L’INTRIGUE SELON RONALD B. TOBIAS

On dit que l’intrigue est un squelette et que tous les détails de l’histoire sont accrochés aux os de l’intrigue. Selon Ronald B. Tobias, c’est faux. Il ajoute que l’intrigue est un processus et non pas un objet auquel on se réfère par des métaphores.
Une intrigue est dynamique et un peu comme une énigme. Elle se compromet avec le mystère. Le mystère est un genre très populaire de la littérature et l’intrigue a de nombreux rapports avec lui.
Continuer la lecture de L’INTRIGUE SELON RONALD B. TOBIAS

LES CONSEILS DE DAVID MAMET

David MAMET est un scénariste et réalisateur. Cet article est inspiré par l’une de ses réflexions simplement écrite sur un mémo.
Ce qu’on s’attend à lire ou à voir, c’est la quête d’un héros qui doit surmonter toutes ces choses qui l’empêchent d’atteindre ou de réaliser son  objectif, un but d’une importance cruciale pour lui, irrésistible dans le sens qu’il  soit prêt à tout pour parvenir jusqu’à cet objectif.

Que le héros réussisse ou pas à réaliser cet objectif n’est pas ce qui retient l’attention d’un lecteur ou d’un public mais la description de son parcours, de ses combats contre une adversité dramatique dont la fonction est de contrecarrer son projet.
Pour David Mamet, cette structure dramatique doit s’appliquer jusqu’aux scènes.
Continuer la lecture de LES CONSEILS DE DAVID MAMET

LE PERSONNAGE RIEN QUE LE PERSONNAGE

La structure et l’intrigue sont souvent mis en exergue au détriment des personnages. C’est ce que l’on croit parfois avoir compris des enseignements d’Aristote. Cependant, une réinterprétation de ses écrits pourrait nous amener à penser autrement et à considérer nos personnages comme les vecteurs de l’histoire. Continuer la lecture de LE PERSONNAGE RIEN QUE LE PERSONNAGE

LES ARCHETYPES DE JUNG

Carl Gustav Jung définit l’archétype comme un symbole primitif et universel appartenant à l’inconscient collectif de l’humanité et se concrétisant dans les contes, les mythes, le folklore, les rites et légendes… des peuples les plus divers.

Jung a décrit plusieurs archétypes en se basant sur l’observation de motifs de pensées et d’actions différents mais récurrents depuis l’origine des temps parmi les peuples, les pays et les continents.
La notion d’archétype chez Jung ne distingue pas les individus en types d’une façon telle qu’un individu serait de tel ou tel type. Jung dit que tous les individus possèdent les mêmes archétypes de base.
Parmi ceux-ci apparaît un archétype dominant prévalant sur les autres archétypes et orientant nos pensées et nos actions.
Continuer la lecture de LES ARCHETYPES DE JUNG

L'art de conter en images.