Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Avec cet article, nous abordons la dernière partie du sous-groupe Émancipation. Il s’agit des situations 887 à 896.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : L’émancipation

Proposition B
20, Se retrouver impliqué dans une situation dont on sait qu’elle sera difficile et à laquelle on ne peut cependant pas échapper.

Situation : 887a
Préquelles possibles : Chronologiquement [(677 si l’on change B par A) suivie de (1309a si l’on change B par A et A par A-3)] – Chronologiquement [(677 si l’on change B par A) puis 568c]

  • A est accusé de meurtre mais son avocat A-7 fait un plaidoyer exceptionnel et A est libéré
    [Un exemple pourrait être Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee. Il faut comprendre de cet énoncé que A-7 ne se contente pas du plaidoyer. Ce dernier est étayé par une investigation qui constitue la force de l’intrigue]
  • * A-7, l’avocat de A, accusé de meurtre, parvient à le faire libérer en évoquant (preuves à l’appui) la légitime défense **

Séquelles possibles : (870a si l’on change B par A) – 695a

Situation : 887b
Préquelles possibles : Chronologiquement [682 puis 880b] – 937

  • A n’est plus l’homme qu’il a été. En proie à la dérive ou à la détresse (au choix de l’auteur), sa situation est des plus alarmantes lorsqu’il est sauvé (probablement de lui-même) par son vieil ami A-2
  • * Après s’être isolé du monde, A est dans l’obligation d’y retourner
    [En forçant un peu le trait, Crocodile Dundee en serait un bon exemple] **

Séquelles possibles : 1093 – 1132 – Chronologiquement [1291b puis 1195] – 1291b – 1345

Note : Il faut considérer le a été de la première phrase : A n’est plus l’homme qu’il a été. Une fiction se conjugue au présent donc nous avons là un petit problème logique à résoudre (ou bien un paradoxe). La tendance (parce que c’est plus facile) nous aiguille vers l’insertion de scènes de flashback. Ainsi, le lecteur est informé que le personnage qu’il a devant lui n’est pas quelqu’un d’entier mais de façonné singulièrement par les expériences de sa vie passée. C’est une découverte qui se fera progressivement. Le souci avec cette approche est que nous nous éloignons du cœur de l’intrigue : le sauvetage de A par son ami A-2.

Une autre possibilité serait de communiquer l’information par des indices, par exemple quelques photos montrant le personnage dans un tout autre contexte que celui diégétique, c’est-à-dire que les photos n’influent pas sur l’action. Elles sont de pures informations destinées à préciser le contour psychologique du personnage, à mettre en contraste une mémoire et le présent par le biais d’images aux contenus foncièrement différents.
La différence est un potentiel conflictuel ce qui m’amène à dire que le combat de A lui est absolument personnel. Il lutte contre lui-même afin de se libérer de son passé. A-2 fera preuve de compassion envers son ami A et c’est lui, en tant que personnage principal, qui tentera d’aider A. De son côté, A lui résistera car il ne veut pas changer.

L’objectif de A-2 est de ramener A dans le giron de la société des hommes. Il peut réussir ou non, c’est l’auteur qui en décide mais il ne fait aucun doute que quelque soit le résultat, celui qui doit être profondément changer par cette aventure est A-2.
Dans la seconde alternative, A est le personnage principal. Le problème (donc le conflit) est que ce monde n’est plus le monde qu’il a connu. En effet, le changement intervient dans tous domaines, même une idée évolue entre le moment où elle a surgi dans le monde et les moments et lieux variés où l’on y pense. Pour A, la confrontation avec cet ennemi incommensurable sera cruciale.

Situation : 888
Préquelles possibles : Chronologiquement [1418a puis 1427a] – Chronologiquement [1436 puis 1427a] – Chronologiquement [1441a puis 1427a] – (1426b …*)

  • A subit de graves préjugés à son encontre
    [A devra donc prouver qu’il ne peut être l’objet de ces préjugés]
  • * A s’aperçoit que toute une communauté est sous le coup de graves préjugés. Ne comprenant pas d’où viennent ces rumeurs, ses recherches le mènent à découvrir que certaines des informations ont été savamment planifiées afin de susciter chez les autres ce sentiment de rejet envers cette communauté. Et A œuvrera pour la réhabilitation de la communauté à ses risques et périls **

Séquelles possibles : 1366 – Chronologiquement [1368 suivie de 1601]

Situation : 889
Préquelles possibles : 115 – 591 – 633 – 681a – 708 – 1082b

A a subi une amnésie. Maintenant qu’il a recouvré la mémoire, il raconte une bien étrange histoire que ces amis trouvent difficile à croire

Séquelles possibles : 888 – 1411 – Chronologiquement [1418a suivie de 1422a]

Note : De nombreuses situations proposées par William Wallace Cook mettent en avant un personnage masculin A. Bien sûr, de nombreuses autres situations ont un personnage principal féminin B. Souvent, néanmoins, A peut être remplacé par B. Il n’y a aucune intrigue qui soit véritablement écrite pour un personnage masculin ou féminin.
De même, mes ruminations ne sont que ce qu’a activé l’intrigue proposé par Cook dans mon esprit. Vous pourriez y réfléchir tout autrement.

Concernant cette situation 889, la question est de savoir si l’étrange histoire racontée par le personnage est vraie ou bien si elle n’est la production que d’une élucubration. L’amnésie n’est qu’un prétexte pour amener dans l’histoire les conditions qui permettront à A de raconter son histoire ainsi que le doute qui se saisit de ses amis.
Le problème de A est qu’il est face à des incroyants et doit lutter contre la suspicion. Mais en tant que personnage principal, le lecteur se mettra de son côté et est avide de croire en son histoire, au contraire de ses amis que le lecteur percevra comme un antagonisme (un groupe de personnages peut être considéré comme remplissant une fonction car il n’y a pas autant de fonctions que de personnages). Je pense aussi que William Wallace Cook avait la folie en fond de toile de cette intrigue. C’est, me semble t-il, vers quoi tend A et à laquelle il devra échapper.

Situation : 890
Préquelles possibles : Chronologiquement [87 suivie de 1100] – 470 – 1154a – 1172

Afin de sortir d’une situation très délicate, B s’est retrouvée en danger. Elle s’en remet alors à un étranger A-4 pour l’aider

Séquelles possibles : 1025 – 1417

Situation : 891
Préquelles possibles : Chronologiquement [32 puis (35 si l’on change A par A-3)] – 765

  • A-3 sort avec B. Lors de cette sortie, A-3 se bat contre A
  • * A et A-3 se battent. A-3 sort un couteau. L’intervention de B permet de sauver la vie de A **

Séquelles possibles : (31 si l’on transpose A et B) – 94a

Note : La nomenclature des personnages établie par William Wallace Cook (d’autres théories parleraient de fonctions des personnages) fait que A-3 et A sont des ennemis personnels. Dans l’équation du problème de la situation 891 entre B. Nous pourrions penser que l’intrigue se fonde sur le triangle amoureux mais nous pourrions en être dissuadé si nous nous rappelons que le sous-groupe porte sur l’émancipation, c’est-à-dire sur une forme de libération.
Je pense que cette situation montre que B est bien mal assortie avec A-3 et qu’elle ne sait plus comment s’en débarrasser. Le hasard d’une rencontre met A sur son chemin. Peut-être y voit-elle une issue possible pour recouvrer sa liberté en provoquant ce duel entre les deux hommes. On peut encore étendre cette réflexion en envisageant que ni A, ni A-3 ne sortiront vainqueurs de cette lutte (apparemment pour le cœur de B).

B veut seulement être libre. Une présence continue à ses côtés lui pèse trop pour qu’elle puisse établir une relation qui tienne un tant soit peu la route. Et la seconde alternative proposée par Cook ne vient pas détruire ma propre élaboration de cette situation.
B est toujours motivée de vivre sa vie sans être enchaînée à une quelconque obligation surtout lorsqu’elle cède à une aventure amoureuse (c’est le rapport de l’intrigue à la proposition B) dont le partenaire (ici A-3) ne parvient pas à comprendre que cela ne peut pas durer. Et le risque est grand que A ne comprenne pas non plus la position de B. Le couteau a une valeur symbolique qui figure que B l’utilise précisément pour n’avoir aucun lien qui puisse la retenir à quoi ou qui que ce soit.

Situation : 892
Préquelles possibles : 220 – 218a – 340 – 946

B et B-3 ne s’entendent pas. Quand elles le peuvent, elles n’hésitent pas à s’écharper (au sens propre ou au sens figuré). Les circonstances font que B-3 se retrouve en danger. Et B, malgré le ressentiment qu’elle éprouve pour B-3, la sauve du risque encouru.
Mais B gardera des séquelles de ce sauvetage réussi

Séquelles possibles : 53 – (405 si l’on transpose B et B-3)

Note : Après le sauvetage de B-3, B ne sera plus la même. Supposons qu’on dote B d’un handicap après son geste courageux. B vivra alors très mal cet handicap. B-3 pourrait se satisfaire de cette situation, s’en délecter puisque B est son ennemie de toujours.
La nomenclature de Cook distingue cependant B-3 et B-5. B-5 est par définition un être foncièrement mauvais ce qui n’est pas le cas de B-3. Par exemple, B-3 aurait pu être jalouse de B lorsque celle-ci lui a soufflée son petit ami de l’époque. Mais devant la détresse de B (qui a quand même tirée B-3 d’un mauvais pas), B-3 révisera son sentiment envers B.

Ainsi, en faisant de B-3 le personnage principal de l’histoire (et dans ce cas, c’est ce personnage qui devrait d’abord être introduit auprès du lecteur), l’objectif de B-3 serait de sauver B (comme un geste en retour) d’elle-même puisque B se replie volontairement vers le néant.

Situation : 893
Préquelles possibles : 27 – 124 – 227 -514 – 594c – 665 – (800 si l’on change SN par CH)

B a agi héroïquement lorsqu’elle a sauvé un enfant CH d’une mort certaine. Mais elle a sacrifié sa propre vie

Séquelles possibles : William Wallace Cook considère la mort comme une terminaison comme nous l’avons vu lors de situations précédemment décrites. Il n’y a donc aucune séquelle possible.

Note : Pour accorder cette situation au sous-groupe, nous pouvons envisager que B ne supporte pas sa vie et que dans le risque qu’elle prend pour sauver CH, c’est à un suicide détourné auquel nous assistons. Manifestement, l’intrigue tourne autour de la relation entre B et CH. Il faut bien comprendre que l’événement qui met en danger la vie de CH ne peut être un incident déclencheur. C’est à une conclusion que nous convie Cook. C’est le climax, c’est-à-dire la réponse de l’auteur à une question dramatique portant sur le sens singulier de la vie de B.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : L’émancipation

Proposition B
25, Chercher à sauver une personne accusée de transgression.

Situation : 894
Préquelles possibles : 613 – 926 – 939

A s’est fait dévaliser par A-5. Mais A ne porte pas plainte auprès de A-6.

Séquelles possibles : (918a si l’on change A par A-5) – (918b si l’on change A par A-5) – (923 si l’on change A par A-5 et A-5 par A-8)

Note : A me fait furieusement penser à Monseigneur Myriel des Misérables d’Hugo. Mais Valjean n’est pas A-5. A ne peut être le personnage principal puisqu’il n’est pas appelé à changer ce qui détruirait totalement le personnage et serait donc absurde. Mais A-5 ne peut l’être non plus car il est vraiment le méchant de l’histoire. Celui qui changera, c’est A-6.

A-6 est confronté au mal par sa profession. Et soudain, il rencontre la bonté au-travers de A. C’est leur relation qui sera l’agent du changement chez A-6 et lui permettra ainsi de voir le monde autrement que sous son aspect le plus sombre de la nature humaine.

Situation : 895
Préquelles possibles : (568d si l’on change A-3 par A et A par A-5) – 667 – 1070

  • B implore A-9 (qui représente la justice des hommes) de pardonner à A qui a été condamné
  • * B est convaincu de l’innocence de A **

Séquelles possibles : 108

Note : Il est indéniable que William Wallace Cook fait de la femme un être sacrificiel. L’imploration en est d’ailleurs le signe. Le personnage principal, celui qui doit changer, est A-9. Se laissera t-il gagner par les arguments peut-être spirituels de B ? Telle est la question dramatique.
Alors que dans la première possibilité, l’innocence ou la culpabilité de A n’influe pas sur l’intrigue, la seconde suggère que A est véritablement innocent. Que nenni ! B pourrait se fourvoyer, aveuglée qu’elle serait par la passion qu’elle voue à A. Dans cette seconde alternative, elle est le personnage principal et son combat sera celui de la vérité.

Situation : 896
Préquelles possibles : (467 si l’on change A-8 par SN) – (623 si l’on change A par SN)

  • B apprend que son fils SN est suspecté d’un crime (à la discrétion de l’auteur)
    [C’est un motif assez similaire à la situation précédente. C’est le rapport entre les personnages qui est différent. En effet, nous n’avons pas la même relation avec un amant ou une maîtresse qu’avec son fils ou sa fille]
  • * B sait que son fils SN est innocent du crime dont il est accusé. Elle le sait d’autant plus qu’elle connaît le coupable. Mais elle ne peut le dénoncer car cela mettrait en danger la sécurité de son fils **

Séquelles possibles : (516 si l’on change CH par SN) – (725 si l’on change A par B et A-5 par A) – 1291a

Note : Pour ceux qui se demande en quoi cette situation a un lien avec le sous-groupe Émancipation, c’est de la liberté de SN dont il s’agit. B, sa mère, se battra pour le faire libérer (et selon les intentions de l’auteur, le laver de tout soupçon).

Dans le prochain article, avec les situations 897 à 916, nous aborderons un nouveau sous-groupe : Les idéaux.

Pour la liste des situations, je vous renvoie à 
PLOTTO, MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Et si vous souhaitez m’aider pour l’achat de documentations que je retranscris avec mes commentaires :


Merci

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des