LA VIE S’INVITE DANS LE SCENARIO

Un événement imprévu, un détour pas très judicieux, un faux pas et la vie met son grain de sel dans nos vies. Il est indéniable que dans un scénario, tout effet possède sa cause. C’est préférable pour la compréhension du récit.

Néanmoins, nos personnages vivent dans un monde certes de fiction et que cet univers singulier intervient lui aussi dans leurs vies sans que cette intervention soit par ailleurs justifiée.
Et d’ailleurs, l’extérieur soudain vient gêner la bonne marche de la loi de causalité au moment le moins opportun, le moins tolérable pour les personnages.
Continuer la lecture de LA VIE S’INVITE DANS LE SCENARIO

LE PARCOURS EMOTIONNEL DU HEROS

Depuis quelques articles, je parle d’une structure émotionnelle qui se manifeste le plus clairement possible dans l’acte Deux.
Une structure en somme est un ensemble de points ordonnés d’une certaine manière. Voyons comment nous pourrions traduire ceci pour l’adapter à la création d’une histoire sous l’angle du parcours émotionnel du héros.
Continuer la lecture de LE PARCOURS EMOTIONNEL DU HEROS

LES EMOTIONS AU CŒUR DE L’ACTE DEUX

Somme toute, l’acte Deux est comme une histoire à l’intérieur de l’histoire. Autant donc le subdiviser en un début, un milieu et une fin.

Vous remarquerez d’ailleurs qu’il en va de même avec les scènes mêmes si les trois parties ne se produisent pas chronologiquement. Pour en revenir à l’acte deux, il serait recommandé de subdiviser davantage sa structure jusqu’à en saisir la moindre section, la moindre séquence significative.
Continuer la lecture de LES EMOTIONS AU CŒUR DE L’ACTE DEUX

LA PEUR : L’ENNEMI INTERIEUR DU HEROS

Peurs, craintes, frayeurs, culpabilités… ne sont pas des choses que la bravoure peut vaincre. Celle-ci peut vaincre un ennemi mais elle est impuissante devant la peur de cet ennemi.

Ce qui peut vaincre la peur, c’est la confiance, la foi, la conviction. Pour remporter son combat intime, le héros doit avoir confiance en cette victoire, la foi ou la conviction en son triomphe.
Continuer la lecture de LA PEUR : L’ENNEMI INTERIEUR DU HEROS

L’ACTE DEUX EST VOTRE HISTOIRE

L’acte Deux que l’on qualifie souvent d’espace pour l’intrigue n’est cependant pas une mêlée générale. Vous n’allez pas écrire cinquante ou soixante pages (pour un long) d’incidents variés.
L’acte Deux n’est décidément pas une énumération.

Et vous ne pouvez pas mettre  n’importe quoi entre la fin de l’acte Un et le dénouement en espérant rencontrer au passage un climax satisfaisant. Ce serait une satisfaction bien mal avisée.
Continuer la lecture de L’ACTE DEUX EST VOTRE HISTOIRE

L'art de conter en images.