Archives de catégorie : Le personnage

ET LE PERSONNAGE EST

Le personnage est l’ingrédient primordial de la plupart des grandes histoires. Un personnage bien conçu est comme un aimant attirant à lui le lecteur qui le suivra n’importe où ou encore plus impressionnant, nulle part.
Chaque personnage a une fonction bien précise dans l’histoire et il n’y a pas deux personnages dont les traits les rendraient confus. Chaque personnage d’une fiction est unique en son genre.

Habituellement, le monde de l’histoire dans lequel évolueront les personnages est d’abord exposé. Lorsque ce monde et les règles qui le régissent sont bien établis dans l’esprit du lecteur, alors le personnage principal peut être introduit.

Le monde de l’histoire est l’état des choses et la manière dont ces choses fonctionnent dans ce qu’on peut appeler le monde ordinaire de l’histoire.
Ce monde ordinaire fournit une norme. C’est en regard de cette norme qu’un personnage peut revendiquer sa singularité. Par exemple, le personnage est un idéaliste qui vit dans un monde essentiellement pragmatique. Ou bien comme Cléopâtre qui revendique sa féminité dans un monde où les hommes dominent. Ce qui compte, c’est que le personnage se distingue de son environnement quotidien (qu’il n’a pas forcément choisi).

Si le personnage est un saint parmi les saints, en quelque sorte il fait partie du décor et on ne peut pas en faire un personnage à part entière. En somme, on peut s’en passer ou le considérer comme un simple accessoire.

Pour se faciliter la tâche, un auteur peut utiliser une méthode pour élaborer ce que seront ses personnages.
Cette recette se réfère à trois techniques. Deux de celles-ci sont essentielles. La troisième est davantage optionnelle mais est néanmoins un outil puissant.
Continuer la lecture de ET LE PERSONNAGE EST

AARON SORKIN : LE PERSONNAGE

Aaron Sorkin estime qu’un personnage naît de l’intention qui l’anime dans l’histoire et partant, de l’obstacle majeur qu’il devra confronter pour mener à bien cette intention qui est sienne.

La force antagoniste ne peut être insignifiante. Elle est quelque chose de supérieur et d’hostile envers le personnage principal. Gardez en tête qu’il existe de nombreuses nuances d’hostilité. Cette dernière sera différente s’il s’agit d’une comédie ou d’un thriller par exemple.

Mais pour Aaron Sorkin, le principal atout de l’opposition est que le protagoniste mettra en place une stratégie pour tenter de dépasser cet antagonisme.

Dans la définition d’un protagoniste, il est une qualité nécessaire : sa proactivité. Le protagoniste n’est pas un être passif. Au début de l’intrigue, il peut lui arriver de subir les événements si cela aide à esquisser sa personnalité. Mais très vite cependant, il devra prendre les choses en main et apporter une réponse à ce qu’il lui arrive.
Continuer la lecture de AARON SORKIN : LE PERSONNAGE

PERSONNAGES : UN TOUT

Un auteur a souvent l’intuition de ce qu’il doit écrire. Mais lorsqu’il sait qu’il existe une structure, un processus de développement et un modèle pour conter son histoire et que tout cela ne ruine en rien son propre processus créatif, nul doute qu’il doit se sentir bien rassuré.
Savoir planifier son histoire la rend bien plus puissante.

Et dans la préparation de l’histoire, une étape dont l’histoire profitera avec le plus grand bénéfice est le soin apporté à la création des personnages qui la peupleront. A la limite, je me demande même s’ils ne sont pas plus importants que l’intrigue parce que sans eux, point d’intrigue… point de conflit… Point d’histoire.
Continuer la lecture de PERSONNAGES : UN TOUT

LE PERSONNAGE ET SES DÉMONS

Nous avons tous nos démons intérieurs. Certains d’entre nous plus que d’autres. Avec l’âge et nos expériences, nous pouvons en conquérir quelques uns. Et il y en a quelques uns aussi que nous emportons avec nous définitivement.
Ces démons intérieurs participent au flux et reflux de nos vies. C’est ce que nous appelons les hauts et les bas.

Il faut bien accepter que dans notre environnement immédiat, peu se soucie de ce qui a pu se passer dans nos vies. La nature humaine est foncièrement égoïste et le respect que nous devons aux autres est d’abord une convention sociale. Mais notre passé est définitivement derrière qui nous sommes et ce que nous faisons.
La persona, l’image que nous voulons renvoyer aux autres, est surtout une recherche de l’estime d’autrui ou alors parce que nous voulons que les autres nous jugent et éprouvent des sentiments envers nous tels que nous souhaitons les communiquer.
Continuer la lecture de LE PERSONNAGE ET SES DÉMONS

LA VRAIE NATURE DU PERSONNAGE

Dans la vie réelle, nous offrons au monde davantage une persona que notre véritable nature. Le vernis dont nous nous recouvrons est probablement une protection.
Mais qu’en est-il pour nos personnages de fiction ?
Nous ne pouvons décemment pas nous contenter d’un personnage qui ne serait qu’un jeu d’apparences.

Un personnage est la somme de ses actions et de ses décisions. Celles-ci sont motivées et colorées par la vision du monde et la morale qui règlent la conduite de ce personnage. En tant qu’auteur, cela laisse le choix entre une persona (la façon dont les autres vont percevoir un personnage) qui fait soit la démonstration des actions et décisions, soit qui les masque.
Continuer la lecture de LA VRAIE NATURE DU PERSONNAGE