Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Pour clore le sous-groupe des idéaux, nous passerons en revue les situations conflictuelles 963 à 978.

La liste des situations se trouve ici :
PLOTTO, MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Les idéaux

Proposition B
36, Faire une expérience qui résultera en un changement fort de la personnalité.

Situation : 963
Préquelles possibles : 322b – 715a – 763 – 862 – 914 – 922a

  • A décide de suivre des idéaux élevés
  • * A a décidé de suivre des idéaux élevés mais il sait bien que son vœu est impossible à atteindre mais cela ne le désespère pas car la quête seule du bien lui a permis de comprendre certaines choses et de changer **

Séquelles possibles : 188b – 563c

Note : Il est tentant de considérer que le personnage est touché par la grâce. Cela peut être une option tout à fait valable. Le conflit cependant ne peut venir de la seule foi soudaine. Il n’est possible que par comparaison : le personnage vivait selon des principes moraux peu estimés et maintenant, il poursuit des buts plus élevés.
S’il y a grâce (par exemple), c’est qu’il a fait une expérience qui lui permet de penser ainsi (c’est la proposition B). Mais tout événement est capable de provoquer un changement chez quelqu’un parce que cela lui ouvre une perspective qu’il ne pouvait découvrir autrement.

Ce type de suggestion est fortement marquée d’un dualisme avec d’un côté le bien que le personnage cherche à comprendre mieux pour mieux vivre et le mal lorsque les principes auxquels adhèrent le personnage ou les gens de son environnement quotidien ne sont pas aussi vertueux au goût des conventions.
Quant à la seconde possibilité, c’est la poursuite d’un idéal qui est mise en intrigue. Que le but soit atteint ou non n’a que peu d’importance. Par exemple, chercher à faire le bien est ce qui donne une signification à notre existence. S’il n’y a pas de résultat, ce n’est pas un échec pour autant.

Situation : 964a
Préquelles possibles : (839 si l’on transpose A et A-2) – 888 – 898 – (1418b…*)

A a pris pour modèle un héros mythique et tente dorénavant d’exister et d’agir selon les règles morales de ce personnage fictif
[Un personnage fictif qui imite un autre personnage fictif : une étude intéressante à travailler]

Séquelles possibles : 963 – (1418b *…**)

Note : Le conflit provient de l’incapacité du personnage à appliquer une réalité fictive dans sa propre réalité. Certes, un modèle nous permet de comparer nos actions à celles d’une sorte de mentor imaginaire rien que pour savoir si nous agissons comme il le faut (du point de vue moral si l’on se conforme aux règles établies par d’autres que nous).
Ce que nous pensons être notre libre-arbitre est en fait borné par les lois et principes de la communauté à laquelle nous appartenons. Et il est possible que nous transgressions, sans véritable intention de mal faire, ces lois. En se donnant un modèle, nous pouvons alors suivre une voie plus adéquate aux conventions de la communauté.

Mais si cette référence est fondée sur une éthique étrangère à la communauté, il est certain que quelques pierres d’achoppement ne manqueront pas de surgir sur les pavés. Les définitions que nous donnons à la vertu sont très subjectives car elles résultent de nos expériences (vécues ou parce qu’elles sont dans la mémoire que nous pensons collective).
Rien ne prouve néanmoins que ces expériences soient un guide apte à nous faire faire le bien. Et il y aussi le manque d’expériences ou bien encore l’incompréhension des idées que notre éducation tente de faire rentrer de force dans nos esprits. Nous nous tournons alors vers un modèle (ou bien l’on nous suggère savamment un modèle à suivre) et nous cherchons désespérément à mettre en œuvre dans nos vies ce que sa conduite nous inspire (en oubliant comme semble le suggérer la situation 964a qu’il ne s’agit que d’une illusion).

Situation : 964b
Préquelles possibles : 540 – 797 – 1209a

  • Après une longue absence, A renoue avec sa fille D-A
  • * Après avoir disparu corps et âme sans jamais avoir donné de ses nouvelles, A apprend que sa fille D-A le croit mort. Comme D-A était encore petite lorsque son père a quitté le domicile conjugal, elle a idéalisé ce père absent. A se présente à elle comme un ami de son père (D-A est incapable de le reconnaître). Écoutant le discours qu’elle tient sur ce père dont elle s’est forgée une image magnifiée, A n’a pas le courage de dévoiler sa véritable identité et préfère laisser D-A dans l’illusion **

Séquelles possibles : 963 – 964a

Note : Dans la première possibilité, William Wallace Cook suggérait que l’absence était due à une transgression forçant A à fuir. Cette absence peut néanmoins avoir d’autres raisons. Imaginons un père si préoccupé par sa carrière qu’il en négligea sa famille.
Ce qui compte dans cette intrigue est que A a pris conscience du manque que ses préoccupations personnelles ont creusé dans sa vie. En tentant de rétablir des liens avec sa famille (incarnée par sa fille), il se heurtera à l’incompréhension de celle-ci. Ce n’est pas un simple conflit de génération assez peu dramatique en soi. A veut sincèrement recoller les morceaux.

La proposition B implique un changement de personnalité. C’est ce qui caractérise le personnage principal. De A ou de D-A, quel est donc ce personnage principal ? Puisque A semble déjà avoir évolué en revenant volontairement vers les siens, c’est donc D-A qui doit changer son point de vue sur son père. Elle doit lui pardonner et probablement l’accepter tel qu’il est. La question dramatique est de savoir si elle y parviendra.

Quant à la seconde possibilité, elle me semble faible du point de vue dramatique. On est loin de la qualité du Retour de Martin Guerre, par exemple.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Les idéaux

Proposition B
37, Faire face volontairement à des difficultés pour réaliser un idéal.

Situation : 965
Préquelles possibles : 1060 – 1088 – 1091

Le désir le plus pressant de A est d’être reconnu. Sans cette reconnaissance, il s’est persuadé que son existence sera vaine. Mais A a t-il vraiment les moyens d’une telle admiration (ou bien d’une telle réputation) ?

Séquelles possibles : 749 – 863b – 1101 – 1103

Note : La question est de savoir pourquoi A ressent  une telle nécessité.  Manifestement, son comportement nuira à ses relations. Gagner en réputation sans le mériter mène souvent à faire le vide autour de soi.

Situation : 966
Préquelles possibles : 539a – 965 – 1150

  • A s’est mis en tête de réaliser quelque chose qui le dépasse. Il mise tout sur sa réussite
    [Cette suggestion est en fait très similaire à la précédente. La différence réside dans le résultat à atteindre. La reconnaissance de la situation 965 est quelque chose d’abstrait : il s’agit de la nature du regard qu’autrui pose sur A.
    Dans la situation 966, A veut produire quelque chose et c’est par cet objet qu’il pense atteindre une certaine félicité, un certain accomplissement de soi. Mais le résultat sera le même : qu’il réussisse ou non, ses relations en pâtiront]
  • * Ce que veut réaliser A et qui est manifestement hors de ses capacités :
    1] Devenir un écrivain célèbre
    2] Devenir un compositeur célèbre
    3] Devenir un homme de science célèbre en faisant une découverte fondamentale sur l’humanité
    4] Devenir un peintre célèbre
    5] Devenir un héros national en accomplissant un acte d’une grande bravoure **

Séquelles possibles : 1058 – 1065 – 1075a

Note : Ce que met en avant la seconde suggestion, ce ne sont pas tant les exemples donnés par Cook. C’est plutôt le mot Devenir qu’il faut retenir. A veut devenir quelque chose qu’il ne peut être. S’arc-boutant sur une illusion, il croit que l’objectif qu’il se fixe est une nécessité et qu’il doit fournir les efforts pour se conformer à cette aspiration. Or il fait erreur (au grand avantage des conflits qui naîtront de son entêtement).
Avoir des certitudes est une bonne chose pour se donner un cap à nos vies et le doute est très déstabilisant mais il ne faut cependant pas avoir peur de douter car une conviction peut souvent nous mener à l’erreur.

Situation : 967
Préquelles possibles : 770a – 917 – 919b – 864 – 797 – 763 – 918a

  • A a quitté le domicile conjugal pour s’en aller faire quelque chose dont il a gardé le secret
  • * A est de retour après de longues années d’absence (longue selon l’impression de son entourage qui est resté sans nouvelle de lui). Mais A revient sans s’annoncer **

Séquelles possibles : 869 – 923 – 1199

Note : L’absence chez William Wallace Cook est toujours productrice de conflit et tout à la fois, destructrice des relations. A est parti vivre sa vie mu par un désir puissant mais Ô combien égoïste. Le fait que le personnage ait gardé le secret sur sa destination est révélateur de la honte qu’il ressent. Il est probable que le personnage prendra conscience assez rapidement de son erreur car l’intrigue consistera à le ramener chez lui certes penaud et tentant de faire amende honorable mais la haine qu’a suscité son départ sans un regard pour ceux qu’il laissait derrière est dorénavant bien solide. Le pardon, si jamais possible, sera bien difficile à obtenir.
On peut argumenter du fait que A avait besoin de réaliser son idéal. C’est un but noble et il n’y a rien d’immoral en cela. Mais cette nécessité dont il s’est convaincu s’est faite au détriment des autres et en particulier de ceux qui l’aimaient et qu’il aimait en retour.

La seconde possibilité insiste sur le caractère honteux qui enveloppe ce retour. A devra convaincre pour reprendre la place qu’il a abandonnée.

Situation : 968
Préquelles possibles : 926 – 939

  • A est un jeune homme qui nourrit de grands idéaux
  • * A est un jeune homme qui a grands idéaux et qui éprouve un besoin impérieux de vivre toutes sortes d’expériences afin de décider des vertus qui le mèneront sur la voie du bonheur **

Séquelles possibles : 773 – 786 – 937 – 74a ou b – 188b

Note : Dans la première alternative de cette situation, il ne faut pas négliger la description du personnage. A est un jeune homme et ce qui marque la jeunesse, c’est l’inexpérience. Les idéaux élevés du personnage sont le fruit de son ignorance. On peut imaginer que le personnage est enclin à apprendre. Mais son enseignement lui sera donné par ceux qui possèdent un certain savoir que le personnage craint et à la fois dont il désire profiter.
Supposons que ces maîtres lui enseignent la vertu des institutions en place. On peut alors les qualifier de conservateurs. Mais ces mêmes professeurs désirent le maintien des institutions parce que celles-ci les sert. Le jeune homme qui suit cet enseignement est persuadé qu’il le fait librement sans s’apercevoir qu’il est en fait façonné de manière à ne pas se rebeller et mettre en péril les acquis qu’on tente de lui faire entrer de force dans l’esprit.

Maintenant, supposons que ce jeune homme qui nourrit de grands idéaux a soudain une révélation dont l’instigateur est un autre mentor dont les idées seraient répudiées par la plupart des camarades du jeune homme et par l’establishment en place mais qui ouvriraient de nouvelles perspectives pour ce jeune homme. Alors que les autres seront figés dans une viscosité qui les tue intellectuellement, supprime l’esprit critique, le jeune homme continuera d’évoluer.
Le mouvement est la vie et toute tentative pour paralyser doit être combattue. Cette faim d’idéal devient donc un moyen de lutte mais notre volonté peut-elle vraiment être l’arbitre de notre destinée ?
[Voir Le cercle des poètes disparus]

On peut voir dans la seconde alternative la pensée de Sartre affirmant que l’existence précède l’essence. L’apprentissage du personnage de cette situation se fera par ses expériences. Au contraire de la première possibilité.

Situation : 969
Préquelles possibles : Chronologiquement [620 suivie de (962 si l’on change B par A)] – Chronologiquement [620 suivie de (974 si l’on change B par A)]

A qui vit et travaille dans une grande ville n’aspire qu’à une vie à la campagne

Séquelles possibles : 608 – 625 – 683

Note : Le thème de l’évasion est récurrent chez William Wallace Cook. Et ce sont les difficultés que le personnage rencontrera dans sa volonté de changer de vie qui feront l’intrigue.

Situation : 970
Préquelles possibles : (922a …*) – 926 – 927 – 928a

C’est plus fort que A : il faut qu’il aide tous ceux qu’il rencontre et qui sont dans le besoin même s’ils sont de parfaits étrangers. En soi, il n’y a aucun mal à cela. Le problème cependant est que A néglige sa famille pendant qu’il s’occupe de ses œuvres caritatives. Et les relations avec les siens se détériorent au rythme de celles qu’il noue avec d’autres moins intimes

Séquelles possibles : 848a – 613 – 612 – (707 si l’on transpose A et A-4) – 772

Situation : 971
Préquelles possibles : 322b – 577 – 681a – 863a – 969

  • A s’est persuadé que la solitude est la seule voie de la félicité
  • * Persuadé que la solitude mène au bonheur, A éprouve des difficultés à s’isoler des autres **

Séquelles possibles : 664 – 683 – 686 – 690

Note : A croit en la solitude comme moyen de la félicité. Il peut vouloir rechercher cette solitude comme il peut aussi s’être habitué à l’isolement parce que sa vie l’a mené à un tel état. On est plus proche de Lost in translation que de Seul au monde avec cette suggestion.

Situation : 972
Préquelles possibles : Chronologiquement [922b puis 820] – Chronologiquement [922b puis (859 si l’on change A par A-2)] – Chronologiquement [922b suivie de (824 si l’on change B par A-2)]

  • A se sent inutile lorsqu’il se compare à son meilleur ami A-2
    [Et donc, maladroitement, A va tenter de l’imiter jusqu’à ce qu’il comprenne que sa vraie valeur est en lui et qu’il lui suffit de la trouver]
  • * A et A-2 sont amis mais A ne peut s’empêcher d’être jaloux de A-2. Alors que A-2 est en difficultés, A se résout malgré son ressentiment envers lui à l’aider **

Séquelles possibles : 823 – 833 – 836

Note : Dans la seconde possibilité, l’intrigue consistera à montrer comment A réussit à vaincre sa jalousie envers A-2. Aveuglé par cette passion qui le dévore littéralement, A devra prendre conscience que son sentiment est totalement irraisonné et l’amitié s’exprimera lors de sa décision d’accepter un sacrifice personnel afin de sortir A-2 du mauvais pas dans lequel il s’est embourbé (on peut même imaginer que A est l’instigateur de la situation délicate de son ami ce qui ajoute encore à l’aspect dramatique de l’intrigue.

Situation : 973
Préquelles possibles : 650 – 687 – 689 – 937

A se retrouve dans un contexte où ses valeurs morales ne sont pas reconnues. Il devra se battre pour les faire accepter

Séquelles possibles : 888 – 796

Situation : 974
Préquelles possibles : (969 si l’on change A par B) – 921

B n’est pas heureuse en ville et décide de partir vivre à la campagne malgré le dénuement dans lequel elle se retrouve
[Dans la pensée de Cook, B échange une indigence urbaine contre une autre misère qui correspond bien mieux à ses aspirations. En quoi consiste la situation conflictuelle ? Ce retour à la nature, ce besoin d’évasion de B devra être mérité.
B devra subvenir elle-même à ses besoins comme d’apprivoiser cette parcelle de nature pour qu’elle puisse assurer son autonomie. L’idée est qu’elle y parvienne parce que le message sous-jacent est que la ville n’est qu’une illusion du bonheur et que par les facilités apparentes qu’elle offre, elle ne fait que satisfaire à quelques désirs bien trop transitoires pour que l’on se sente vraiment heureux.
Le retour à la nature et l’harmonie que l’on doit s’efforcer d’atteindre avec elle serait alors la véritable félicité, la seule à apporter à l’homme une joie durable]

Séquelles possibles : 31 – Chronologiquement [31 puis 763] – 563c – 848b – 916

Situation : 975
Préquelles possibles : 741 – 743b – 873

  • B est atteinte d’une grave maladie et la médecine est très pessimiste à son égard
    [Donc il est temps pour B de réaliser ses rêves. On peut aussi remplacer la maladie par la vieillesse lorsqu’un personnage prend conscience qu’il n’a pas vécu la vie qu’il aurait aimé vivre. Voir à ce sujet Sans plus attendre de Justin Zackham]
  • * B qui est sur le point de mourir éprouve le besoin impérieux de revoir les lieux de son enfance avant de disparaître **

Séquelles possibles : 893 – 945

Note : La seconde alternative sera peut-être l’occasion de refermer certaines cicatrices. Autant faire la paix avec soi-même au moment du grand départ. Il y a un peu de Sur la route de Madison de Richard LaGravenese d’après le roman éponyme de Robert James Waller et magnifiquement dirigé par Clint Eastwood.

Situation : 976
Préquelles possibles : 145 – 268 – 325 – 372 – 565

B vit selon des principes moraux assez élevés et elle croit que son exemplarité sera suffisante pour convaincre autrui de vivre selon les mêmes préceptes

Séquelles possibles : 242 – 737b – (796 si l’on change A par B et A-3 par B-3)

Note : Deux hypothèses sont possibles : Soit B est un être qui possède véritablement les vertus qu’elle veut enseigner et y parvient. Soit elle n’est que dans l’illusion de ces vertus et sa volonté de partage, de transmission, d’enseignement est vouée à l’échec.
Et tout cela implique une résistance aussi de ceux à qui elle veut transmettre sa morale.

Situation : 977a
Préquelles possibles : (992 si l’on change F-B par M-B)

B ne cherche qu’à protéger sa famille mais cela implique pour elle une tâche incessante et épuisante

Séquelles possibles : 668 – 649 – 993

Note : Il semble clair que l’amour est au cœur de la motivation qui anime B. Mais B s’en contente t-elle vraiment ? Qu’elle aime et soit aimée en retour n’est nullement remis en question, ce serait donner une intrigue bien faible autrement. L’amour, la haine, nos craintes et nos peurs, et toutes ces passions qui nous submergent et nous éreintent, voilà le vrai thème de cette suggestion.
Et B pourrait prendre conscience que tous ses efforts ont été vains non pas dans l’échec de l’éducation de ses enfants, ni dans sa relation avec son mari ou ses frères et sœurs mais dans le constat qu’elle n’a pas vécu, que la récompense de son sacrifice n’est pas à la hauteur de son espérance.

Situation : 977b
Préquelles possibles : 977a – 976

  • BR-B, le frère de B, a commis un crime
  • * B est informée que son frère, BR-B, a commis un acte de transgression. B décide de le dénoncer **

Séquelles possibles : (730 si l’on change A par BR-B) – 909

Note : William Wallace Cook est toujours dans l’idée du sacrifice de B (qui est le personnage principal) pour sa famille. Ici, la famille est représentée par le frère de B. Et ce frère a commis un acte de transgression, c’est-à-dire une quelconque action qui va venir heurter les valeurs morales de B et être pour elle le constat d’un échec.
Je ne pense pas que le travail de B pour remettre son frère dans le droit chemin soit le véritable thème de cette intrigue. Ce dont celle-ci parle consiste à questionner si les principes moraux que nous suivons dans nos vies nous mènent vraiment au bonheur ou bien si nous ne vivons pas dans une illusion qui nous fait prendre nos vessies pour des lanternes.

Nous croyons mener une vie vertueuse, nous souhaitons transmettre ce que nous concevons du bien à nos enfants (et de manière plus globale aux autres par notre exemplarité), nous espérons une vie meilleure (parce qu’il faut bien un but ou ne serait-ce qu’une raison pour motiver nos actions et nos comportements) et nous ne nous interrogeons pas sur le résultat. Je vais peut-être un peu loin dans mon interprétation de la pensée de Cook, mais je crois que celui-ci remet en question les valeurs morales (de son époque puisque qu’avec PLOTTO, nous sommes en 1928).
Mais l’effort à faire pour se débarrasser d’une nécessaire temporalité est somme toute aisée et pourrait permettre de porter un regard critique sur une bien-pensance qui prend un peu trop ses aises sur notre conduite.

Dans la seconde alternative, Cook est plus radical. Il nous explique que nos valeurs morales ne peuvent être transgressées et que la dénonciation de B pour que son frère réponde de ses actes auprès de la justice (que celle-ci soit temporelle ou divine selon les intentions de l’auteur) est une décision certes difficile mais droite.

Situation : 978
Préquelles possibles : 668 – 670 – 948

  • M-B, la mère de B, veut donner à sa fille une bonne éducation
  • * B et sa mère M-B sont dans le dénuement et B devra se résoudre à travailler pour subvenir aux besoins des deux femmes **

Séquelles possibles : 647 – 659 – (935 si l’on change A par B)

Note : Le conflit dans la première possibilité est que B subit la volonté de sa mère. M-B a raison de vouloir donner à sa fille une bonne éducation mais elle le fait sans expliquer à B pourquoi cette éducation fondée sur des principes moraux élevés est nécessaire. Et la réaction de B est tout à fait normale et sa rébellion vient de son incompréhension.
Les deux personnages devront évoluer au cours de l’intrigue. M-B par exemple ne ferait qu’appliquer des règles de conduite qu’elle-même n’a pas compris et qu’elle a acceptées sans se poser de questions. Devant les interrogations de sa fille, elle sera amenée à remettre en cause sa propre éducation et les conséquences que celle-ci a eues sur sa propre vie.

Quant à B, ayant forcé sa mère à remettre en question les valeurs qui la fondaient, parviendra peut-être à les faire sienne en toute connaissance de cause.
La seconde possibilité met en avant une vertu peut-être un peu oubliée qui consiste en le respect des anciens. B n’hésite pas à sacrifier son avenir (parce que sa situation financière quelque peu délicate actuellement n’aurait pas durer contrairement à celle de sa mère) pour que M-B puisse avoir une vie décente (et comme nous sommes dans une fiction et que les éléments dramatiques doivent être plus grands que la réalité tout en étant plausibles, je dirais : …pour que sa mère ait une fin de vie décente).

Dans le prochain article, nous débuterons le sous-groupe des obligations avec les situations conflictuelles 979 à 996.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des