Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

La fiction est une imitation de la vie. Elle représente un aspect de nos vies. La science-fiction elle-même est une telle représentation et l’horreur ou la comédie ne font qu’exagérer certaines caractéristiques qui renvoient à des objets, à des êtres, à des moments bien réels. Les situations inventées par William Wallace Cook s’ordonnent de façon à être naturellement conflictuelles puisque le conflit est ce qui donne de la matière dramatique à un récit de fiction.

Nous abordons dans cet article les situations 786 à 801.
La liste des situations se trouve ici :
PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : L’erreur de jugement

Proposition B
23, Se retrouver dans des complications à la suite d’une erreur de jugement et de suspicion.

Situation : 786
Préquelles possibles : 598 – 833 – 1389a

  • A est invité à passer le weekend dans une maison de campagne
    [Cook ne précise pas si les propriétaires sont des amis de A ou bien si A est seulement invité par des amis des propriétaires ou bien encore s’il s’agit d’un séminaire. Il y a beaucoup de possibilités.
    La maison de campagne n’est pas décrite non plus. Un auteur pourrait très bien vouloir s’inspirer des romans gothiques pour cette maison par exemple].
    Ne parvenant pas à trouver le sommeil, A décide d’explorer la maison pour tromper son ennui
  • * Alors qu’il ne parvient à trouver le sommeil, A décide d’explorer la maison dans laquelle il a été invité à passer le weekend. Il est alors pris pour un voleur **

Séquelles possibles : 664 – 828 – (1188 …*)

Situation : 787
Préquelles possibles : 1291b – 1449

Des preuves sont apportées que A a commis un crime.
[le concept de crime est à nuancer selon le type d’intrigue. Par crime, il faut bien-sûr comprendre une action qui va transgresser une loi, un ordre ou un interdit. Cette transgression peut être néanmoins tout à fait banale. L’idée est que le personnage qui commet cet acte va offusquer quelque chose et ce quelque chose peut tout à fait être insignifiant].
Ces preuves sont indiscutables et A croit en sa culpabilité même s’il ne se souvient de rien. En vérité, A n’a commis aucune transgression.

Séquelles possibles : 296 – 624 – 695a ou b – 1064

Situation : 788
Préquelles possibles : 21 – (1127 si l’on change CN par B)

  • A est persuadé que B n’est qu’une aventurière qui prétend être la fille de A-8 pour obtenir quelque chose d’illicite
    [C’est la mise en intrigue du terme suspicion de la proposition B]
  • * Contre toute attente (du moins celle de A), B prouve qu’elle est bien la fille de A-8 **

Séquelles possibles : 422b – (647 si l’on change A-5 par A)

Situation : 789
Préquelles possibles : 633 – (1331 …*)

A s’est persuadé que tout le monde cherche à l’induire en erreur

Séquelles possibles : 759 – (1331 *…**)

Note : Et ici, nous avons la mise en intrigue d’une psychose. A moins que A ne soit l’objet d’une machination.

Situation : 790a
Préquelles possibles : 830 – 865

  • A-2 était un ami de A que A a perdu de vue. Il fut un temps où A-2 rendit un grand service à A
  • * A-2 (sachant que A-2 a rendu un grand service à A) vient d’être arrêté. Il est amené devant A qui représente l’autorité **
  • ** A en regard du service que lui a rendu autrefois A-2 qui vient d’être arrêté l’aide à préparer son évasion. La manœuvre de A est cependant découverte ***

Séquelles possibles : 919a – (921 si l’on change B par A) – 1183

Note : Pour certaines de ses situations, William Wallace Cook avait besoin d’un contexte initial. Ici, nous avons ce personnage A-2 qui est introduit dans l’histoire sans qu’il soit physiquement présent. Pour le montrer cependant, on peut avoir recours à un portrait quelconque ou bien encore à des scènes en flashback mais celles-ci vont imprégner l’histoire d’une certaine nostalgie (donc à savoir si cette mélancolie est nécessaire au moins à la compréhension du personnage de A).
Sinon, on peut recourir aux dialogues qui mentionneront alors l’existence de A-2.

Il y aussi un concept important dans cette intrigue. A est redevable envers A-2. La proposition B qui enveloppe cette situation interroge aussi la dette de A. S’agit-il vraiment d’une dette ? C’est-à-dire est-ce que A ne donne-t-il pas une vue très subjective de cette obligation morale ? Ne s’est-il pas mis lui-même sous la subordination de A-2 ?
La progression de l’histoire doit alors donner des réponses à ces questions.

La seconde alternative est intéressante parce qu’elle rétablit le rapport de force entre A et A-2. Je pense que cette situation est le cadre idéal d’une confrontation passionnante. La troisième possibilité est une illustration possible : A décide d’aider son ancien ami A-2 et doit en subir (et en assumer) les conséquences.

Situation : 790b
Préquelles possibles : 838 – 1115

  • A est le président d’un jury qui doit juger A-2, un ancien ami de A
  • * A est le président du jury qui doit juger A-2, l’ami de A. A va alors se livrer à un parjure (l’auteur est libre des modalités du parjure) afin que A-2 soit libéré
    [La culpabilité de A-2 n’est pas ce qui importe ici. Qu’il soit coupable ou non, c’est le cas de conscience de A qui est examiné. Peut-être que pour appuyer sur la vraisemblance de l’intrigue et du thème qu’elle véhicule, A-2 devrait être coupable] **
  • ** Après avoir manipulé le jury ou bien encore les preuves à charge contre A-2, l’ami de A, la réputation de probité de A est malmenée ***

Séquelles possibles : 949b – 952

Note : Dans la troisième possibilité, il n’est pas nécessaire que A soit un juge. Il peut être un enquêteur qui détournera certaines preuves ou bien ne relèvera pas volontairement certains indices afin de ne pas charger son ami A-2.

Situation : 791
Préquelles possibles : 697a – 926

  • A est médecin et issu d’une famille qui est très fière de ses origines (il peut être ainsi d’une lignée de médecins ou de professeurs célèbres)
  • * A est médecin et il estime de son devoir d’aider les exclus ou bien tous ceux qui, pour une raison ou une autre, sont considérés comme inférieurs par la communauté
    [Il y a une question d’éthique dans cette notion d’infériorité. C’est à l’auteur de savoir s’il veut ou non s’engager sur ce terrain et dénoncer un état de fait qu’il devra ensuite assumer] **
  • ** A est médecin et décide de suivre ses propres idéaux ce qui l’exclut de sa communauté ***

Séquelles possibles : 1434 – 1447

Note : Comme d’habitude, nous commençons par une situation initiale qui illustre un quotidien. En accord avec la proposition B, le chemin tout tracé de A sera en quelque sorte interrompu par une suspicion comme une erreur médicale par exemple.
Un auteur peut faire de A son personnage principal et démontrer comment A tentera de réparer son erreur vis-à-vis de sa famille (comme le sous-entend William Wallace Cook) ou en regard de la justice. L’auteur peut aussi faire de A un antagoniste qui niera son geste criminel (même s’il n’avait pas l’intention de le faire comme un accident de parcours en quelque sorte) et qui dissimulera sa responsabilité dans l’erreur médicale commise.

Il est important de comprendre que dans une intrigue, il y a nécessairement une rupture, une discontinuité dans le parcours d’un personnage. Ce parcours est porté à la connaissance du lecteur lors de l’introduction de ce personnage dans l’histoire. C’est comme si son identité était soudain brisée en morceaux.
Mais c’est voulu parce que, de cette disharmonie de son être, il peut reconnaître en lui sa profonde et véritable nature. Et cette opération est confiée à l’arc dramatique du personnage à travers les péripéties et tribulations qu’il vivra au cours de l’intrigue.

Dans la seconde alternative, ce n’est pas le choix de A qui cause problème. La problématique est liée à l’opinion publique et A va se confronter à cette dernière. C’est envers A que la suspicion sera soulevée parce qu’il défend à sa manière ceux que la majorité considère comme inférieurs.

Rien ne nous interdit aussi de nous inspirer de personnes réelles ou bien de personnages fictifs qui nous ont marqués pour élaborer notre propre personnage. La biographie est aussi une autre solution possible.
Et quant à la troisième possibilité, A est lui-même exclut et rejoint ceux qu’il défend.

Situation : 792a
Préquelles possibles : (642 *…**) – Chronologiquement [739 puis 1401]

  • B a perdu un objet X. Lorsque A le lui rend, elle suppose (mais elle se trompe) que A l’avait volé
  • * B a perdu un objet X mais lorsque A le lui rapporte, X semble un objet d’une telle valeur qu’il semble impossible pour A qu’il ait jamais appartenu à B
    [Il est supposé dans cette situation que B est, comme on le dit, dans le besoin. Or la situation financière de B aurait dû amener B à revendre cet objet (s’il lui appartenait vraiment) pour sortir de sa noire misère. D’où la suspicion de A] **

Séquelles possibles : 21 – 822

Note : Maudites apparences qui font que l’on se fie (ou que l’on raisonne faussement) sur les données de nos sens plutôt que sur la logique.
Par ailleurs, il est possible de se saisir de la réalité des choses par ce que nos sens nous renvoient d’elles. C’est à l’auteur de prendre position (comme il s’agit d’une fiction et non d’un essai, s’engager sur ce que l’on croit est important du point de vue dramatique).

Situation : 792b
Préquelles possibles : 737c – 1154a – (1172 si l’on change B-5 par B-8)

B est dans un hôtel. La porte de la chambre à côté de la sienne est grande ouverte. Poussée par une étrange curiosité, elle jette un œil furtif et aperçoit le corps d’une femme sans vie B-8

Séquelles possibles : 645 – (1204 **…***)

Note : Et évidemment, B sera suspectée du crime.

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : L’erreur de jugement

Proposition B
20, Se retrouver impliqué dans une situation dont on sait qu’elle sera difficile et à laquelle on ne peut cependant pas échapper.

Situation : 793a
Préquelles possibles : 599 – 603c

  • A se laisse persuader par A-2, son ami, de se lancer dans un certain projet
  • * A se laisse entraîner par A-2, son ami, dans un certain projet dont A sait qu’il sera extrêmement difficile et bien qu’il le juge déraisonnable **

Séquelles possibles : 653 – 761a

Situation : 793b
Préquelles possibles : (79 si l’on change A-3 par A-2) – (809 si l’on change A-5 par A-2)

  • A-2, l’ami de A, parvient à le convaincre de garder certains documents
    [Évidemment, ces documents sont compromettants et A va se retrouver confronter à des complications que A-2 s’était bien gardé de lui signaler. Mais A a une haute estime de l’amitié et lorsque A-2 lui a confié ces documents, A ne s’est pas interrogé et inquiété plus que cela]
  • * A est arrêté et accusé d’une conspiration criminelle sur la foi des documents que lui a confié A-2. Mais A n’a fait que rendre service à son ami A-2 lorsque celui-ci l’a presque supplié de prendre en charge ces documents **

Séquelles possibles : 108 – 715c

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : L’erreur de jugement

Proposition B
24, Être la victime d’une erreur de jugement – ce peut être des préjugés – dans son effort d’accomplir quelque chose.

Situation : 794
Préquelles possibles : 603d – 671 – 1291b

  • A suppose que son ami A-2 est mort
    [En accord avec la proposition B, A-2 ne sera pas effectivement mort. Mais A, persuadé que c’est le cas, agira en conséquences donc ce qu’il va entreprendre sera faussé par cette croyance]
  • * A est complètement stupéfait lorsque son ami A-2 qu’il croyait mort réapparaît soudain devant lui
    [C’est le thème de la résurrection, autre manière de parler de l’éternité (ou du moins d’une certaine immortalité) mais cette intrigue peut s’insérer dans n’importe quelle histoire] **

Séquelles possibles : 1344 – 1371

Note : Posons qu’une intrigue, c’est le déroulement de ce qui se passe entre un point A et un point B. Entre ces deux points, il y aura un certain nombre de faits qui seront liés de manière logique comme avec un rapport de causalité par exemple.
D’un fait (une décision par exemple ou l’intervention du hasard lors de l’incident déclencheur) en découle un autre et ainsi de suite jusqu’au dénouement qui s’avère donc être la conséquence ultime de cette succession de faits ordonnés de manière à donner du sens à l’intrigue en faisant de l’histoire un tout.

A certains moments de l’histoire que l’on peut qualifier de nœuds dramatiques, le personnage principal (généralement) que l’on nomme aussi protagoniste ou héros de l’histoire [voir la théorie narrative Dramatica pour la subtile différence entre ces trois définitions] devra faire un choix décisif. S’il prend la bonne décision, l’intrigue continue son chemin vers le point B, la situation terminale de l’histoire. Mais souvent, il arrive à ce personnage de se tromper et on ne peut lui en vouloir car l’erreur est dans la nature humaine.
Dans ce cas, il va dévier (souvent temporairement) du point B. Et les événements liés à cette erreur d’aiguillage en quelque sorte vont altérer l’intrigue puisque nous ne suivons plus l’ordonnancement nécessaire des faits qui donnent à l’intrigue tout son sens. C’est comme si nous racontions une toute autre histoire. Souvent, le personnage principal connaîtra une crise mais fort heureusement, il saura tirer de ce malaise la force de continuer à se battre, c’est-à-dire de reprendre la séquence des événements qui mèneront au point B.

Cette discordance comme disait Paul Ricœur est nécessaire au conflit et nous pouvons l’assimiler à un obstacle ou plutôt une série d’obstacles.
Concernant le personnage A-2, il n’est pas à proprement parler un obstacle mais sa fonction dans l’histoire est qu’il va tenter de détourner le personnage principal du point B de l’intrigue. Dans la situation 794, on ne sait pas exactement vers quoi tend A (c’est à l’auteur de choisir une voie pour son personnage qu’il exprimera à travers son arc dramatique) mais le fait qu’il suppose que son ami A-2 est mort va lui faire faire des choix ou réagir aux situations guidé par cette certitude ce qui l’orientera alors hors de l’intrigue qui consiste à se rendre au point B.

La théorie narrative Dramatica a dénommé A-2 comme un Influence Character, c’est-à-dire un personnage dont l’influence sur A est négative parce qu’elle entraîne A vers des contrées qu’il n’aurait jamais dû prendre mais elle est aussi positive et efficace parce qu’elle permettra à A de prendre conscience de certaines choses (généralement intimes) qu’il doit absolument reconnaître pour être conforme à ce qu’il est vraiment, à ce qu’il veut vraiment et c’est dans cet état nouveau que nous le retrouverons lors du dénouement.

Situation : 795
Préquelles possibles : (110-3) – 182b – 431

On fait croire à A qu’il a réussi ce à quoi il a aspiré toute sa vie

Séquelles possibles : 313 – 488a – 918b

Situation : 796
Préquelles possibles : 687 – 973 – (976 si l’on change B par A) – (1038 si l’on change A-8 par A-3) – (1274 …*)

  • C’est par la foi que A pense qu’il a connu le succès dans ses projets
  • * La réussite de A est attribuée à un autre (A-3) avec lequel A connaît certaines dissensions **

Séquelles possibles : (1163c si l’on change A-4 par A-3) – (1289b **…***) – (1274 *…**)

Note : William Wallace Cook aborde le sujet de la religion. Peut-on trouver le bonheur par sa foi ? Le cas de A dans cette situation semble approuver cette idée. D’autres auteurs pourraient être d’un avis différent.
William Wallace Cook n’impose rien. Ce ne sont que des suggestions. A partir d’une prémisse qui n’induit aucun message en particulier, un auteur peut alors en découler les conclusions qui viendront appuyer son propre message.

Situation : 797
Préquelles possibles : (930 si l’on change F-B par A et B par D-A) – 919b – 1298

  • A est soupçonné d’avoir commis un acte transgressif seulement parce qu’il a quitté il y a longtemps son foyer sans laisser d’adresse
  • * A a commis un acte transgressif il y a longtemps. Afin d’échapper à la vindicte populaire, il quitta son foyer sans laisser d’adresse. Le désir de revoir sa fille D-A (qui n’a plus de nouvelles de lui depuis qu’il a disparu) le pousse à revenir incognito dans cette ville où il a vécu heureux avec elle. Il s’aperçoit alors que D-A entretient le souvenir de son père comme un homme remarquable incapable d’avoir commis ce dont on l’accuse **

Séquelles possibles : 964b – (1461c si l’on change B par D-A)

Situation : 798
Préquelles possibles : (1319a si l’on change A par A-8 et A-3 par A) – 1438b

  • A trouve un objet X auquel il attribue une grande valeur
    [Cette valeur attribuée par A à X est toute subjective. On peut, si on le désire, doté X d’une dimension temporelle en le reliant au passé de A. Cette découverte dans la situation 798  peut servir d’incident déclencheur comme une réminiscence venant bouleverser le présent de A. Le problème avec le passé est que l’on a tendance à avoir recours au flashback pour expliciter soit la personnalité actuelle du personnage, soit son comportement actuel. C’est une inclination à laquelle il faut résister.
    Dans Thelma et Louise, Thelma se prépare à partir avec Louise. Sans raison apparente, elle décide de prendre avec elle le revolver de Darryl. Lorsque Thelma se fait agresser sur le parking, Louise tue l’agresseur avec le revolver de Thelma. Aucune autre explication n’est donnée à ce moment de l’histoire. Seul un indice est donné au lecteur.
    Lorsque le policier qui les poursuit apprendra (en même temps que le lecteur) que Louise a été violée au Texas il y a longtemps comprendra et nous permettra de comprendre que Louise et Thelma ne sont pas vraiment responsables de la tournure des choses. Ainsi, l’information passe sans qu’il soit nécessaire de briser le rythme de l’histoire en insérant un flashback qui s’avère tout à fait inutile]
  • * A possède un objet X qu’il estime énormément. Il ne s’en sépare jamais mais A ne se rend pas compte que cet objet X représente un grand danger pour sa propre sécurité **

Séquelles possibles : 623 – 711b – 1382a

Situation : 799
Préquelles possibles : 24b – (58a si l’on change AX par A) – 185 – (737b si l’on change B par A) – 773 – 786

  • A s’attaque à une propriété privée
    [Et ce n’est certainement pas la meilleure décision qu’il est prise de toute sa vie. Quant à l’expression propriété privée, c’est à l’auteur de mettre ce qu’il souhaite (selon les exigences de l’histoire) à l’intérieur]
  • * Par un jeu de circonstances, A se retrouve dans la chambre d’une jeune femme célibataire qu’il ne connaît pas **
  • ** B dans la chambre de laquelle A s’est retrouvé par un étrange jeu de circonstances ne trouve rien de mieux à faire que d’appeler à l’aide A-6 (qui représente une autorité ou bien une force quelconque : un policier, un garde du corps…) ***

Séquelles possibles : 249 – 347b – 658

Situation : 800
Préquelles possibles : (514 si l’on change CH par SN) – (594c si l’on change CH par SN) – (551 si l’on change CH par SN)

  • B a une étrange sensation en observant son fils SN
    [Et cette impression toute subjective que ressent B vis-à-vis de son fils lui fera adopter un comportement inhabituel. En somme, nous aurons une double suspicion. L’une, celle de B, sera imaginaire (elle s’invente des choses à propos de SN) et l’autre sera d’abord de confusion chez SN sur la façon d’agir de sa mère à son égard]
  • * B considère son fils SN comme un jeune homme brillant et très talentueux. Mais la vérité est que SN est loin d’être ce que sa mère pense de lui. Ce serait même le contraire **

Séquelles possibles : (718b si l’on change A par SN) – (821 si l’on change A par B) – (853 si l’on change A par SN) – 896

Situation : 801
Préquelles possibles : (24a, b, c, d ou e) – 27

  • B gagne le respect et la protection de A
    [Ce qui présuppose selon la proposition B que l’attitude de A envers B était plus que méfiante au début de l’histoire. L’intrigue consiste alors à faire évoluer la relation entre B et A de négatif à positif. Un arc dramatique qu’il soit celui d’un personnage ou d’une relation est généralement une inversion de valeurs]
  • * Parce que la relation entre B et A a atteint une certaine intimité, B révèle à A son passé douteux
    [La question dramatique devient ainsi de savoir si A acceptera B maintenant que celle-ci s’est mise à nue devant lui. Classiquement, A sera si bouleversé qu’il mettra un terme à leur relation. Évidemment, cet éloignement est temporaire et généralement, A et B se réconcilient] **

Séquelles possibles : 45a – 61 – 69 – 147 – 648 – 665

Le prochain article abordera les situations conflictuelles 802 à 814.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de