INTRIGUE PAR DAVID TROTTIER

En parcourant les articles sur Scenar Mag, vous avez certainement compris qu’il y a deux types d’intrigue en jeu.
Celle qui décrit l’action et celle qui illustre le voyage émotionnel des personnages et en particulier, celui de votre personnage principal.
Les intrigues principale et secondaire servent au développement du personnage et à la structure de l’histoire.
L’intrigue sert donc à décrire les événements (ou expériences de vie) qui surviennent à un personnage. C’est une tranche de vie qui nous est illustrée.

L’intrigue se nourrit du personnage car tout commence avec un personnage qui a un but.

Comme cet objectif est contrecarré, ce personnage agit. Le conflit qui se crée alors entre le personnage et son opposant culmine en une crise.
Cette crise peut prendre n’importe quelle forme mais elle souvent caractérisée par une crise identitaire où le personnage principal se remet en question. Il se trouve entre deux étapes de vie et son combat pour retrouver un nouvel équilibre fera de lui un être meilleur car en adéquation avec sa véritable nature.

L’intrigue soulève une question dramatique autour du personnage principal : Réussira-t-il son objectif ? Va-t-il évoluer ou au contraire décliner ?
Les réponses qu’apporte l’auteur détermine le type de l’histoire qui sera contée et dans la foulée le type d’intrigues qui seront déployées afin de conter cette histoire.

Deux types d’histoire sont possibles : il y a les histoires où seul la mission du héros compte et où l’action est la colonne vertébrale de l’histoire et il y a les histoires qui se concentrent sur le personnage, sur la dynamique généralement interne du personnage, son besoin vital (qui n’est pas le désir, l’objectif) dans l’histoire et surtout ses relations aux autres qui constituent alors le cœur de l’histoire.

Le héros remporte la partie

Dans ce modèle d’intrigue, le personnage principal lutte pour accomplir une mission et il l’a réussit. On ne peut faire plus simple et plus commun.
Men in Black, Le silence des Agneaux ou Il faut sauver le soldat Ryan correspondent à ce type d’intrigue. Vous noterez que la mort du héros n’est pas un frein à la réussite de la mission.

Le personnage échoue

Lorsque votre personnage principal perd la partie, l’intrigue met alors en avant une victoire morale. Thelma et Louise n’atteindront jamais Mexico mais par cette tentative, elles ont atteint une certaine forme de liberté.

A lire :
WILLIAM INDICK : DU CONFLIT – PART 1
WILLIAM INDICK : DU CONFLIT – PART 2
WILLIAM INDICK : DU CONFLIT – PART 3
WILLIAM INDICK : DU CONFLIT – PART 4

Le personnage sème les graines de sa propre destruction

On ne récolte que ce que l’on sème. C’est une intrigue que l’on trouve dans Frankenstein, Moby Dick ou encore Les liaisons dangereuses.

Le personnage évolue en prenant les bonnes décisions

C’est une intrigue qui a notre préférence. Le personnage est sur le point de commettre une grave erreur mais il parvient à surmonter la faille majeure de sa personnalité qui empêchait la pleine réalisation de son être.

A lire :
L’IMPORTANCE DE LA FAILLE CHEZ VOTRE PERSONNAGE

Dans Casablanca, par exemple, Rick veut régler ses comptes avec Ilsa mais à la fin de l’histoire, il aidera Ilsa et son mari à s’échapper.
Même cheminement dans Rain Man. Charlie veut sa part d’héritage, mais à la fin, il déchire le chèque et se rapproche de son frère.
Cette intrigue est souvent utilisée dans les comédies romantiques où l’un des deux abandonne quelque chose pour l’autre.

L’autre incarne véritablement la motivation du personnage principal. Ce schéma qui s’apparente au sacrifice peut d’ailleurs être utilisé dans de nombreux genres.

Le personnage évolue au travers de ses relations

Que l’objectif extérieur soit atteint ou pas importe peu dans ce type d’intrigue. Ce qui compte (aux yeux du lecteur principalement) est l’évolution du personnage par le jeu de ses relations.
L’objectif en fin de compte est un McGuffin : il ne sert que de prétexte à l’intrigue. Le personnage principal peut même changer d’objectif en cours de route tant que cela sert à intensifier le conflit et à mener à une crise et à une épreuve de force (nommément climax).
Quelques exemples : Will hunting, Peter Pan, American Graffiti

Ce qu’il faut retenir dans ce type d’intrigue est que la relation aux autres du personnage principal est le vecteur du changement dans sa personnalité.

Le personnage apprend de ses erreurs

Dans cette intrigue, le personnage découvre par l’apprentissage ce qu’il lui manque pour être heureux. C’est ainsi que dans La vie est belle, George Bailey réalise qu’il a une vie merveilleuse.
Dans Harold et Maud, Harold découvre que la vie vaut d’être vécue et dans Sixième sens, Cole et Malcolm apprennent à communiquer.

A travers les épreuves et les obstacles, le héros acquiert une connaissance qui ne le rend pas nécessairement heureux mais qui approfondit à la fois le personnage et son appréciation de la vie.
Il est à noter d’ailleurs que ce type d’intrigue autorise l’objectif interne ou externe à être intimement lié au thème.

Dans Le magicien d’Oz, Dorothy comprend qu’il n’y pas d’autre endroit où l’on peut être mieux que chez soi. C’est à la fois le thème de cette histoire mais aussi la réponse au besoin de Dorothy et son objectif.

Le personnage n’apprend pas de ses erreurs

Dans ce type d’intrigue, le personnage n’évolue pas. C’est un choix risqué pour un auteur qui est compensé par le message qu’il transmet à son lecteur et que celui-ci comprend comme une leçon de vie.
La guerre des Roses est un bon exemple. Dans Butch Cassidy et le kid, Butch et Sundance ne comprendront pas qu’ils doivent évoluer avec leur temps.

Le déclin du personnage

Un exemple de référence est Lawrence dans Lawrence d’Arabie qui décline dans le même temps qu’il tente de réaliser un digne objectif. Citizen Kane aussi montre le déclin de Charles Foster Kane.
Dans Le parrain, Michael, le personnage principal, est plutôt quelqu’un de droit qui ne veut pas se mêler des affaires de la famille. A la fin, il règne mais cette ascension est aussi sa chute ce qui est adroitement montré lorsque, droit dans les yeux, il ment à sa femme.

Les intrigues principale et secondaire

Habituellement, il y a une intrigue principale. Tout ce qui se passe dans la vie du personnage (sur le plan privé ou personnel) fait l’objet d’une intrigue secondaire.
Vous noterez aussi que parallèlement aux intrigues principal et secondaire concernant le personnage principal, la plupart des autres personnages de l’histoire possède leur propre intrigue avec un objectif, des actions, une crise et une résolution. Ces intrigues sont aussi traitées comme des intrigues secondaires.
C’est d’ailleurs un procédé narratif que l’on trouve fréquemment dans les séries TV.

Les intrigues secondaires devraient toutes être résolues avant le climax. Dans l’idéal, les différentes intrigues secondaires et l’intrigue principale devraient entrer en conflit (même si le moment de crise d’une intrigue secondaire peut se produire à n’importe quel moment dans l’histoire). Elles pourraient même toutes converger au même moment pour les étapes de crise et de résolution.
Quoiqu’il en soit, il est préférable que les intrigues secondaires croisent l’objectif du héros et créent des complications.


Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de