvrons lorsque l’histoire commence.
L’obscurité n’abolit pas la lumière et réciproquement. Ils ne s’expliquent que par comparaison. S’il n’y avait pas les ténèbres pour nous faire apprécier la lumière, quel sens pourrions-nous donner à notre quête (peut-être impossible) de vérité ?

Par ailleurs, la suggestion précise que le personnage avance à tâtons. Si l’obscurité désigne poétiquement un lieu où toute vie serait absente (le séjour des morts, le Sheol…), l’avancée incessante du personnage désigne sa volonté puissante de vie. Le hasard du sous-groupe indique ce progrès nécessaire de notre volonté qui progresse sans guide vers une hypothétique lumière.

La seconde possibilité fait de A un être particulièrement vulnérable. Il est nécessaire d’insister sur la fragilité ou l’impuissance d’un personnage principal face à la force antagoniste qui devrait toujours lui paraître supérieure en tous points.
Ce grotesque donne du sel à l’intrigue. Ne nous méprenons pas sur le vocable grotesque. Il s’agit simplement de dire qu’en fiction, les situations devraient être plus grandes que la vie ce qui permet leur légitimation.

Situation : 1048
Préquelles possibles : 1304 – 1296 – 1298

  • A et A-2 ont eu il y a de nombreuses années un profond différend. Depuis, ils ne se parlent plus. La Providence pourtant fera en sorte qu’ils se retrouvent (A, A-2 et B la femme de A-2) coincés en un lieu pour la nuit
    [Ainsi le hasard mène au huis-clos qui servira de catharsis aux personnages]
  • * Alors qu’ils se sont perdus de vue depuis de nombreuses années, A-2, sa femme B et A fêtent leurs retrouvailles. Mais A cache un lourd secret que B et A-2 vont découvrir inopinément **

Séquelles possibles : 1279b – 1291b – 1325 – 1309a

Situation : 1049
Préquelles possibles : 675 – (747 …*) – (815 …*)

Incapable de prendre ses responsabilités, A laisse la chance décider à sa place. Chaque fois qu’il doit prendre une décision, il le fait à pile ou face. L’habitude lui a prouvé que son système fonctionnait la plupart du temps, mais A se retrouve soudain dans une situation où sa manière habituelle d’agir s’avérera insuffisante voire trompeuse quant à la marche à suivre pour résoudre son problème

Séquelles possibles : (747 *…**) – (815a *…**) – 836 – 837 – 848a

Note : Je vous renvoie au chapitre 11 : Résolution de problème et Justification de la théorie narrative Dramatica pour une étude plus détaillée de cette intrigue.

Situation : 1050
Préquelles possibles : 3a – 524a

A tombe des nues quand il découvre inopinément que B (peut-être sa compagne) détient des objets volés

Séquelles possibles : 69 – 566b – (623 si l’on change A par B)

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Le hasard

Proposition B
15, Trouver une certaine force pour tirer le meilleur parti d’une situation difficile.

Situation : 1051
Préquelles possibles : 245 – (364a …*) – 697b – 1089

La cinquantaine passée, A a toujours pensé qu’il était maudit au vu des échecs continuels de sa vie. Il retrouve par hasard une amie B-7 de sa mère qu’il n’a pas rencontrée depuis des années. Celle-ci lui apprend certaines vérités sur sa famille

Séquelles possibles : (364 *… **) – 368b

Situation : 1052a
Préquelles possibles : (1369 si l’on change A-4 par A-8) – 1371 – 1437

  • A rencontre A-8 dans un bar [A-8 peut être une vieille connaissance ou bien un parfait inconnu pour A]. Se laissant griser par l’alcool et l’ambiance de la soirée, A-8 révèle un important secret à A
  • * A apprend inopinément par A-8 les conditions dans lesquelles la femme de A a été tuée. Ces circonstances avaient été tues pour quelque raison qui reste à découvrir **

Séquelles possibles : (845 si l’on change A-2 par A-8) – 1451b

Note : L’important secret révélé dans des conditions extraordinaires peut être un simple McGuffin, c’est-à-dire un prétexte à lancer l’intrigue dans un road-movie pour A.

Situation : 1052b
Préquelles possibles : 692 – 719b – 1367b

  • A vit une situation très difficile. Il rencontre par hasard A-9 qui lui apparaît comme une bouffée d’espoir. Mais l’ingérence de A-9 dans la vie de A compliquera encore plus la pauvre situation de celui-ci
  • * A est dans une situation difficile et A-9 tente de l’aider. Mais une série d’obstacles inattendus vient sérieusement perturber la mission de sauvetage **

Séquelles possibles : 1034 – (1116b si l’on change A par A-8)

Note : La situation de A devient plus compliquée parce qu’il invite A-9 à lui pourrir la vie. A-9 est coupable d’atteinte à l’intimité de la vie de A mais avec la complicité de A lui-même.
Le droit au respect de la vie privée est un droit fondamental et il y a délit lorsqu’une entité s’immisce dans le quotidien d’un individu sans y avoir été invité. Mais lorsque cet individu lui-même ouvre la porte, il s’expose au danger car tout comme le vampire qui ne peut franchir le seuil sans y être invité, dans quelle mesure peut-on juger délictuelle l’action d’une ingérence ?

Bien sûr, on peut argumenter sur la vulnérabilité de la personne qui se laisse convaincre (pour ne pas dire berner) par les atours d’un système qui ne lui veut pas que du bien. L’ignorance est-elle vraiment la cause d’une telle attitude ? Serait-ce un manque d’éducation ? Et dans ce cas, qui est responsable ? Les parents qui n’ont pas su ou voulu inculquer les valeurs morales nécessaires à la vie en société ? Ou bien les institutions incapables de s’adapter à la réalité d’un terrain qu’elles méconnaissent ?

Dans la seconde alternative, l’acte de A-9 est véritablement sincère. William Wallace Cook semble nous dire que malgré les meilleures volontés du monde, lorsque la Providence ou la nature interfèrent avec nos décisions, il nous serait presque impossible de leur résister.

Situation : 1053
Préquelles possibles : 622 – 755 – (1378 si l’on change A par SN et FA par A)

  • Un incident malencontreux fait remonter à la surface un vieux souvenir refoulé chez A qui ravive une blessure jamais cicatrisée
  • * A retrouve par hasard son fils SN dont il n’a plus de nouvelles depuis longtemps **

Séquelles possibles : 928b – Chronologiquement [(1291a si l’on change A par SN) suivie par (1461c si l’on change A par SN et B par A) puis 928b]

Situation : 1054
Préquelles possibles : 245 – 870a – 1089 – 1458

  • A est un être malheureux. Et il ne sait pas pourquoi il n’apprécie que si peu la vie. Par hasard, il trouvera cependant un indice qui l’incitera à se lancer dans une investigation personnelle de son passé
  • * Alors qu’il fait quelques travaux dans la maison dont il a héritée [Ce qui crée un lien indispensable à l’intrigue entre la maison et lui], A découvre de vieilles lettres qui pourraient révéler certains non-dits **

Séquelles possibles : 448 – 1451c

Situation : 1055
Préquelles possibles : Chronologiquement [245 puis 1051] – Chronologiquement [245 suivie de 1054] – Chronologiquement [801 puis 828]

A et B semblent être un ménage heureux lorsqu’un malencontreux incident vient remettre en question un couple apparemment sans nuage

Séquelles possibles : 366 – 367b

Note : Ce qui fait l’harmonie d’un bon scénario, c’est lorsque la diversité des éléments dramatiques qui le composent tendent vers une et une seule signification. C’est cette unité de sens qui doit être recherchée.
Qu’il y ait un rapport de causalité entre les événements n’est qu’un aspect pratique. Ce n’est que lorsque la majeure partie des épisodes, qui se succèdent au cours de l’histoire dans un ordre chronologique ou non linéaire, est construite selon une intention précise que l’on peut évaluer cette histoire comme harmonieuse. Car cette variété d’éléments dramatiques concourent à un même but.

Il est donc important de savoir ce que l’on veut dire avant même de se lancer dans le processus d’écriture. Car si l’on se fixe un point de départ en se disant qu’on aboutira bien à quelque point d’arrivée en cours d’écriture, on ne peut aboutir qu’à un résultat disharmonieux.

Situation : 1056
Préquelles possibles : Chronologiquement [622 puis 674 puis 953] – Chronologiquement [750 suivie de (953 *…**)] – 755 – 1378

  • A est en cavale et trouve refuge dans une grange à l’insu du propriétaire A-4. La faim et la curiosité poussent A à fouiner non seulement dans les lieux mais aussi dans la vie privée de A-4
    [Le hasard du sous-groupe est dans le choix aléatoire de cette ferme où A trouve refuge. C’est cette occasion que A aurait pu ne pas accepter qui formera l’incident déclencheur qui lancera l’intrigue, savoir la relation qui s’établira entre A et A-4]
  • * A-4 croit avoir des illusions en s’apercevant que son cellier se vide mystérieusement
    [Puisque cette suggestion indique A-4 comme la victime supposée, on peut penser qu’il existe un A (humain, animal ou autre) comme voleur supposé] **
  • ** A-4 tend un piège pour savoir qui lui vide régulièrement son cellier. A sa grande surprise, l’individu pris au piège n’est autre que son fils SN dont A-4 n’avait plus de nouvelles depuis longtemps
    [Pour rester dans l’idée du sous-groupe, on peut imaginer que SN n’avait pas l’intention de retourner chez son père. Mais celui-ci, après tant d’années et ne supportant plus cette maison où lui et son fils ont connu de belles années, s’est installé ailleurs pour refaire sa vie. Et c’est le hasard qui a mené SN vers cet ailleurs] ***

Séquelles possibles : William Wallace Cook n’a pas déterminé de séquelles pour cette suggestion.

Le prochain article abordera le sous-groupe des limitations personnelles. Nous commencerons avec les situations conflictuelles 1057 à 1070.

Liste des situations :
PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Je vous le dis franchement, j’ai besoin de vos dons pour continuer
Scenar Mag.

Merci de ne pas me laisser tomber

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de