Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Pour la liste des situations, je vous renvoie à
PLOTTO, MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Cet article aborde les situations 863 à 873.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : L’émancipation

Proposition B
50, Être poussé par une motivation inhabituelle à s’engager dans une activité hasardeuse voire malhonnête.

Situation : 863a
Préquelles possibles : 618 – 726a – 954 – 1071 – 1094

  • La popularité de A est devenue si grande qu’il la trouve ennuyeuse
  • * A désire trouver un lieu où il pourra s’isoler du monde **

Séquelles possibles : 690 – 719b – 897

Note : La première alternative est intéressante parce que A ne veut pas chercher la gloire (puisqu’il l’a déjà) mais ne veut plus être sous les feux des projecteurs. A se comporte un peu comme quelqu’un de riche qui veut connaître la pauvreté. Il cherche à donner un sens à sa vie. Il n’instrumentalise pas la pauvreté. Il ne cherche pas non plus à s’y émerger. Il veut en faire partie.
La volonté d’un seul homme peut changer la face du monde.

Dans la seconde possibilité, nous avons une illustration de la solitude comme moyen de se libérer d’une entrave sociale qui étouffe l’individualité. Conformément à la proposition B, cette volonté d’une liberté que l’on pourrait qualifier de naturelle est alors une entreprise hasardeuse pour A qui rencontrera des complications qu’il n’aurait pas pu anticiper puisqu’il n’a jamais fait l’expérience d’une telle situation totalement nouvelle pour lui.

Situation : 863b
Préquelles possibles : 768 – 965

  • A cherche une reconnaissance sociale qu’il juge insuffisante
  • * A-4 est une célébrité. A invite alors A-4 à sa table pour en être l’hôte d’honneur **

Séquelles possibles : 702 – 1164

Note : Nous sommes dans une situation inverse de la précédente. A est noyé dans l’insignifiance du nombre. Il veut qu’on le discerne de la masse. Un vrai psychopathe en somme.
Mais ce thème peut aussi être traité différemment tel que Campbell Scott et Stanley Tucci l’ont fait dans La grande nuit (en 1996).

Situation : 863c
Préquelles possibles : 461 – 606

  • A est gérant d’un hôtel dans une station balnéaire. Mais son commerce ne fonctionne pas. Il manque désespérément de clientèle
    [Et c’est pourquoi il va s’engager dans une entreprise hasardeuse pour attirer les clients dans son hôtel]
  • * Pour que son hôtel fonctionne, A invite A-4 qui est célèbre dans son hôtel. A-4 accepte l’invitation **

Séquelles possibles : (1161 si l’on change A par A-8) – (1162 si l’on change A-5 par A-4)

Note : La seconde possibilité rappelle La grande nuit que j’ai mentionné en exemple lors de la situation 863b mais dans celle-ci, A-4 est davantage celui par qui le scandale arrive.

Situation : 864
Préquelles possibles : 611a – 770a – 952

  • Après bien des années d’effort, A a atteint la position sociale qu’il voulait. Mais aujourd’hui, ce qu’il a dû faire pour devenir ce qu’il est devenu, agit sur sa conscience et le culpabilise
  • * Dans sa jeunesse, A a commis un acte répréhensible et il a du fuir sa communauté. Bien des années plus tard, A éprouve le besoin de revenir dans cette communauté afin d’y retrouver ses racines. Mais craignant que son acte répréhensible soit encore très vivace dans les mémoires, il décide de s’y rendre incognito. Il va alors chercher à découvrir :
    1] Si ses frasques de jeunesse ont été oubliées ou pardonnées
    2] Si la personne à qui il a fait du tort souffre encore de ce que lui a fait subir A
    3] Pour réparer l’injustice commise, c’est sous son nom d’emprunt qu’il tentera de réparer les torts commis au nom de celui qu’il a été mais que l’on ne reconnaît pas
    4] Sous l’imposture, il va tenter d’établir une bonne réputation et œuvrer pour le bien de la communauté avant de révéler qui il est vraiment **

Séquelles possibles : 708 – 1199

Note : La première alternative est intéressante parce qu’elle introduit une dimension temporelle dans l’intrigue. D’abord le passé de A dont le souvenir se fait plus vif alors que A a vieilli. Puis une attente de A vers une rédemption possible pour les actes qu’il a accomplis pour devenir ce qu’il est devenu. Toute l’attention de A dans le présent de l’intrigue portera alors sur une quête personnelle qui consistera pour A à s’accorder avec lui-même au crépuscule de sa vie.

Situation : 865
Préquelles possibles : 216 – (314 …*) – 619

A est sur le point de commettre un acte totalement fou. Son ami A-2 ne voit pas d’autre solution que de s’emparer de A et de l’enfermer

Séquelles possibles : (314 *…**) – 880a – (867 si l’on transpose A et A-2)

Note : Selon la nomenclature des personnages telle que l’a établie William Wallace Cook, A apparaît être le personnage principal. Si nous retenons cette position du personnage dans l’histoire, nous pourrions comprendre que A est alors contraint par deux forces antagonistes. D’abord la folie (ce thème revient souvent chez Cook) qui fait perdre à A ses repères et l’exclut de sa communauté dont il est dorénavant incapable de reconnaître et de suivre les règles.
Puis il y a son ami qui s’arroge le droit de le priver de sa liberté à la fois pour protéger la communauté mais aussi son ami de lui-même. Ces deux forces antagonistes vont donc œuvrer d’un commun accord contre A mais aussi entre elles-mêmes.

Situation : 866
Préquelles possibles : 92 – 637

  • A-6, représentant de l’autorité (quelle qu’elle soit), fait jeter en prison A
  • * A-6 est à la poursuite de A. Alors qu’il est sur le point de le capturer, A-6 est tué. A décide de se faire passer pour A-6 **

Séquelles possibles : 707 – 717

Note : La situation initiale voit A jeté en prison par A-6. C’est ainsi que nous sont présentés A et A-6. On n’a pas encore besoin à ce début de l’histoire de connaître les raisons de l’arrestation de A. Nous avons un protagoniste A et un antagoniste A-6.
Maintenant que les fonctions de ces personnages sont bien établies dans l’esprit du lecteur, nous pouvons nous atteler au thème véhiculé, c’est-à-dire pour A, la nécessité de recouvrer la liberté. C’est la liberté qui est au cœur de l’intrigue et la volonté d’un être enfermé malgré que les raisons de cet enfermement soient légitimes (pour des raisons d’éthique, par exemple) ou abusif (comme l’arrestation d’un opposant politique).

La seconde alternative est plus délicate à manier. En effet, c’est par l’imposture que A manifeste son libre-arbitre. C’est une formule qui ne peut fonctionner. A doit retrouver son identité.

Situation : 867
Préquelles possibles : 807 – (865 si l’on transpose A et A-2) – (808a si l’on change B par A-2) – 709 – 1319a – 1214

A est soupçonné de perfidie ou de traîtrise par son ami A-2. La relation entre eux deux est donc sur le point d’éclater lorsque A sauve la vie de son ami A-2 d’un terrible danger que A-2 ignorait. La révélation de ce danger permet à A de prouver sa loyauté envers son ami A-2

Séquelles possibles : 1227a – 839

Note : C’est la relation entre les deux amis qui doit être élargie alors que les circonstances ont créé une enceinte bien trop étroite pour que les deux hommes puissent expurger leurs ressentiments respectifs. La solution est hors de leur portée. Et c’est pourquoi un événement extérieur est nécessaire afin de créer une sorte de remise à plat qui va ouvrir un horizon nouveau comme une toute nouvelle rencontre.
Par la proposition B, nous nous orientons vers des raisons de discorde totalement injustifiées. Nous pourrions même imaginer que A est à l’origine du danger qui pourrait s’avérer fatal pour son ami et qu’une prise de conscience l’ait incité à risquer sa propre vie pour sauver celle de son ami.

Situation : 868
Préquelles possibles : Chronologiquement [(601 si l’on change A par A-2 et A-2 par A-8) suivie de (705 si l’on change A par A-2)] – 838

A-2 a laissé une lettre avant de se suicider. A trouve la lettre et préfère la détruire pour faire croire à la mort naturelle de A-2

Séquelles possibles : 906 – 944

Note : Il y a probablement un aspect spirituel dans cette intrigue. Il faudrait expliquer ce qui motive A à faire passer le suicide de son ami pour une mort naturelle. Cette justification passe par la relation qui existait entre eux. Supposons que tous deux aient voué leur vie à Dieu. Le suicide serait comme une exclusion et A ne veut pas de cela pour son ami.
D’autres hypothèses sont possibles : A pourrait avoir poussé son ami A-2 au suicide, par exemple. Ou bien pourrait vouloir protéger l’entourage de A-2 d’une cruelle vérité peut-être pour éviter certaines culpabilités.

Il faut maintenant trouver le moyen de relier le sous-groupe de l’émancipation à cette intrigue. Il est évident que A-2 s’est affranchi d’un poids qu’il ne supportait plus puisqu’il en est mort. Lorsqu’il s’agit d’apparences, il est préférable de se méfier. Ce n’est pas parce qu’un phénomène nous apparaît que nous savons tout sur lui. Puisque A-2 s’est suicidé, c’est qu’il a cherché à échapper à quelque chose. D’où vient le désespoir de A-2 ? Comment en est-il arrivé à un tel geste ? Ce sont des questions auxquelles l’auteur doit pouvoir répondre avant même le processus d’écriture de son scénario.

La suggestion de William Wallace Cook propose aussi un autre phénomène : A déguise le suicide en mort naturelle. Nous nous sommes déjà posé la question du pourquoi et apporté quelques éléments de réponse en exemple. Mais pour comprendre la signification de cette intrigue, il faudrait admettre qu’il y a une double émancipation : celle de A et celle de A-2. C’est dans la collusion des motivations qui ont poussé l’un et l’autre à agir comme ils l’ont fait que l’on peut trouver du sens à cette situation 868.
C’est donc en rapprochant les deux phénomènes décrit dans l’intrigue que l’on peut trouver du sens et ce sens se manifeste dans la relation de A et de A-2 en laquelle existe un mouvement dialectique (une sorte de confrontation entre les intentions de A et de A-2) qui donne son élan à la relation, c’est-à-dire son évolution au cours de l’intrigue. Si un auteur comprend cette relation, c’est un avantage indéniable pour sortir son œuvre de la médiocrité (au sens où elle sera apte à se distinguer).

Situation : 869
Préquelles possibles : 949a – 955

A est un fugitif. Au cours de sa cavale, il rencontre B et parvient à la convaincre de ne pas se suicider

Séquelles possibles : Chronologiquement [641 puis 743a] – Chronologiquement [647 puis 743a]
Les séquelles suggérées expliquent les raisons de B qui ont mené à sa décision de se suicider. Ces raisons se situent donc dans le passé du personnage. Reste à savoir si un flashback ne viendrait pas ralentir le rythme de l’histoire car le noyau de l’intrigue est la rencontre de A et de B qui prend place au présent.

Situation : 870 a
Préquelles possibles : 62 – 134a – 220 – 415 – 447

B se sent vraiment blessée par les ragots et autres racontars qui courent sur son compte. Elle se décide à se débarrasser une fois pour toute de cette fausse suspicion à son égard

Séquelles possibles : 83 – 86 – 870b – 1151

Situation : 870b
Préquelles possibles : 669 – 784 – (817 si l’on change A par A-6) – (818 si l’on change A par A-6)

  • L’honneur de B a été sérieusement compromis. Elle trouve de l’aide en A-6, un enquêteur
  • * A-5 est celui qui cherche à détruire la réputation de B (quels que soient les motifs qui le poussent à agir ainsi et ceux-ci devront être donnés au lecteur). B a trouvé une aide inespérée en la personne de A-6 qui va l’aider à mettre au jour les manigances et autres manipulations de A-5 **

Séquelles possibles : William Wallace Cook n’a pas estimé de séquelles possibles pour cette situation (d’après la copie que je possède)

Situation : 871
Préquelles possibles : 313 – 676

  • Le père de B, F-B, incite B à faire un choix auquel B se refuse parce qu’elle craint que, quelle que soit la décision prise, elle en sera malheureuse
  • * Afin de ne pas paraître désobéir à son père F-B, B trouve un stratagème **

Séquelles possibles : 1241b – 1244b

Note : B pourra-t-elle résister à l’autorité parentale ? Osera t-elle s’affranchir de cette autorité au risque de perdre cette sécurité que lui apporte le cocon familial ? En d’autres termes, se pliera-t-elle à la volonté de son père ou bien va t-elle se rebeller ?
Dans la seconde alternative, B cherche effectivement à se libérer de ce qu’on attend d’elle et dont elle sait pertinemment qu’elle sera malheureuse si elle se conforme à ces attentes qui ne lui correspondent pas. Mais ce stratagème qui représente l’entreprise hasardeuse de la proposition B la mènera dans des complications et autres tribulations qui seront autant de leçons pour lui permettre d’apprendre ce qu’elle veut vraiment et qu’elle ignore encore au moment où débute l’intrigue.

Situation : 872
Préquelles possibles : 740 – (1334a si l’on change A par B) – (1342a si l’on change A par B)

  • B craint qu’elle est en train de perdre la raison
    [La folie est un thème récurrent chez William Wallace Cook. Ici, il s’agit d’une névrose parce que B a conscience des troubles qui affectent sa conduite. Et il est nécessaire qu’elle éprouve ce malaise et qu’elle en conçoive une peur car c’est de ce sentiment qu’elle ne parvient pas à raisonner qu’il faudra qu’elle se débarrasse]
  • * B, qui souffre d’une névrose, se lance seule dans la découverte de l’origine de ses troubles **

Séquelles possibles : 1067 – 1069 – 1445

Note : La seconde possibilité est intéressante parce qu’il y a une énigme, un mystère qui explique l’affection de B dont elle ressent les effets mais ne peut pointer sur leurs causes. La révélation sera son épiphanie.

Situation : 873
Préquelles possibles : 227 – 305 – 1458

  • B découvre un secret terrible sur son passé
  • * B, qui vient de découvrir un terrible secret sur son passé, est totalement submergée et craque **

Séquelles possibles : 802a – 870b – 893 – 1051 – 1055

Note : Dans la première possibilité, il est postulé qu’il y a un manque (une sorte d’amnésie) dans le passé de B. B a toujours ressenti un malaise face à cette absence d’elle-même. C’est dans l’acte Un (et probablement au moment de l’incident déclencheur) que B apprendra ce secret. Toute l’intrigue consistera alors à mettre à plat ses relations aux autres maintenant qu’elle a appris cette vérité.
Pour un lecteur, être le témoin de l’évolution d’une relation est toujours assez fascinant car cela crée une résonance soit parce qu’on a vécue plus ou moins ce qui est illustré par l’auteur (et l’exagération qui est une des conventions de la comédie n’estompe pas cette réminiscence) soit parce qu’on désire ardemment que cette relation aboutisse en une certaine forme (nous anticipons ce résultat). Ainsi, le lecteur participe activement à l’histoire.

Dans la seconde alternative, William Wallace Cook pointe sur le désespoir qui s’empare de B lorsqu’elle apprend une terrible vérité. Contrairement à la possibilité précédente, ce n’est plus sa relation aux autres qui sera étudiée par l’intrigue mais le travail qu’elle devra faire sur elle-même afin d’intégrer cette connaissance d’elle-même et de vivre en adéquation avec ce qu’elle est vraiment.

Le prochain article portera sur les situations conflictuelles 874 à 886.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de