Intrigue

PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Poursuivons l’étude du sous-groupe des obligations avec les situations 1011 à 1022.

L’ensemble des situations se trouve ici :
PLOTTO : MÉTHODE DE SUGGESTIONS D’INTRIGUE

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Les obligations

Proposition B
40, S’embarquer dans une activité où deux obligations vont venir s’opposer.
[par exemple la recherche de sa propre satisfaction et celle d’autrui lorsque ces deux désirs sont incompatibles]

Situation : 1011
Préquelles possibles : 723 – (712 si l’on change A par A-5 et A-6 par A) – (1013 si l’on change A par A-5 et A-6 par A)

  • A est le représentant d’une autorité. A-5 est un criminel notoire dont les agissements vont à l’encontre des intérêts de cette autorité. La mission de A est de stopper A-5 mais celle-ci est contrariée par la relation intime qui lie A et A-5 et oblige en quelque sorte A envers A-5
    [L’aspect pédagogique que je perçois de cette suggestion est qu’il faut dépasser le clivage entre le gentil et le méchant de l’histoire. Les fonctions des personnages recouvrent des réalités bien plus complexes. Donner vie à des personnages de fiction, c’est à priori comprendre les fils qui les meuvent et la force antagoniste de l’intrigue ne devrait jamais tomber sous la caricature]
  • * A ne peut empêcher l’arrestation de A-5 malgré le poids que A-5 fait peser sur ses épaules par le rappel de l’obligation que A a contractée envers lui
    [Le dilemme dans lequel se trouve A va le mettre en porte-à-faux avec son autorité de tutelle. Une autorité est stable parce que l’on se soumet à un certain nombre de règles qui garantissent le bon fonctionnement de l’institution. Mais ce corpus présente aussi une rigidité paralysante qui ne permet pas de faire avancer les choses. L’urgence d’une situation peut alors justifier que l’on ait recours à des solutions contraires à l’esprit de la loi pour débloquer une situation des débats stériles dans lesquels elle s’enlise mais c’est là où se situe le paradoxe car le manque de délibérations peut conduire à décider de remèdes aux effets secondaires désastreux] **

Séquelles possibles : 1016a – 1284

Situation : 1012
Préquelles possibles : (276 si l’on change A par GCH et F-A par A) – (288 si l’on change A par GCH et ancêtre par A)

  • GCH est le petit-fils de A. GCH n’a pas beaucoup d’argent mais il va tout de même se mettre en dette pour acheter un cadeau d’anniversaire X à son grand-père
  • * X, le cadeau d’anniversaire, ne sera pas livré tant qu’il ne sera pas intégralement payé **
  • ** A paie pour le cadeau X que GCH veut lui faire ***

Séquelles possibles : (118 si l’on change A par GCH et GF-A par A) – (628 si l’on change A par GCH et B par A)

Note : Une nouvelle façon de mettre en intrigue l’urgence par l’installation d’un compte à rebours (figuré ici par une date d’anniversaire) et plus cette date approche et plus la tension dramatique sera intense. Le personnage est sincèrement motivé par le cadeau d’anniversaire (ce n’est pas une simple formalité). Et son désir de faire ce cadeau est contrarié par ses difficultés d’argent.

Situation : 1013
Préquelles possibles : (722 si l’on change A par A-6 et A-5 par A)

  • A-6 poursuit A. A-6 se retrouve en difficulté et risque d’y laisser sa vie. A le laissera t-il mourir ?
  • * S’il porte secours à A-6 qui le poursuit, A sait qu’il sera arrêté mais il a conscience aussi que s’il n’aide pas A-6, celui-ci ne survivra pas **

Séquelles possibles : 712 – (817 si l’on change B par A-6)

Note : A est face à un cas de conscience (c’est-à-dire un dilemme). Les conséquences de sa décision formeront l’intrigue. Dans le premier cas, la poursuite continue mais A-6 est dorénavant en dette envers A. Et dans la seconde alternative, A est arrêté et A-6 révisera son opinion sur A en doutant de sa culpabilité.
Il me semble clair que le personnage principal dans les deux alternatives est A-6 puisque non seulement le danger qui le menace servira d’incident déclencheur mais il doit aussi ouvrir les yeux et se faire sa propre opinion sur A.

Situation : 1014
Préquelles possibles : (171 si l’on change A-3 par A-5) – 959

A est le comptable d’une société. A-5 est l’un des hauts responsables de cette société. Un jour, A-5 (voir la situation 1079 si l’on change A par A-5) demande à A d’organiser un détournement de fonds

Séquelles possibles : (730 si l’on change A-3 par A-5) – 884a – 1003

Note : Même si A peut être tenté par l’appât du gain, sa probité ne sera pas mise en doute, Ce qui est étudié ici, c’est le dilemme de A entre se soumettre à l’autorité et le heurt de ses propres valeurs morales avec sa position face à A-5 auquel il est assujetti.

Situation : 1015
Préquelles possibles : (1174 si l’on change A par A-5 et A-2 par A-8) – (1175a si l’on change A par A-5)

  • A est un ambassadeur
  • * A-2 et A-5 sont des amis de A. A qui représente une autorité doit prendre une grave décision aux conséquences lourdes. Il se fera conseiller par ses deux amis **
  • ** A-6 demande à A de participer à l’arrestation de A-5 ***

Séquelles possibles : (1175b si l’on change A par A-5) – Chronologiquement [(1174 si l’on change A par A-5) suivie de (1222a si l’on change A par A-6 et A-3 par A-5)] – (1282 si l’on change A par A-5)

Note : Dans cette situation, A représente l’autorité. Et ce sont les décisions qu’il sera amené à prendre qui lui causeront un dilemme. Selon la proposition B, A n’est pas un être mauvais. D’ailleurs, William Wallace Cook lui oppose A-5 qui est l’antagoniste déclaré selon la nomenclature des fonctions des personnages.
Dans la situation 1014, c’est la désobéissance possible de A qui est mise en intrigue. Dans cette situation 1015, A sera face aux conséquences de ses choix.

La seconde alternative illustre la question de savoir si de l’ange ou du démon quel est celui qui aura le plus d’influence sur A. Quant à la troisième possibilité, ce qui la distingue du personnage infiltré qui doit faire tomber une organisation secrète, c’est que A-6 et A représentent tous deux une autorité.
C’est à un conflit entre puissants auquel nous assistons avec une intrigue épicée par le fait que la victime désignée de ce combat de titans est un être mauvais. A se retrouve partagé entre faire le bien en livrant à A-6 un personnage néfaste pour l’intérêt commun que A défend et ses propres sentiments car malgré les défauts de A-5, celui-ci est l’ami de A.

Situation : 1016a
Préquelles possibles : Chronologiquement [(817 si l’on change A par A-5 et B par A) suivie de 1011] – Chronologiquement [(1013 si l’on change A par A-5 et A-6 par A) suivie de 1011]

  • A a procédé à l’arrestation de A-5
  • * Il est ordonné à A de procéder à l’arrestation de A-5 mais pour des raisons personnelles, il maugrée contre cet ordre **
  • ** A est face à une situation inextricable. Il tranche le nœud gordien en se résolvant à des méthodes qu’il a toujours réprouvées ***

Séquelles possibles : William Wallace Cook n’a pas envisagé de séquelles pour cette situation.

Note : Rien ni personne ne peut échapper à la loi. A-5 évidemment parce que sa fonction fait de lui un transgresseur mais A n’y échappe pas non plus qui a fait serment de faire respecter cette loi. La loi est censée apporter toutes solutions aux conflits de manière raisonnée. C’est ainsi que des arguments doivent être fortement étayés par des preuves des déclamations que l’on avance.
Mais qu’en est-il lorsque des critères irrationnels se glissent dans la querelle ?

A-5 est qualifié de méchant de l’histoire. Mais il serait trop simple de le laisser sous cet aspect. William Wallace Cook a recours à la relation qui existe entre lui et le protagoniste A pour lui donner de la profondeur. A va se retrouver en quelque sorte l’obligé de A-5 (celui-ci peut lui sauver la vie par exemple).
Ainsi, le dilemme de A s’organise entre deux obligations : celle de sa mission (il est le mandataire de l’autorité) et son sentiment envers A-5 qui peut s’étendre du respect à l’amitié.

Ce qu’il se passe dans l’esprit de A, c’est qu’on ne distingue plus de hiérarchie entre la raison et la passion. Il passe de l’un à l’autre tout au long de l’intrigue au gré des circonstances.
La seconde possibilité fait de A-5 un prétexte à l’intrigue. Ce qui importe est le débat entre les obligations professionnelles de A et ses obligations personnelles (familiales par exemple). Ainsi, la nature des relations de A change. On pourrait imaginer que l’activité professionnelle de A a une influence néfaste sur sa vie de famille. Comment A pourra t-il concilier les deux ? Là est la question dramatique.

Situation : 1016b
Préquelles possibles : (972 si l’on transpose A et A-2) – 1021b

  • A et A-2 sont amis. A-2 a commis une grave faute et A doit le juger
  • * A est dans une situation inextricable et désolante. C’est par le sacrifice de son ami A-2 qu’il peut enfin en voir l’issue **

Séquelles possibles : Si William Wallace Cook n’a pas envisagé de séquelles pour les situations 1016a et b, c’est parce que dans le texte original, la dernière alternative de chacune de ces situations se terminait par la mort soit de A, soit de A-2. Et bien qu’il arrive à Cook de suggérer quelques séquences oniriques, il considère la mort comme une fin ne débouchant sur rien (le néant, donc).

Note : La première alternative est une variation sur la trahison. William Wallace Cook a déjà utilisé ce motif lors de précédentes suggestions. Ce qu’il met en avant ici est un problème de responsabilités. A-2 doit être jugé pour la faute commise et A ne peut prendre prétexte de son amitié envers lui pour refuser de participer à son jugement.
La culpabilité de A-2 n’entre pas en ligne de compte. A ne cherche pas à prouver l’innocence de A-2 car cela serait une toute autre histoire. A est face à un dilemme. Comment va t-il pouvoir concilier son amitié sincère pour A-2 (il est en quelque sorte l’obligé de A-2 pour un service rendu, par exemple) et son obligation d’arbitre du devenir de son ami ?

Situation : 1017
Préquelles possibles : (712 si l’on change A par A-5 et A-6 par A) – (816a si l’on change A par A-5 et A-4 par A)

  • A et A-5 se retrouvent dans de telles circonstances qu’ils devraient compter l’un sur l’autre pour leur survie mais l’égoïsme de A-5 menace la vie de A
    [Le motif me semble assez simple : A désire sauver à la fois sa propre vie et celle de A-5. Quant à ce dernier, il n’hésitera pas à sacrifier A pour s’assurer sa propre survie. Et chacun des deux personnages est obligé d’agir ainsi.
    Si A-5 est désigné comme l’antagoniste, cela peut permettre à A de tordre ses principes (ce pourrait être le moment de crise majeure chez A) puis de réviser sa décision en sauvant malgré tout A-5]
  • * A est âgé. A-5 est jeune.
    [La raison du conflit est leur différence d’âge. A doit contraindre physiquement A-5 à le suivre (pour quelques raisons que ce soit). Mais les circonstances ne sont pas favorables envers un A physiquement diminué. Cette incapacité est le sens que William Wallace Cook donne à l’obligation à laquelle A ne peut résister]
    Séquelles possibles : (1309b si l’on change B par A-5) – (1291b si l’on change A par A-5) – (747 si l’on change A par A-5) **
  • ** A se sacrifie pour que A-5 puisse survivre. Loin de lui en être reconnaissant, A-5 profite de cette situation pour abandonner A à un destin funèbre
    [On peut certes envisager avec raison une intrigue sur la vengeance. Ce qui serait assez satisfaisant pour le lecteur. Je pense néanmoins que l’on peut travailler davantage cette suggestion en amenant A progressivement au pardon.
    Car se soumettre à la rancune serait comme perdre sa liberté. S’abandonner à un tel sentiment (ou à ses passions en général), c’est se placer sous la domination d’un pouvoir qui ne nous appartient pas. Exactement comme la victime d’une addiction qui a souvent conscience de l’inexorabilité de sa situation et ne peut ou ne sait lutter contre un fait auquel il ne peut résister. C’est de résistance dont il est question ici. Que ce soit contre l’adversité ou contre une dépendance ou toute autre chose qui possède un pouvoir éventuel sur nous, il faut savoir le reconnaître et lutter contre cette apparente obligation qui n’a pourtant rien d’impératif]

Séquelles possibles : (713 si l’on change A par A-5) – (918b si l’on change A par A-5)

Groupe : Activité & Vie sociale
Sous-groupe : Les obligations

Proposition B
42, Tomber dans une situation difficile en cherchant honorablement à s’acquitter d’une obligation.

Situation : 1018
Préquelles possibles : Chronologiquement [(606 si l’on change A par F-A) puis (705 si l’on change A par F-A) ou (638 si l’on change A par F-A)]

A, le fils de F-A, décide de réparer les fautes de son père décédé

Séquelles possibles : (268 si l’on transpose B et A) – 943a – 944

Note : A s’est fait obligation de racheter le nom de son père dont il est maintenant le garant. Mais A agit-il par honnêteté envers les convenances, se conformant aux règles morales et de probité exigées par son groupe social ou bien risque t-il l’exclusion en réglant sa conduite en accord avec des valeurs plus personnelles contraires à ce qu’on attend de lui ?

Situation : 1019
Préquelles possibles : 791 – 1434

  • Malgré les menaces à son encontre, A décide d’aller jusqu’au bout de son projet
  • * Malgré les menaces qui pèsent à son encontre s’il met à exécution un certain projet, A décide malgré tout de mener à terme ce qu’il croit être son devoir **

Séquelles possibles : 1287 – 1351 – 1414a – 1422a – 1424a – 1427a

Note : Le projet est l’obligation. Il faut rappeler la distinction qu’opère William Wallace Cook entre l’obligation et la contrainte (qui fera l’objet du prochain sous-groupe). Par obligation, chez Cook, il existe cette notion d’obligation morale, de sentiment. C’est-à-dire que le personnage se réfère pour décider de sa conduite à quelque chose qui n’est pas tangible comme une loi écrite par exemple. C’est une obligation qu’il se donne à lui-même et il sera son seul juge en son âme et conscience faisant fi de l’opinion publique.

Dans la suggestion proposée par Cook, A n’est nullement contraint de mettre à exécution son projet. Il le fait seulement par devoir moral. C’est d’ailleurs la question qui est aussi posée dans la situation 1018.
La seconde possibilité interroge les principes qui anime A. Est-il vraiment libre dans sa décision ?

Situation : 1020
Préquelles possibles : 70 – 445b – 1075a ou b – 1125b

A et B sont amis d’enfance. Presque par jeu, ils se sont promis l’un à l’autre que si l’un d’entre eux venait à mourir, l’autre le suivrait dans ce destin funèbre. La vie a fait son œuvre et les deux amis se sont perdus de vue. De nombreuses années plus tard, A apprend que B s’est suicidée

Séquelles possibles : 576b – 802b

Situation : 1021a
Préquelles possibles : 769 – 836 – Chronologiquement [(265b …*) puis 836]

  • C’est par amitié envers son ami A-2 que A lui promet de mettre à exécution un certain projet
    [Et ce projet va à l’encontre des valeurs morales de A. Le conflit est entre l’amitié sincère de A et son engagement envers A-2]
  • *A promet à son ami A-2 de mener à bien un certain projet mais A oublie sa promesse
    [Et par son manquement à sa parole, A en ressentira une culpabilité entre l’obligation morale envers son ami et l’échec de son engagement au moment où A-2 semble avoir besoin de lui. C’ est un motif assez commun que l’on peut assimiler à une sorte de trahison]**

Séquelles possibles : (603a si l’on transpose A et A-2) – 807 – (744 si l’on change B par A-2)

Situation : 1021b
Préquelles possibles : 716 – (782 si l’on change A-8 par A-2)

  • A et A-2 sont des Best Friends Forever
  • * La relation idéale qui lie A et A-2 est défiée par une expérience inhabituelle **

Séquelles possibles : 1016b – 1021a

Note : L’homosocialité, l’homoaffectivité ou encore l’homosensualité sont des thèmes qui sied bien lorsque deux personnages sont liés par un fort sentiment qui n’implique pas de romance ou de sexualité. Le conflit peut s’installer par l’introduction d’un troisième personnage, perturbateur de la relation initiale. C’est à une sorte de triangle amoureux auquel se réfère l’intrigue.
Cette relation n’a pas à être nécessairement virile pour exister. Deux personnages féminins peuvent connaître une amitié romantique tel que David et Jonathan l’ont vécue selon la Bible. Il est probable que William Wallace Cook ne pensait pas aux amitiés particulières dans cette suggestion, mais il serait dommage de l’écarter si un auteur est intéressé par le sujet.

Dans la seconde alternative, notons les emplois de relation idéale et expérience. Je peux en déduire (la déduction me permet de faire une option parmi d’autres) que la relation qui existe entre les deux personnages est platonique.
J’assimilerai ensuite l’expérience au principe de plaisir. Par là, j’entends que la relation platonique qui constitue la situation initiale des deux personnages lors de leurs présentations dans l’acte Un sera bouleversée par une soudaine attirance physique qui se conclura dans un rapport sexuel. Cette expérience nouvelle sera la source du conflit parce que les deux personnages chercheront à retrouver la perfection de leur amour platonique mais l’image idéalisée qu’ils avaient chacun de l’autre est dorénavant gâtée par cette pratique nouvelle.

Situation : 1022
Préquelles possibles : (136 …*) – 883

  • La vie de A est sauvée par A-3, son rival ou son ennemi
    [Et les certitudes de A vont en être bouleversés. La rivalité qui constitue la nature de la relation entre A et A-3 nous est présentée dès le début de l’histoire. L’incident déclencheur permettra à l’intrigue de se mettre en place lorsque A-3 contre toute attente sauve la vie de A.
    Et l’intrigue se focalisera sur l’arc dramatique de A qui tentera de comprendre tout au long de celle-ci le geste de A-3 et peut-être découvrir une certaine vérité sur lui-même démontrant que la rivalité entre les deux hommes n’existe que dans l’esprit de A]
  • * A-3, un rival ou ennemi de A, sauve la vie de A. En contrepartie, A se met au service de A-3 si tel est son désir **

Séquelles possibles : (136 *…**) – Chronologiquement [(280a suivie de (136 *…**)]

Note : La volonté de A se soumet à l’obligation morale héritée des circonstances qui font voler en éclats la nature de la relation qui existait entre lui et A-3. Ce qui compte, c’est de démontrer comment une relation peut devenir autre si l’on remet en question certaines coutumes, certaines habitudes.

Le prochain article abordera le sous-groupe sur la nécessité par les situations conflictuelles 1023 à 1033.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des