Antagoniste

ANTAGONISTE : UN PLAISIR CONFLICTUEL

Non seulement le conflit est l’essence du drame mais c’est aussi ce qui divertit le lecteur. Le conflit est un concept. Pour le sortir de son abstraction, il est nécessaire de l’incarner. C’est la fonction de l’antagoniste.

Notez aussi que l’antagoniste lui-même pourrait être la personnification d’une idée. Par exemple, dire de Javert qu’il est un policier dévoué corps et âme à son métier est insuffisant pour le décrire dans sa vérité. On peut considérer aussi que Javert représente l’idée d’ordre portée à l’extrême.
Ainsi, on atteint une profondeur du personnage qui touchera l’humain au-delà de la fonction dans l’histoire.
il n’est pas facile d’être un héros. Et il vaut mieux que cela soit ainsi parce que le lecteur exige du conflit pour maintenir son intérêt dans l’histoire.
D’ailleurs, il est difficile de conter une histoire sans faire appel au conflit. Il faut donc lui en fournir et l’un des vecteurs le plus puissant est l’antagoniste.

L’antagoniste : un défieur de toute éternité

L’antagoniste va défier la volonté du protagoniste dans la poursuite de son objectif. Au-delà de la fonction, il y a l’être humain. Et en plus des critères qui le définissent en tant qu’individu, l’antagoniste est puissant, intelligent et non dépourvu de charisme (ce qui le rend aussi, si ce n’est plus, fascinant que le héros lui-même).

Quelles que soient les raisons qui poussent l’antagoniste à aller contre la volonté du personnage principal, sa position est entre ce dernier et son objectif. Ce qui peut parfois forcer l’auteur à donner à son protagoniste une motivation pour lutter contre l’antagoniste. Par exemple, un héros qui représente la justice prendra la décision de désigner l’antagoniste comme son ennemi parce que celui-ci agit immoralement, dans le dessein de nuire en ne respectant pas les droits d’autrui.
Ainsi, c’est parce que le protagoniste décide de lutter contre une force antagoniste que celle-ci devient pour lui la chose à abattre (donc son objectif).

Il ne faut pas croire que l’antagoniste est nécessairement le méchant de l’histoire. Un antagonisme se présente sous différentes formes. C’est un concept nécessairement pluriel qui permet à l’auteur une créativité sans borne tout au long de son récit.
Une force antagonique n’est pas forcément le mal. Généralement, elle est une force d’opposition. C’est une énergie contraire à celle du héros. On peut d’ailleurs penser au protagoniste et à l’antagoniste comme les aspects positif et négatif  d’un même élan. Ce qui peut nous amener à penser aussi que l’un n’existe pas sans l’autre, qu’il ne peut y avoir de protagoniste sans antagonisme. On peut alors comprendre pourquoi et comment un héros peut être lui-même son principal ennemi.

Protagoniste et antagoniste : une même idée

Ces deux personnages cruciaux de l’histoire sont souvent des rivaux qui combattent pour le même objectif. Ainsi, on peut atténuer la présence trop marquée du dualisme de ces fonctions de l’histoire.
La rivalité autour d’un même objectif n’est que la traduction dans la réalité fictive d’une complexité de l’être humain, de sa confusion d’être dans le monde.

Avec le protagoniste et l’antagoniste, l’auteur peut explorer les deux facettes d’une même idée, concept ou thème. Même l’amour peut opposer deux personnages lorsqu’il se questionne eux-mêmes sur leur amour de l’autre.

Lorsque la faille dans la personnalité du personnage principal rend celui-ci le maître d’œuvre de ses propres tribulations, il est plus facile de représenter extérieurement les conséquences de cette faiblesse par l’usage qu’en fera presque instinctivement un autre personnage dénommé alors l’antagoniste.
C’est surtout très utile dans un scénario où le principe de monstration ne permet pas à l’auteur de pénétrer les pensées intimes de ses personnages. Elles seront alors incarnées par les attitudes, comportements, postures et réactions du personnage principal face à une force antagoniste.

En intégrant dès l’acte Un un antagonisme extérieur, vous vous assurerez aussi que votre héros aura quelque chose à faire. Mais la présence de l’antagonisme devient nécessité du point de vue de la structure. En effet, l’une des étapes essentielles est l’ultime confrontation entre le héros et l’antagoniste.
Le climax est la dernière étape avant le dénouement. C’est un paroxysme alors si l’antagoniste n’est pas rapidement identifié par le lecteur, vous aurez quelques difficultés à justifier ce climax.

Démontrer un changement

Classiquement, le personnage principal est barré dès le début de l’histoire par un défaut dans sa personnalité (comme une vieille blessure du passé jamais cicatrisée). Cette faille majeure chez ce héros ne lui donne pour horizon que lui-même.

Tout son arc dramatique va consister à démontrer qu’il a su dépasser ce qui le paralysait et transcender ainsi sa personnalité vers sa propre vérité. C’est au moment du climax que sera alors démontré au lecteur que le personnage principal a atteint un point de cohérence maximale avec sa véritable nature.

Dans Des hommes d’honneur de Aaron Sorkin, le climax a lieu lorsque Kaffee interroge Jessep et parvient à démontrer au jury que c’est bien le colonel qui a ordonné le code rouge. Ce climax permet non seulement d’innocenter les deux Marines mais surtout fait la démonstration que Kaffee a su dépasser son origine sociale et s’opposer globalement à l’omerta qui compartimente les relations entre individus de milieux sociaux différents.
En somme, Kaffee  a su trouver le courage d’être ce briseur de traditions, d’être le représentant d’une jeunesse qui doit assumer son importance pour poser les bases d’une société nouvelle [notez que mon explication ou analyse est forcément une interprétation].

 

 

 

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Cliquez sur une étoile pour voter

Average rating / 5. Vote count:

Soyez le premier à voter pour cet article

Nous sommes désolés que cet article ne vous a pas été utile

Aidez-nous à améliorer cet article

error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.