LA STRUCTURE EN 3 ACTES

Une structure n’est pas une formule mathématique pour écrire une bonne histoire, c’est seulement un moyen de comprendre comment les histoires fonctionnent.
Utilisée dans ce sens, la structure en 3 actes vous fournira les directives, vous orientera dans votre travail d’écriture et de réécriture.

Qu’est-ce qu’une histoire ?

Par définition, une histoire nécessite trois éléments :
1) Un personnage
Si vous essayez d’écrire une histoire sans personnage, vous n’avez pas d’histoire. Même si c’est une grenouille, par le jeu de l’anthropomorphisme, vous en faites un personnage.
2) Un dilemme
Le personnage doit avoir un problème à résoudre. Notre fascination pour les histoires vient probablement de notre besoin de voir comment les autres résolvent leur problème. Peut-être un désir d’émulation !..
3) Une résolution
Si le dilemme n’est pas résolu, le récit est incomplet et insatisfaisant. Il n’est pas obligé d’avoir systématiquement un Happy End (c’est encore heureux!) mais nous avons besoin de découvrir comment les choses vont se terminer et se terminent pour le héros.

Avec ces 3 éléments, vous avez une structure qui peut vous aider à éviter les tourbières troubles de l’errance.
Cependant, il vous faut ajouter deux autres éléments primordiaux pour faire une bonne histoire ; les obstacles et les enjeux.

1) Les obstacles

Si votre histoire raconte l’histoire d’un mec assis dans un fauteuil qui se rend compte qu’il a faim et va jusqu’à la cuisine pour se taper un sandwich, certes, c’est une histoire mais pas la meilleure que vous pourriez faire.
Il lui manque un obstacle entre lui et son objectif, c’est-à-dire le sandwich.

Lors de la réécriture, imaginez que votre personnage souffre d’une grave maladie qui l’oblige à suivre un régime drastique au risque de sa vie. Vous avez mis sur sa route un obstacle apparemment infranchissable et là, vous devenez intéressant. La question est soulevée : va-t-il réussir à atteindre son objectif ?
Gardez à l’esprit que plus l’obstacle, plus l’épreuve est difficile et plus l’histoire sera dramatique. Et c’est ce qui compte.

2) Les enjeux

Qu’est-ce qui est en jeu pour le personnage ? Que va-t-il se passer s’il réussit ou échoue ?
C’est le personnage qui doit communiquer au lecteur l’importance de l’enjeu pour lui. Plus cet enjeu sera important, plus l’histoire sera captivante. Le plus grand enjeu à risquer est celui de sa vie. Mais des enjeux de moindre importance (apparemment pour quelqu’un qui n’est pas informé) peuvent devenir vitaux pour un personnage et vous partagerez son souci si celui-ci vous fait comprendre pourquoi cet enjeu est si important pour lui.

Vous devez travailler les enjeux. Par exemple, supposez que votre personnage doit désamorcer une bombe dans une soirée.
L’enjeu est de sauver des vies. Pour rendre cet enjeu encore plus pressant et urgent, vous pourriez décider lors de réécriture de placer la bombe dans un stade rempli de monde.

Malheureusement, cela ne changera pas l’enjeu, ne le rendra pas plus pressant car il est toujours question de sauver des vies (quelque que soit le nombre).
Par contre, beaucoup plus intéressant, invitez dans cette soirée la femme et le fils de votre personnage et là, la tension monte de plusieurs crans car il ne s’agit plus de sauver des vies mais de sauver des vies et de sauver sa famille.

Parmi les otages, il y a la femme de John McClane. Cela ajoute tout de suite un enjeu dramatique bienvenu au récit.
Parmi les otages, il y a la femme de John McClane. Cela ajoute tout de suite un enjeu dramatique bienvenu au récit.

Essayez toujours d’ajouter un enjeu dramatique à l’objectif de votre héros.
Pensez à John McClane, son objectif est de libérer les otages mais parmi eux, il y a sa femme.

Résumons nous :

La structure en 3 actes est un moyen de codifier une histoire et de la voir fonctionner correctement.
Dans l’acte 1, nous faisons connaissance avec notre héros (enfin la plupart des protagonistes de notre récit), le dilemme et les enjeux pour le héros sont introduits.
Dans l’acte 2, le personnage principal essaie d’atteindre son objectif en surmontant les obstacles placés sur son chemin (et des obstacles, il y en a de toutes sortes. Il faut cependant faire attention à ce qu’ils aient un rapport à l’objectif du héros).
Dans l’acte 3, le dilemme est résolu que ce soit ou non en faveur du héros.

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Soyez le premier à voter pour cet article

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.