Archives de catégorie : Le Documentaire

RECHERCHE DOCUMENTAIRE : CREUSEZ

Que ce soit un scénario pour une fiction ou pour un documentaire, le résultat ne sera bon que s’il fut consacré suffisamment de temps à la recherche sur le sujet au cœur du projet.
Une investigation profonde doit être faite pour accomplir un tel projet.

Comme on devrait le faire dans la vie réelle, il faut aller au-delà des faits, au-delà des apparences, au-delà de ce que les autres nous renvoient.
Alors que doit-on chercher ? Comment savoir ce que nous devons trouver, ce que sera cette connaissance nouvelle dont nous avons la prétention de parler ?

D’abord les faits

S’informer sur l’événement est ce qui d’emblée commence la recherche. Pour une fiction, vous pourriez rencontrer des personnes impliquées dans l’événement et recueillir leur vision des choses. Pour un documentaire, l’interview de ces personnes pourrait venir se greffer dans le résultat et apparaître dans le scénario.

Concernant un projet, la timidité sera une difficulté. Aller à la rencontre de ceux qui ont vécu l’événement ou bien qui se sont déjà procurés la documentation, donc qui possède une certaine expertise sur le sujet en tant que témoin ou autorité, ne peut être qu’une démarche payante pour vous.

Vous cherchez à obtenir une idée de ce que vous allez écrire dans votre scénario. Recevez sans préjugés et sans juger ce que les autres ont à vous dire sur le sujet qui vous passionne actuellement même si les réponses qu’ils donnent à vos questions sont blessantes.

Ensuite le détail

Le détail, en fait, l’analyse des faits, vous procurera probablement une certaine originalité. Tout a déjà été dit et écrit. Présenter les choses différemment, c’est prendre un risque. Un auteur, néanmoins, doit s’engager dans son projet.

La recherche du détail devient alors un moyen de se distinguer, de prendre le risque de se mettre en porte-à-faux. Mais pas immédiatement. Car un bon scénario, qu’il soit de fiction ou documentaire, n’affirmera rien sans avoir exposé au préalable les deux aspects contradictoires qui constitueront la teneur de son message.

Ce que l’on raconte à travers les faits, c’est la vie. Que le projet soit documentaire ou de fiction, il est peuplé d’êtres vivants. Une caractéristique humaine, en particulier, doit retenir notre attention. C’est notre capacité à nous rapporter à autrui, à nous découvrir dans l’autre.

Connaître le détail, c’est approfondir les relations qui unissent les gens. Ce sera dans la description de ces relations qu’un auteur pourra atteindre le cœur de son projet.
Voyez, vous êtes dorénavant dans le domaine émotionnel. Parce qu’il vous faut toucher le cœur de vos lecteurs. Le détail perçu par le regard d’autrui a forcément une valeur émotionnelle.

Prenez conscience aussi de vos propres émotions face aux faits. On ne peut pas toujours vivre les événements qui nous préoccupent mais nous pouvons néanmoins les expérimenter par une personne interposée.
Les impressions des sens peuvent être largement compensées par le travail de deux esprits qui, pour un temps seulement, tenteront de fusionner,

Parfois un peu de lumière peut suinter de l’opacité.

L’importance du passé dans la recherche

Remonter aux origines permet de comprendre une multitude de points obscurs qui resteraient dans l’ombre autrement. Comprendre, par exemple, un sentiment de culpabilité consiste essentiellement à se saisir des détails passés qui ont mené à ce sentiment.
Même si vous ne souhaitez pas utiliser ce passé dans votre scénario, il vous faut l’avoir saisi si vous voulez parler en connaissance de causes. Si tant est qu’il y ait des causes. Fruit du hasard ou de l’imprévu ou répondant à un dessein qui nous dépasse, le présent s’explique en grande partie par ce qui l’a précédé.

Vous ne pourrez probablement pas constitué votre message sans comprendre les racines de ce devenir. Évolution, destin, changement, dynamisme… tant de mots pour décrire un mouvement incessant en lequel les notions distinctes de passé, présent et futur n’ont plus de sens.
Tout est confondu en ce mouvement. On remonte le passé et on anticipe le futur. On acquiert des connaissances et on formule des hypothèses.

Les informations liées

Il serait étonnant que de se pencher sur un sujet ne donne pas aussi accès à d’autres informations utiles à la valeur du scénario. Ce type d’informations ne sera pas une digression mais participera davantage à mettre en place les aspects contradictoires.
Des sortes d’intrigues secondaires qui viendraient expliquer l’intrigue principale en donnant soit des exemples qui abondent dans le sens du message, soit qui le contredisent.

C’est de la dialectique de ces approches contraires voire absurdes que sera constitué la teneur du message que vous entendez faire passer.

Prenez garde cependant à ne pas vous laisser submerger par trop d’informations. Votre recherche est sur la qualité de l’information, sur sa pertinence avec votre discours.
Les possibilités à explorer en détail sont presque infinies. Mais c’est ainsi que votre liberté s’exprimera. Par les choix que vous allez devoir faire en conservant certaines informations et probablement douloureusement en décidant d’en éliminer d’autres.

Et en espérant que celles que vous garderez ajouteront vraiment de la valeur à votre scénario.

documentairePLANIFIER SON DOCUMENTAIRE

error

UNE RECHERCHE CONTINUELLE

Avoir un projet d’écriture, qu’il soit de fiction ou documentaire, et peut-être même plus spécifiquement le documentaire, possède une valeur. Que la portée du projet soit voulue sociale, politique, historique, philosophique, artistique… quel que soit le contenu, la recherche sur ce contenu est directement relative à la valeur supposée du projet.

L’impatience met souvent à mal le processus de recherche. On croit connaître le sujet dont on veut parler. Puisque depuis que l’être humain a appris à communiquer, il est difficile de trouver des sujets dont on ignore tout.
Il y a forcément quelqu’un qui a déjà parlé de dynamiques sociales, d’événements historiques, de personnes historiques (y compris dans leur intimité)… que l’angoisse que l’on se pose quant à savoir comment innover sur un sujet à propos duquel tout semble déjà avoir été dit est bien souvent trop paralysante.

Et pourtant, il ne suffit pas de se contenter de recueillir toutes les informations plus ou moins détaillées sur un sujet pour posséder ce sujet.
Le véritable effort, ce qui donnera un élan sincère et passionnant à votre envie d’écrire est de pousser la recherche au-delà de ce qui est donné. Le vrai travail de recherche commence à partir des informations données.

A partir des informations que l’on cueille un peu partout, il faut atteindre à une connaissance plus profonde sur le sujet. L’intelligence de votre projet d’écriture, sa qualité, ne peut émaner que d’une recherche qui pénétrera l’opacité de l’information donnée. C’est-à-dire que si vous vous contentez de prendre sans esprit critique, vous ne ferez pas un scénario engageant.
Continuer la lecture de UNE RECHERCHE CONTINUELLE

error

ÉCRIRE LE DOCUMENTAIRE

Écrire un scénario (de fiction ou non), ce n’est pas comme écrire un roman ou une nouvelle. Il y a des considérations auxquelles l’auteur d’un scénario se soumet.

Un scénario est un outil destiné à un médium visuel

Les mots que l’auteur d’un scénario pose sur le papier ne sont pas destinés à être donnés tels quels à un lecteur. Leur destinée est d’être vu et entendu comme des images bruyantes. L’auteur d’un scénario doit être capable d’écrire visuellement.

Vous devez expliquer une théorie ou un concept et si le lecteur ne peut voir cette théorie ou ce concept, votre effort est perdu.
Ce que vous écrivez devrait être visuel dans son essence même. Les mots appellent des images et vous devez faire en sorte que les mots deviennent des images.

Le mouvement

Écrire un scénario, c’est décrire des images en mouvement. Dans un documentaire (comme dans une fiction d’ailleurs), vous pouvez prévoir des images fixes (comme une photographie, par exemple).

Mais cette image figée dans le temps ou dans l’espace ou dans le seul imaginaire d’un personnage de fiction ou historique, appartient à un élan qui anime le scénario.

Ce qui explique la difficulté à pénétrer dans la tête des personnages (fictifs ou réels) lorsqu’on tente d’écrire un scénario, c’est que les histoires contées devront être traduites en images actives, en images en mouvement.

Une expérience vivifiante

Un roman peut nous faire voyager (dans un pays lointain autant que dans ce que la matière a de plus intime). Nos yeux visiteront des lieux inconnus (aussi bien réels qu’imaginaires).
Un auteur est doué pour faire vivre par personnage interposé des expériences qu’un lecteur ne connaîtra peut-être probablement jamais. Un documentaire décrit une réalité surprenante.

Écrire des images fait naître chez le lecteur/spectateur des émotions nouvelles ou ravivent en lui ou en elle des émotions et des passions perdues.
Ces expériences provoquées (qui sont des choses qui sont ainsi amenées ou ramenées à la vie) seront plus puissantes par l’image que par le mot seul (lorsqu’il est écrit pour l’image).
Continuer la lecture de ÉCRIRE LE DOCUMENTAIRE

error

PLANIFIER SON DOCUMENTAIRE

Le mot documentaire a semble t-il été inventé par John Grierson (1898-1972) en 1926. L’un des principes majeurs que Grierson détermina est que le potentiel qu’a le cinéma comme observateur de la vie pouvait être raconté sous une toute nouvelle perspective en considérant que les personnes et les événements réels (tels du moins que l’œil du réalisateur les perçoit) sont de bien meilleurs guides que leurs homologues fictionnels quand il s’agit de donner du sens au monde (ou à la vie).

Ainsi le matériel prélevé sur le vif (comme autant de matière brute) serait bien plus réel que le matériel reconstitué. Pour John Grierson, un documentaire est un traitement créatif de la réalité. Ce qui le différenciait d’autres approches telles celles de Dziga Vertov (1896-1954) qui promouvait la vie telle qu’elle est, la vie prise au dépourvu.

Écrire un projet créatif de documentaire est un processus complexe qui convoque à la fois des considérations matérielles (médias et stratégies de production) et des interrogations sur le contenu et la forme afin d’apporter des réponses à des problèmes et à des choix inhérents à ce projet.

La forme par exemple peut prendre une approche journalistique ou bien celle d’un plaidoyer ou encore être une forme d’expression personnelle.

Comme de nombreuses histoires de fiction, le documentaire bien que non fictionnel a la même intention d’enregistrer certains aspects de la réalité principalement pour les retranscrire dans un but didactique, d’éducation ou de souci historique. Le documentaire a donc un but et en cela, il est singulièrement créatif.

Néanmoins, cette création spécifique au documentaire est limitée par rapport à la fiction.
Continuer la lecture de PLANIFIER SON DOCUMENTAIRE

error

LES PRÉJUGÉS ET LE DOCUMENTAIRE

Avoir une opinion permet certes d’enrichir sa parole avec la recherche de certaines informations ou bien apporter une lucidité personnelle à l’œuvre que nous cherchons à concrétiser.

Cela présente aussi un danger si l’on ne considère pas cet apport dans le produit final. Vous êtes face à un sujet de documentaire qui est autonome. Il est difficile de rester totalement impartial. Il est donc crucial de trouver un terrain d’entente entre nos croyances, nos opinions préconçues (on peut tenter de s’en défendre mais des choses nous sont imposées par notre milieu, nos origines, notre éducation…) et puis nos expériences aussi.

Le principe n’est pas d’arriver nu devant un sujet et s’être persuadé que notre point de vue ne viendra pas interférer sur ce que l’on tente de communiquer, de biaiser notre message sans que nous l’ayons réellement voulu.

Accepter ses opinions et s’en servir pour enrichir notre point de vue sur le sujet du documentaire permet au contraire d’augmenter la perspective. Et on offre au lecteur un horizon plus large ce qui l’intéresse davantage.

Quel que soit le sujet que l’on aborde dans un documentaire, différentes perspectives et différentes informations souvent divergentes existent à son propos.
Écrire un documentaire, c’est précisément amener au lecteur le plus possible d’informations afin qu’il se fasse lui-même sa propre opinion sur l’objet de ce documentaire.

Vos préjugés et d’où viennent-ils ?

Il est important de prendre conscience de l’influence de vos préjugés qui peuvent ou bien aider ou bien contrecarrer votre projet. Prenez un moment pour bien comprendre votre propre point de vue. Comment s’est-il formé ? Et surtout, tentez de répondre à la seule question qui appelle vraiment une réponse, Pourquoi avez-vous de tels préjugés ?

Bien sûr qu’il ne faut pas chercher à assainir ses jugements (souvent un peu trop hâtifs). Il suffit de les connaître pour qu’ils ne réduisent pas la portée de votre documentaire en propagande.

Ainsi, le lecteur/spectateur de votre documentaire a besoin que vous lui présentiez le pour et le contre du sujet dont vous parlez.

C’est comme en fiction. Il ne faut pas minimiser les points de vue des personnages. Il ne faut pas appuyer sur ce qui vous semble bien et dénoncer ce qui vous semble mal.
Et puis le lecteur/spectateur de votre documentaire veut connaître tous les aspects de votre sujet. Vous lui donnerez de la matière à moudre pour son esprit qui lui permettra de juger de manière critique (c’est ce qui est le plus difficile et le moins compris dans notre monde) afin qu’il tire ses propres conclusions de ce que vous lui avez donné à voir et à entendre (car un documentaire, c’est aussi des témoignages).

Un manque de préparation de votre documentaire, c’est assurément prendre une tangente car vous vous dérobez volontairement de votre sujet. Et pourquoi le faire ? Parce que vous niez que vous vous adressez à un lecteur. Le but de votre documentaire est d’élargir la perspective du lecteur/spectateur.

Par les informations complètes que vous lui apportez avec des images, des faits avec lesquels vous n’êtes pas forcément d’accord permet au lecteur de sortir grandi par votre documentaire.

Néanmoins une perspective est mise en avant dans le documentaire

Et vous devez établir dès l’abord quelle sera cette perspective. C’est là que votre propre opinion peut aider à renforcer votre discours sous la condition que vous ayez exercé un esprit critique à votre propre égard. C’est loin d’être une évidence et je ne saurais vous conseiller une méthode.

Peut-être se mettre à la recherche d’arguments qui s’opposeront à nos idées, qui viendront les heurter durement. Et pourtant en tenir compte, accepter la souffrance, s’engager dans celle-ci.
Parce que vous devez par votre sacrifice donner toute l’information à votre lecteur/spectateur pour qu’il soit capable de penser par lui-même.

Ce faisant, c’est votre projet de documentaire que vous allez élever bien au-delà de cette propagande si facile à mettre en œuvre. Vous interpellerez l’intelligence de votre lecteur. Parce que celui-ci est tout comme vous. Il a sa propre opinion et il doit se réconcilier avec.

HistoirePour affiner votre désir d’écriture (fiction ou documentaire), cet article vous propose quelques exercices : EXERCICES POUR UNE HISTOIRE – 6

 

 

Appréciez-vous Scenar Mag ? Merci de participer à son développement. Commentaires et dons nous sont indispensables.
Merci

error