Mélodrame

À PROPOS DE GENRE : LE MÉLODRAME (1)

Il faut bien reconnaître que le genre du mélodrame a pris une tournure négative de nos jours. C’est un genre associé au soap opera qui à l’origine ciblait un public féminin, et plus distinctivement, la femme au foyer.
Le dispositif dramatique utilisé était souvent l’exagération ce qui s’opposait à une recherche de réalisme ou tout simplement de crédibilité des personnages.

Mais il faut dépasser cet à-priori concernant ce genre qui s’avère en fin de compte très utile à l’auteur en tant que forme pour son écriture.
D’abord, il faut comprendre le mélodrame comme abordant une problématique essentiellement réaliste. Ce qui suggère des histoires de gens ordinaires dans des situations ordinaires. Et quel que soit le statut social de ces gens ordinaires.
Un prince, par exemple, peut être aussi un père en difficulté avec ses enfants. Le mélodrame alors aborde ces difficultés en tant que père et non en tant que prince.

Un autre exemple de mélodrame célèbre (du moins ce qui est traité sous un angle mélodramatique) est la relation qui unit la privilégiée Rose et l’artiste sans le sou Jack dans Titanic.
Nous pouvons déjà noter que les termes mélodrame et romance dramatique sont synonymes.

Des gens réalistes dans des situations réalistes

Un mélodrame raconte des histoires qui pourraient vraiment avoir eu lieu. Du moins, c’est ce que l’auteur tente de faire accepter à son lecteur. Donc l’environnement dans lequel ces histoires se déploient doit être lui aussi réaliste.

Les personnages sont par conséquent des individus dont nous sommes amenés à croire qu’ils existent ou auraient pu exister. Et bien que l’exagération ne s’est pas totalement estompée, un mélodrame (ou romance dramatique) est contraint par cette notion de reconnaissance par le lecteur d’une certaine forme de crédibilité du monde de l’histoire.

Les problèmes sociétaux, des histoires d’amour compliquées, le combat pour survivre dans une société qui se déshumanise plus qu’elle ne le voudrait sont des éléments dramatiques souvent abordés dans le mélodrame.
Ce genre ne signifie pas que les personnages seront stéréotypées. Bien au contraire, ils seront des êtres complexes, bien différenciés et bien humains.

On trouve en eux des éléments de caractérisation qui rappellent leur nature humaine : l’espoir, des peurs, des passions aveuglantes, un engagement, du pouvoir et un sentiment d’impuissance…
Ces éléments permettent d’élaborer des personnages (ainsi que leurs objectifs) fascinants. Et nous parvenons à nous identifier en eux, à partager leurs tourments.

Le mélodrame a ses lettres de noblesse :

  • Eve de Joseph L. Mankiewicz traite de l’ambition.
  • La violence familiale est au cœur de L’âme des guerriers de Riwia Brown.
  • Kramer contre Kramer parle de divorce.
  • Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur aborde le racisme au quotidien.

Ce qu’il y a de commun entre ces histoires est que le problème qu’elles mettent en avant est traité de manière réaliste et que leurs personnages sont aussi très crédibles.

La relation aux autres est la clef

Les personnages dominent le mélodrame. Ce qui signifie que leurs relations sont la clef de l’intrigue.
Dans Une place au soleil de Michael Wilson et Harry Brown, le personnage principal, George Eastman, nous emmène à sa suite dans l’exploration de deux relations amoureuses : l’une avec une ouvrière et l’autre avec une jeune fille de la haute société. Toute l’histoire se fonde sur ces deux relations.

Nous sommes aussi entraînés dans un tel approfondissement de relations dans La bande des quatre de Steve Tesich qui conte les relations difficiles qui existent entre deux communautés dans un même collège.

Concernant le personnage principal, il est souvent illustré dans les mélodrames comme un être désarmé face à une structure puissante. Il est bon de nuancer cette impuissance du héros. Considérons l’exemple du roi Lear. C’est un être tout-puissant. Mais il est âgé.
Il est confronté à des antagonistes bien plus jeunes que lui, plus dynamiques et bien plus confiants en eux-mêmes que ne l’est le roi Lear.
Le roi Lear est bien faible par rapport à eux.

Working Girl de Kevin Wade a une approche encore plus compliquée. Non seulement l’héroïne Tess doit lutter dans un environnement où les hommes possèdent le pouvoir mais cet environnement est représenté par une femme. Ce qui permet de démontrer le combat de Tess non seulement pour trouver sa place dans ce monde mais aussi pour vaincre les barrières sociales (les hautes sphères ne sont pas déterminées par le sexe).

L’intrigue contre le héros

Alors que classiquement, une intrigue permet au héros de réaliser son but, dans un mélodrame les choses ne se placent pas de la même façon. L’intrigue dans ce cas consiste à être contre le héros et son objectif. Ce ne sont pas des obstacles que doit vaincre le protagoniste. Trouver sa place dans le monde ne consiste pas à abattre des murs. Le héros lutte contre le monde lui-même.

Ce qui classifie le mélodrame est que le personnage principal perd son objectif. Pour vaincre l’intrigue (c’est-à-dire la situation dans laquelle il est jeté malgré lui), il devra sacrifier son désir.
Dans La bande des quatre, l’intrigue consiste à gagner la course. Mais l’objectif de Dave (gagner cette fille dont il était amoureux) ne se fera pas.

Par contre, et voilà peut-être la morale la plus pertinente d’un mélodrame, Dave atteindra une nouvelle compréhension de lui-même et sa relation avec son père et ses amis sera plus saine.
Le héros ne peut vaincre le monde. Il doit seulement y trouver sa place.

Mélange de genre : thriller et mélodrame

La définition précédente du mélodrame devient moins rigide lorsque l’histoire prend une forme moins pure. Et cela bénéficie évidemment à la fiction. Considérons Lorenzo de George Miller et Nick Enright.

Les Odone se sentent impuissants lorsque Lorenzo est diagnostiqué avec une maladie incurable. Mais plutôt que d’accepter cette destinée, ils vont se battre contre le monde médical et scientifique auxquels ils sont totalement étrangers.
Ce monde est la structure qui représente le pouvoir. Un pouvoir qui veut se servir de Lorenzo à des fins expérimentales et dans la foulée à profiter à la réputation des médecins.

Les Odone vont alors explorer par eux-mêmes les moyens de mettre en place un traitement. Ce qui semblait impossible est pourtant atteint. Ce qui se passe dans cette histoire est le concept de victimisation. Et par cet ajout, le thriller vient se greffer sur le mélodrame.

Vouloir échapper à la maladie (c’est par elle que la notion de victimisation s’inscrit dans l’histoire) est ce qui permet aux Odone d’être victorieux. Et ils sauvent Lorenzo (leur objectif). C’est en adaptant la structure du thriller que ce mélodrame prend à la fois une tournure inhabituelle mais aussi rend cette histoire encore plus fascinante.

Nous continuerons d’explorer le mélodrame dans le prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.