Fiction

UNE FICTION, C’EST DES PERSONNAGES

Pour qu’une fiction soit réussie, il lui faut tout d’abord des personnages dynamiques c’est-à-dire qu’ils agiront face à leurs dilemmes, ne fuiront pas les conflits et ne souffriront  pas sans se battre.
Et ils seront animés de passions et d’émotions : cupidité, ambition, amour, vengeance, désirs, jalousie…
Un feu d’artifices émotionnels selon les propres termes de James N. Frey.
Pour Robert Peck, avant d’écrire chapitre un (ou scène une) sur une page blanche et de rester assis pendant une semaine à vous demander quoi faire ensuite, il serait bon de travailler tout d’abord vos personnages.

Travailler sur la biographie des personnages est un préliminaire et une nécessité de tout projet de fiction.
Supposons que vous souhaitiez écrire une histoire de meurtre à élucider. Vous n’avez pas encore d’intrigue mais une certitude : le meurtrier sera l’antagoniste.
Dans toutes les fictions qui tournent autour d’un mystère, celles-ci puisent leur énergie dans les manœuvres et manigances du méchant de l’histoire, c’est-à-dire l’antagoniste.

Grand initiateur de votre histoire et de tout ce qui s’y passe, l’antagoniste est le pivot à partir duquel éclora les autres personnages. Dans une fiction de mystère, ce sont les projets machiavéliques de l’antagoniste qui président à la création des autres personnages.

Cet antagoniste qui est un personnage central de l’histoire devrait posséder une véritable intelligence ce qui le rend d’autant plus fascinant. Il faut se débarrasser du présupposé de la bêtise d’un méchant. Il n’y a d’ailleurs pas de méchant : c’est juste un personnage qui a sa propre logique, qui pense agir bien en luttant contre l’objectif du protagoniste.
Dans une histoire de meurtre, plus le criminel est ingénieux et plus il sera difficile pour le détective (héros de votre histoire) à le confondre.
De plus, faire l’étude des motivations de l’antagoniste, ce qui a fait de lui un criminel, par exemple, ne doit surtout pas être négligé. Quel que soit le message que vous tentez de faire passer dans votre fiction, vous devez exposer de manière impartiale les arguments de chacun.

Si vous avez un antagoniste, maintenant, il vous faut un protagoniste. Reconsidérons l’histoire de meurtre. Le personnage principal de votre histoire est donc en charge de résoudre le crime (et l’énigme qui va avec, d’ailleurs).
Vous avez différents types de détectives à votre disposition :

  • Le dur à cuire qui n’hésite pas à faire le coup de poing tel Philip Marlow,
  • Le cérébral tel Hercule Poirot,
  • L’amateur doué comme Jessica Fletcher,
  • Ou un personnage qui se retrouve malgré lui impliqué dans le mystère comme ce fut le cas pour la seconde Madame de Winter dans Rebecca de Daphné du Maurier.

C’est vous qui décidez. Quant au lecteur, certains apprécieront davantage un Philip Marlow, d’autres aimeront partager la confusion et la terreur d’un innocent pris dans une intrigue de meurtre.
Quoi qu’il en soit, écrivez le type d’histoires que vous aimez lire car vous en maîtrisez les conventions. Vous pouvez toujours tenter certaines expériences moins traditionnelles du genre mais vous risquez la foudre du lecteur.
Une autre considération à prendre en compte dans le choix d’un personnage : voulez-vous vraiment travailler avec lui ? car si vos personnages vous plaisent, il y a de fortes chances qu’ils plaisent aussi à vos lecteurs.

Petite astuce : donnez un nom à votre personnage dès le départ, un nom qui lui sied bien. C’est le premier pas vers plus d’intimité.
Quant à son apparence, ne succombez pas aux stéréotypes et tentez d’orchestrer son physique avec sa personnalité.
Comme Mike Hammer et Hercule Poirot, par exemple :

Fiction est personnages

Créez des personnages dont les traits de caractère s’opposeront. Vous devriez rechercher le contraste entre eux. Par exemple, Hamlet était indécis, manquait de volonté, était plus enclin à la réflexion qu’à l’action. Il se lamentait sur lui-même et était souvent ténébreux.
Laërte, en revanche, est un homme d’action et tenace.

Ecrire une fiction, c’est commencer par des biographies

Lorsqu’une image encore confuse d’un personnage se fera jour dans votre esprit, il sera alors temps de pénétrer davantage ce personnage et d’apprendre vraiment à le connaître.
Gardons notre personnage de détective et posons-nous la question de savoir pourquoi il a choisi cette profession. James N. Frey prend l’exemple de Sam Spade, le personnage de fiction de Dashiell Hammett. Les historiens qui se sont penchés sur Dashiell Hammett et Raymond Chandler concernant l’origine du nom de leurs héros respectifs (donc on peut imaginer une parenté fictive) ont orienté leurs recherches vers d’autres versions mais James N. Frey part de l’idée d’un père qui était lui aussi détective.
Un personnage dur, impitoyable et roublard qui ne reculait devant rien pour protéger les intérêts de ses clients. Sam Spade, son fils, le considérait comme une brute mais il l’admirait aussi car ce père avait un sens de la justice très poussé bien qu’expéditif.

Maintenant, considérons que votre héros s’inspire de Sam Spade. L’une des valeurs morales que vous allez lui attribuer est qu’il croit en la justice aussi fort que son père mais contrairement à ce dernier, l’une de ses convictions est que la civilisation dépends du respect de la loi.
En choisissant un père tel celui de Sam Spade pour votre héros, ce dernier sera en quelque sorte imprégné des standards élevés de ce père et l’ombre de celui-ci pourrait peser sur la vie de votre héros. Les autres personnages pourraient constamment le comparer à son père ce qui pourrait mettre mal à l’aise votre personnage et créer en lui un conflit. De vieux ennemis de son père pourraient vouloir se venger de ce dernier en s’en prenant à son fils même si ce père est mort depuis longtemps. Votre imagination peut prendre le relais maintenant.
L’idée est lorsque vous créez la biographie d’un personnage, recherchez des éléments qui influenceront ses émotions et son comportement dans l’histoire. Des personnages bien pensés ont un passé qu’ils ont encore en eux, tout comme dans la vie réelle.
Une biographie est un bref résumé de la vie d’un personnage afin de donner à l’auteur une meilleure compréhension de son personnage. Toutes les informations qui y figurent ne se retrouveront pas dans l’histoire. Cette biographie est un outil de travail destiné au seul usage de l’auteur et vous pouvez y consacrer le temps nécessaire.

Pour compléter cet article, nous vous conseillons la lecture de
DEVELOPPEZ LA BIOGRAPHIE DE VOS PERSONNAGES
PERSONNAGE : ELEMENTS DE BIOGRAPHIE

Si vous travaillez sérieusement les biographies de vos personnages, vous deviendrez intimes avec eux avant même de débuter le processus d’écriture du script. Comme nous l’avons souligné, il vous sera impossible d’inclure tout ce que vous aurez découvert sur eux alors optez pour les détails qui affectent leurs motivations, leurs actions. Incluez aussi ce qui peut affecter leurs relations, a influencé leurs habitudes, leurs objectifs dans la vie, leurs croyances, leurs superstitions, ce qui a façonné leur jugement moral et leurs obsessions… Tous ces éléments qui expliquent leurs choix et leurs comportements.
Vous devriez connaître aussi leurs points de vue sur la politique, la religion et comment ils conçoivent l’amitié, la famille.
Leurs espoirs, leurs rêves, leurs centres d’intérêt devraient être aussi à votre portée ainsi que des détails sur les sujets qu’ils apprécient ou qu’ils détestent.
Quels sont leurs préjugés ?
Que se cachent-ils à eux-mêmes ?
Vous devriez pouvoir répondre à toutes questions qu’il vous serait posées les concernant. Cette biographie a pour but de vous rendre intime avec votre personnage jusqu’au point de savoir quels actes immoraux il pourrait commettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.