Scénario

DU SCENARIO AU FILM

C’est banal de dire que l’on va au cinéma pour voir autre chose que ce que notre quotidien nous offre. Autrefois, on allait au cinéma pour se rendre dans des lieux que l’on n’aurait jamais l’occasion de visiter. Comme d’autres galaxies, par exemple. C’est banal et pourtant, c’est bien ce qu’un scénario doit proposer s’il veut un jour devenir un film.

Un film doit donner aux gens ce qu’ils n’ont pas dans la vie réelle, un film doit être hors des normes. Le film proposera des actions et des mondes que l’on ne peut rencontrer que dans les films. Pas dans la vie réelle et pas à la télévision non plus.
La frontière entre la télévision et le cinéma devient de plus en plus floue chaque jour. Or, la télévision fait partie de notre quotidien. Le cinéma doit donc offrir autre chose que ce que le petit écran a coutume de nous imposer.

Vous ne trouverez jamais de producteurs prêts à financer votre scénario si celui-ci ne contient pas en puissance ce qui peut faire de lui un film de cinéma et non une oeuvre télévisuelle. Le quotidien des autres peut être présenté à la télévision mais pour le cinéma, cette option n’est pas viable.

QUELQUES REGLES A RESPECTER

pour faire d’un bon scénario un film  pour le cinéma.

  • La portée
    Le film ne peut se limiter à notre perception de la vie. Il doit aller au-delà. Considérez ce pitch :
    La vie d’un jeune homme s’emballe lorsqu’il devient ami avec un chef de gang, tombe amoureux et se retrouve face à de graves difficultés en vendant de la drogue.
    Nul doute que ce jeune homme est plutôt actif. C’est une bonne chose car un cinéaste flaire le mouvement. Mais je doute qu’il soit particulièrement excité à l’idée de réaliser un film sur ce pitch.
    La portée est trop étroite, trop limitée. Le pitch ne propose pas d’horizons. Inversement, si ce pitch est la base d’une comédie, le point de vue n’est plus le même. La comédie évolue dans un monde qui n’est pas celui de notre vie de tous les jours et ce pitch pourrait assez bien se prêter à ce genre d’exercice.
  •  Votre scénario est fait pour le cinéma, rien que pour le cinéma.
    Cette règle peut se voir sous différentes interprétations. Un film sortie en salles aura une seconde rentrée d’argent sous la forme de petites galettes argentées ou bleues et sera vendu aux chaînes de télévision
    .
    Un genre comme l’horreur atteint rarement les foyers autrement que comme DVD et ce n’est pas garanti. Donc concevoir le film pour les salles de cinéma est peut-être encore le seul moyen de le rentabiliser.
    Du point de vue du contenu, il est évident que de filmer pendant 90 minutes un tête à tête où chacun expose ses problèmes ne sera pas très attrayant ni à produire ni à réaliser.
  • Pouvez-vous facilement imaginer le trailer ?
    Comparez ces deux pitchs :

Un officier de police a un dilemne : doit-il sauver son âme ou augmenter son compte en banque lorsqu’il découvre sur le bord d’une route un jeune blessé fuyant un cartel de la drogue ?

Alors qu’ils roulent sur une route paisible, deux amis sont forcés de fuir alors qu’ils sont pourchassés par des inconnus. S’ensuit une course poursuite impitoyable et sans règle.

Le premier de ces deux pitchs suinte la lenteur. Et la lenteur au cinéma est synonyme d’ennui. Il doit y avoir une sensation d’urgence dans un film avec des personnages qui éprouvent le besoin légitime d’agir. Ici, tout semble indiquer que l’officier de police et le blessé auront de longues conversations sur leurs vies, leurs sentiments, leurs situations merdiques respectives. Que pourrions-nous présenter dans le trailer qui donnerait envie de voir ce film ? Deux hommes assis autour d’une table partageant un verre devant un bon feu ? Rien d’attrayant.
Le second pitch au contraire est pleins de promesses. Non seulement au niveau de la narration :
« deux amis sont forcés de fuir » : Ils sont obligés d’agir et ils le font contre leur volonté. Le conflit est flagrant dans le pitch.
Une course poursuite signifie de l’action avec beaucoup de bruits et de cascades. Elle sera « impitoyable et sans règle » ce qui signifie que les enjeux seront élevés, qu’il s’agit d’une course contre la mort. Cette fois, il est presque trop facile d’imaginer le trailer.

  • Est-ce qu’un réalisateur serait intéressé par votre scénario ?
    Un scénario est un outil de travail. Fournissez de bons outils à un réalisateur et celui-ci sera beaucoup plus à l’aise pour réaliser son film avec votre scénario.
  • Il vous faut de l’action
     Et pas seulement des cascades mais surtout des personnages qui font des choses avec les conséquences directes des actions des personnages.

    Dans ce sens, il doit y avoir plus d’action que de dialogues.

Il faut bien que vous compreniez qu’une fois les majors se soient accaparées le meilleur matériel, d’autres producteurs d’envergure moindre doivent miser sur des scénarios dont bien souvent ils s’aperçoivent qu’on peut en faire un film lorsque le film est fait, avec les déceptions que cela peut parfois entraîner.
Ces quelques règles même si elles ne sont pas d’or devraient permettre à ces producteurs d’envisager un film à partir de votre scénario avec plus de sérénité.

Maintenant, vous n’êtes pas non plus obligé de suivre ces règles. Faites comme bon vous semble. Ecrivez un scénario sans vous poser la question de savoir si quelqu’un voudra en faire un film. Ou et c’est un conseil que je vous donne : en écrivant votre scénario, voyez les images, entendez les bruits. Nos rêves sont faits d’images et de sons.
Créez de l’action en lieu et place des dialogues.


Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de