Planifier son histoire

QUELQUES CONSEILS POUR PLANIFIER SON HISTOIRE

Faire un plan de son histoire permet de voir s’il y a vraiment une histoire en devenir. Après qu’une idée est surgie, il peut être utile de planifier les événements.
Une fois ceux-ci posés sur le papier, il sera certainement plus facile de s’adonner ensuite au processus d’écriture proprement dit.

Un plan, c’est une série de paragraphes plus ou moins complexes. C’est l’auteur lui-même qui décide de ce qui fonctionne le mieux pour lui. Il faut considérer le plan comme un outil qui servira de guide.
Comment organiser cette planification ?
Deux choses peuvent servir de fondement. D’abord, identifiez l’action de votre personnage principal. Son agir dans cette histoire, en quelque sorte.

Ensuite, imaginez le déroulement émotionnel de ce personnage. Quels états d’âme traversera-t-il tout au long de l’histoire ?
Et vos autres personnages ? Quels sont leurs buts ? Définir ces buts pour chacun d’entre eux permet de prévoir les intrigues secondaires.

Les lignes dramatiques

Une histoire est constituée de lignes dramatiques. Vous pouvez retenir celles que propose la théorie narrative Dramatica.

  • La ligne dramatique de l’Objective Story
    Sommairement, c’est la description des faits. Lorsque vous planifiez les faits, ils ne sont pas figés. Les faits peuvent être réordonnés selon les exigences de l’histoire telles que préserver le rythme par exemple.
  • La ligne dramatique du personnage principal
    Cette ligne dramatique propose le point de vue du personnage principal dans l’histoire.
    Par exemple,
    [Objective Story]
    Une bombe vient dévaster la tranchée où se terraient le héros et son ami d’enfance. L’ami est tué.
    [Personnage principal]
    Le héros reste auprès de son ami mort alors que ses frères d’armes montent à l’assaut.
    Ainsi, la ligne dramatique du personnage principal décrit les décisions de ce dernier en regard des événements.
  • La ligne dramatique de l’Influence Character
    Cet Influence Character est un personnage majeur dans la vie du héros. Un héros ne stagne pas au cours d’une histoire. Il évolue d’une manière ou d’une autre.
    L’Influence Character est ce personnage qui va aider le protagoniste à prendre conscience qu’il doit changer. Et il va l’aider à concrétiser ce changement.
    Pour ce faire, il a besoin de s’adapter à la fois aux événements et aux décisions du personnage principal. Sa ligne dramatique décrit comment il s’adapte en proposant des choix alternatifs au héros.
    Il faut savoir aussi que cet Influence Character pourrait endosser n’importe quelle fonction dans l’histoire, y compris celle de l’antagoniste.
  • La ligne dramatique de la Subjective Story
    Elle décrit essentiellement la relation qui existe entre le personnage principal et l’Influence Character. En somme, le personnage principal vit sa vie de son côté. L’Influence Character vit la sienne de son côté.
    Et il y a la relation qu’ils entretiennent entre eux qui évolue aussi au cours de l’histoire.

Une fois ces lignes dramatiques planifiées, il est bien de vérifier comment elles s’entrecroisent. Est-ce que le tissage de ces lignes dramatiques dans l’histoire résulte en situations conflictuelles ?

Le synopsis

Après avoir tenté de planifier votre histoire, vous pourriez vouloir écrire un synopsis. David Trottier propose d’écrire le début sur une page, l’acte Deux sur deux pages et le dénouement sur une page.

Et de se concentrer sur pas plus de quatre personnages, de mentionner les événements majeurs et bien-sûr sur le nécessaire développement émotionnel qui sous-tend l’histoire.

A la suite de ce synopsis, livrez-vous à un petit brainstorming :

Est-ce que le conflit au cœur de l’histoire est clairement défini ?
Est-ce que le désir (l’objectif) et le besoin (intime) du personnage principal apparaissent clairement pour le lecteur ?

Ainsi que :
COMMENT CHANGE MON HÉROS ?

Est-ce que l’enjeu pour le personnage principal est suffisamment puissant ?

Son engagement dans l’histoire dépend essentiellement de ce qu’il a à perdre ou à gagner. Il en va de sa crédibilité.

BUTS, ENJEUX & URGENCE

Est-ce que l’histoire sollicite une réponse émotionnelle du lecteur par personnage interposé ?
Est-ce que l’empathie envers le personnage principal est bien installée avant le passage dans l’acte Deux ?

C’est une évaluation subjective mais il faut que l’auteur envisage cette question.

En quoi votre histoire se distingue-t-elle de toutes les autres ?
Les actions et réactions des personnages ne sont-elles pas trop prévisibles ?
Les faits décrits sont-ils plausibles ?

Plausible ne signifie pas qu’ils soient possibles. Un savant par exemple qui découvre de nouvelles cellules et qui après les avoir injectés sur un animal permettent à celui-ci d’atteindre un nouveau stade de son évolution est tout à fait plausible dans le contexte de l’histoire.
Même si cela pourrait ne pas être encore possible.

Le dénouement est-il satisfaisant pour le lecteur ?

Encore une question subjective.

Lorsque vous aurez planifié votre histoire, c’est-à-dire en avoir établi les grandes lignes dramatiques et éventuellement écrit un synopsis, livrez-vous à un nouveau brainstorming :

Est-ce que vos scènes sont bien rythmées ?
Est-ce que les moments d’inflexion majeurs de votre histoire se produisent au bon moment ?
Est-ce que les actions des personnages peuvent être justifiées par une relation de cause à effet ?

Essentiellement pour limiter l’intrusion du hasard dans le récit dramatique. Il est accepté par le lecteur lors de l’incident déclencheur (le hasard d’une rencontre, par exemple) mais difficilement assimilable lorsqu’il résout des impasses dans lesquelles l’auteur s’est lui-même embourbé.

Si vous repérez dans votre plan des scènes qui s’articulent autour de coïncidences un peu trop souvent, tentez de les remanier et de les justifier par des événements antérieurs.

Est-ce que vos intrigues secondaires (éventuellement) communiquent aussi à leur manière avec votre thème ?

Soit par contraste, soit en le renforçant.

Vos personnages sont-ils suffisamment motivés pour agir comme ils le font ?

Par ailleurs, la théorie narrative Dramatica insiste beaucoup sur les motivations comme dimension primordiale des personnages.

Est-ce que l’intrigue se construit sur du conflit et une tension dramatique progressifs ?
Est-ce que votre personnage principal et son opposant sont forcés d’agir de plus en plus puissamment ?

Question de tension !… Et de suspense

Ainsi que :

Est-ce que le conflit mène logiquement à une crise majeure du personnage principal et à son ultime confrontation avec son antagonisme ?

 

 

 

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Soyez le premier à voter pour cet article

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

error

Une réflexion sur « QUELQUES CONSEILS POUR PLANIFIER SON HISTOIRE »

  1. Voui voui voui ^^
    On ne le dira jamais assez : plus la préparation est longue/approfondie, plus l’écriture même est facile et rapide (tout est relatif, hein – un premier jet = 3-4 semaines d’écriture avec une excellente prépa).
    Manque de prépa = blocages, histoire qui flotte, dialogues insipides/répétitifs et retards inévitables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.